Je m'excuse de la longueur inhabituelle de cet article : il reprend des éléments épars, fruits de mes recherches sur Maitre Philippe de Lyon, déjà publiés sur ce blog, avec quelques nouvelles informations, un peu en guise d'aboutissement.

Il semblerait que certaines images n'apparaissent pas : je vais voir pour les réparer...voir ajout en bas de texte

Après le précédent article consacré à ce sujet et qui a reçu un grand succès auprès des visiteurs http://verlatradition.canalblog.com/archives/2016/01/02/33148023.html , il est temps maintenant de redevenir sérieux et d'aborder des faits prouvés et avérés que l'on n'a pas toujours l'habitude de lire chez les encenseurs de Nizier-Anthèlme Philippe depuis 1905.

On a vu à quel point on a déformé la vie du mage, dit Maître Philippe à l'encontre de sa volonté, pour la transformer en une légende dorée à l'image des écrits de Jacques de Voragine, et dans le même but. On a abordé sur ce blog, preuves à l'appui, les différents point exagérés ou inventés, il est donc désormais inutile de les rappeler ; mais il faut cependant remarquer que par un besoin de merveilleux, de nombreuses personnes les ont crus et les croient, en toute bonne foi et sans se poser de questions.On a vu que par méconnaissance certains ont abordé le sujet avec une vision totalement chrétienne et même plus, j'ose dire catholique.

On pourrait dire : après cela que reste-t-il de Maître Philippe de Lyon ? Et bien...tout !  De nombreux éléments ont été publiés ailleurs et sur ce blog, qui viennent démontrer qu'il y avait autre chose. Ils ont bien souvent été regardés de haut par de soi-disants connaisseurs du sujet, mais qui, visiblement peu connaisseurs, se ridiculisent ainsi.         

Des points curieux ont été abordés ici, que nous ne reprendrons pas volontairement dans un ordre chronologique exact.

Par exemple, si nous considérons la remise de prix de l'Institut Médical électro-magnétique de Toulouse publié dans la revue lyonnaise le Magicien du 10 février 1885 (par une collègue de Philippe)

louis mond

lauréats2

Et si on a la curiosité de vérifier quelques noms, on découvre que plusieurs évoluent dans le monde initiatique et du magnétisme  de l'époque et sont même en rapport avec des personnages comme Papus. Par exemple la princesse Marie de Lusignan :

marie 2

Considérons aussi Louis Auffinger (dont l'épouse est primée) qui, absent, envoya un discours d'introduction par courrier, en tant que vice-président d'honneur, et que l'on peut lire en page 306 du Magicien (non reproduite ici). Qui est-il ? Et bien c'est le directeur de la revue la Chaîne magnétique et ex-secrétaire du Baron du Potet. Et on retrouve ces deux noms sur le certificat attribué à Papus et sous ce nomen en 1891 :

potet

Le Baron du Potet ? Membre de la Société Théosophique, ésotériste et magnétiseur, curieusement l'un de ses nombreux ouvrages porte un titre très approchant d'une oeuvre de Papus : Magie dévoilée ou principes de science occulte.

Toujours au sujet de Papus, il est à remarquer que tous deux, Philippe et lui, sont décorés Chevaliers de l'Ordre du Christ, comme indiqué sur la liste des lauréats ci-dessus : on ne sait pas s'il s'agit de l'Ordre officiel du Portugal ou s'il s'agit d'un Ordre initiatique...

Voilà donc terminée l'analyse partielle de cette page de lauréat car il y aurait encore à dire notamment sur le baron Papi fondateur de l'Académie Christophe Colomb à Marseille. Ceci nous rappelle dans quel milieu baignait en 1884 notre bon docteur Philippe Nizier.

Et curieusement on retrouve plusieurs noms dans la dédicace de la thèse qu'il déposa le 23 octobre 1884 :

dédicace mémoire MP

Autre chose : il est apparu clairement que, aussi bien Monsieur Philippe que ses amis utilisaient le même procédé de reconnaissance par une signature glyphée. On a prétendu que cela était la marque de ceux qui fréquentaient la ferme du Clos dit Landar, hypothèse totalement absurde. Même monsieur Leloup qui avait renié tous ses rapports initiatiques auxquels il devait tout et en particulier son nomen de Sédir, l'utilisait encore en ...1911 ! Un certain site, s'en étant aperçu, a voulu faire du zèle en prétendant (mystification malheureusement reprise par plusieurs) que la signature de Cagliostro était identique, or nous avons démontré, images du livre de Marc Haven (Emmanuel Lalande le gendre des Philippe) à l'appui, qu'il n'en n'était rien.

IMG_0001

IMG_0002

IMG_0004

les signatures du mariage Emmanuel Lalande/Victoire Philippe

signatures mariage Victoire2

la tombe de Papus

papus

l'inscription de la tombe est reprise de ce document

Papus sur Enc page 317

et Sédir le reconnait officiellement

Leloup reconnait !!!

et ça ?

 

 

glyphes2

 

Et dans les mystifications on a osé faire dire par le mage Philippe qu'il était contre les sociétés secrètes ! Il est fort amusant de constater que Yvon Leloup lui-même, dans le texte présenté plus haut, explique la création d'un mystérieux pentacle avec une écriture secrète...Et justement ! Après avoir fait mes recherches, j'ai lu le livre de Thierry-Emmanuel Garnier publié chez Arqa sous le titre Sur les remparts de Saint Jean d'Acre. Il y explique avec précision ce que sont les Fils du Tonnerre à partir de Prométhée, on les appelle je crois, également les fulgurators (on peut se procurer ce livre en librairie ou auprès des éditions Arqa, site internet). Ce chapitre cite directement Maître Philippe de Lyon, Papus et compagnie. On y découvre que de tels glyphes sont répertoriés dans la monumentale Langue sacrée d'Emile Soldi qui figurait annotée dans la bibliothèque de Papus

et il faut signaler que de tels signes se retrouvent dans des ouvrages consacrés à la Théurgie !

 Théurgie1

théurgie 2 2

 

Il nous faut revenir alors à un blason ou tout au moins une tentative de blason utilisée par Philippe sur une publicité de ses produits guérisseurs :

blason2

Nous y distinguons en tant que meubles une étoile, une comète et une gerbe de foudres ; visiblement cette gerbe est identique au symbole de Jupiter que vous trouverez commenté :

jupiter

Là encore nous sommes en plein symbolisme initiatique, étant bien entendu que Philippe condamnait prétendument toutes ses choses...Il nous a été parlé de la foudre qui tombait mais nous n'aborderons pas ce sujet, cet article n'étant basé que sur des éléments avérés. De même que nous ne reviendrons pas sur la fausse signature de Cagliostro.

Cagliostro ? Et bien justement parlons-en. Nous avons vu que le laboratoire du docteur Philippe se trouvait justement dans cette mystérieuse rue du Boeuf, considérée, à l'instar de Prague comme la rue des alchimistes. Nous avons vu qu'en effet il y exerçait non seulement la profession de chimiste mais celle d'alchimiste : les rouleaux de carnets dits secrets publiés par Arqa, dans le livre consacré aux Enseignements du dit Maître, en font foi, avec des symboles utilisés couramment par de tels savants....

rue du boeuf

 

Et ce laboratoire se trouvait dans ce quartier situé selon les anciens entre la porte de la lune et celle du soleil, une plaque le rappelle d'ailleurs à l'emplacement de l'église Saint Croix qui a précédé la cathédrale Saint Jean le Baptiste :

ste croix2

photo MG

Et donc, Cagliostro fréquentait d'abord le quartier Saint Jean ainsi que la montée du Chemin neuf. Lors de leur séjour à Lyon les Philippe louaient une maison au 35 rue Tête d'or (ils n'y furent jamais propriétaires) à un monsieur Tapissier qui aurait été employeur de Nizier-Anthèlme Philippe, chimiste. Cette maison fut ensuite achetée par Jean Chapas le successeur de Philippe en matière de guérisons par le magnétisme. Or, cette maison se trouvait en face de la rue du Parfait Silence (devenue rue Vibert du pétrole Hahn !) : on la voit très bien à gauche sur cette carte postale, face sur le trottoir droit au mur du jardin des Philippe

tt d'or colorisée - Copie

plan (archives de Lyon/plan parcellaire secteur 122 de 1907)

1907 2

Et on s'aperçoit qu'à 150 mètres se trouve le Temple de la Loge du Parfait Silence qui travaillait avec Cagliostro ! Car tout le quartier était maçonnique ! Tous ces éléments nous sont confirmés par le monumental Cagliostro signé Marc Haven et qui insiste lourdement sur son hommage à Philippe.

temple parfait silence - Copie

Nous avons là une accumulation de faits probants qui ne sont pas du "on nous dit que", "il parait que", qui prouvent la proximité du mage Philippe avec des lieux consacrés à l'Initiation et donc à la Tradition. Il faut aussi se souvenir que tous ses visiteurs appartenaient à de telles sociétés initiatiques, par exemple Papus, Marc Haven, Sédir pour ne citer que les plus connus et dont les visites sont prouvées par des photographies.

Pour en finir ici avec Cagliostro, voici reproduit par Marc Haven (sur la couverture de l'édition originale de l'évangile et dans la biographie qu'il lui a consacré) le sceau qu'il utilisait : (éditions originales en ma possession)

IMG_0002

sceau2

Rappelez-vous maintenant de Mademoiselle Julie-Inès Santa Maria : elle fut chargée par Monsieur Philippe d'acheter aux enchères le couvent des Ursulines de l'Arbresle, situé à côté du Clos des Landar, lors de la vente des biens des Communautés religieuses. Et ce couvent occupé ensuite par les Chapas devint un hôpital militaire connu lors du conflit de 1914/1918. Nous retrouvons Julie-Inès Santa Maria (orthographe selon l'état-civil) 6 rue du Boeuf où Serge Caillet nous explique qu'elle servait, entre autres, de boite aux lettres au mage Philippe. Elle était née en Argentine le 15 avril 1840 et décéda à l'Arbresle le 15 août 1913.

6 rue du boeuf 1901 inès

Et regardons maintenant sa tombe au cimetière de l'Arbresle : (dans laquelle repose également Mme Chapas, soit disant par accident)

tombe2 (trouble car agrandie)

Etrange hasard, n'est ce pas ?

D'ailleurs Marc Haven (Emmanuel Lalande) était en rapports directs avec les Santa Maria puisque c'est vraisemblablement le frère de Julie-Inés qui fut chargé de la vente de la proriété qu'il possédait à Sainte Maxime avec son épouse Olga Chestakov. Nous retrouvons là un exemple des rapports qu'entretenaient entre eux les membres de l'entourage des Philippe (il y en a d'autres exemples notamment sur les tombes du cimetière de l'Arbresle).

vente sur carte en détail

vte ste maxime

(d'ailleurs ceci attirera l'attention des véritables connaisseurs des sociétés initiatiques de l'époque mais cela est un autre problème)

Observons les rapports du duo Philippe/Papus avec la Russie. Plusieurs ouvrages ont abordé le sujet :

L'apocalypse de notre temps de Henri Rollin (un summum historique)

Maître Philippe de Lyon de Philippe Encausse (fils de Papus, le grand classique)

Enseignements oraux de M.Philippe de Lyon chez Arqa (nombreux documents, correspondances de l'aristocratie russe)

Niet, la Russie d'aujourd'hui présenté par Jean-Marie Fraisse (étude autour des textes publiés par Papus et Jean Carrère en 1901)

Monsieur Philippe l'ami de Dieu de Serge Caillet

ajout : Jean Prieur l'Europe des médiums et des initiés

Tous ces ouvrages reprennent, certes, des faits communs, mais ils sont complémentaires par leur contenu et leurs analyses. Par exemple le dernier de la liste, celui de Serge Caillet, nous présente l'organisation incroyable de Philippe à Lyon, sujet aux enquêtes, surveillances et filatures des polices françaises et russes après ses voyages en Russie. Un luxe de précautions qui surprend, et digne d'un roman d'espionnage ! D'ailleurs, un autre travail pourrait être fait à ce sujet : Philippe Encausse et Serge Caillet reprennent suffisamment de détails du dossier de police qui permettraient de connaître qui était l'espion mis en place auprès de Monsieur Philippe ; seul un très proche et familier pouvait donner autant de détails... et que l'on ne vienne pas me dire : il le connaissait, car cela n'excuse rien.

prieur2

Quand on réfléchit un peu, on constate qu'un homme seul n'a pu mettre en place tout cela, que cela a nécessité toute une organisation ; de même, les révélations de Niet nécessitaient un véritable réseau en Russie en général et à la cour des Souverains en particulier ; de même l'organisation des voyages à partir de la France (gare des Brotteaux à Lyon ? ou ailleurs ?). On nous a beaucoup parlé de visites dans les loges martinistes et du souvenir de Joseph de Maistre. Mais, quand on lit la monumentale biographie du Marquis Saint-Yves d'Alveydre par Jean  Saunier, on apprend aussi beaucoup de choses à ce sujet ; n'oublions pas qu'il était en relations directes avec la Russie par sa femme issue de l'aristocratie entourant le Tsar. N'oublions pas que Papus indiqua à plusieurs reprises avoir trois Maîtres : j'évoque ce fait dans un article du 23 novembre 2014 (un article d'importance capitale sur les sociétés initiatiques de l'époque). Un Maître spirituel en Philippe de Lyon, un Maître en pratique Peter Davidson responsable de la secrète Fraternité Hermétique de Louxor (dont Papus et ses compagnons ont tous fait partie...), et enfin un Maître intellectuel en la personne de Saint-Yves d'Alveydre. La Synarchie de ce dernier était un projet de nouvelle gouvernance et Jean Saunier nous apprend que la Russie en faisait partie. Alors ? Ces rapports avec la Russie ne sont pas dus au hasard, ou à un besoin de guérisseur de la Cour, mais à un plan précis, concerté, organisé ? Philippe et Papus sont ils partis en mission ? Il est à rappeler que Saint-Yves adorait ce terme...(et il travailla aussi sur un certain Cagliostro).

Lors d'un court interlude, je rappelle au lecteur que tous les faits cités dans cet article sont réels et vérifiables ; il ne s'agit à aucun moment de propos prêtés à l'un ou à l'autre, il ne s'agit à aucun moment de citations provenant de mystérieux connaissants à la mode Philippe.

Revenons à la suite de nos réflexions. Nous resterons dans la note du paragraphe précédent sur les sociétés initiatiques... Nous avons vu que la plupart des visiteurs des Philippe appartenaient à une sinon plusieurs sociétés initiatiques de l'époque ; ces sociétés foisonnaient mais certaines avaient beaucoup plus d'importance et de sérieux que d'autres. Nizier-Anthèlme a été dit (analyse très superficielle) avoir condamné ces genres de sociétés : on imagine alors sa rage permanente de fréquenter de tels gens et de les recevoir chez lui, aussi bien à Lyon qu'à l'Arbresle, en permanence...(sourire). Il existe ainsi une photographie prise sur le fameux perron du Clos Landar (au dessus de la grotte non moins fameuse) où le maitre des lieux se trouve entourés d'au moins deux évêques ... gnostiques : Gérard Encausse/Papus, Yvon Leloup/Sédir. Car tous deux furent évêques ! (Emmanuel Lalande/Marc Haven occupant d'autres fonctions)

017

évêques2

Comme il a déjà été écrit ici-même, ils firent tous partie de sociétés initiatiques telles la Société Théosophique, la Fraternité de Louxor, les différents groupements initiatiques gérés par Papus, l'Ordre Kabbalistique de la Rose+Croix,les mouvances martinistes et d'autres dont nous ne parlerons pas ici. Des biographes, peu au courant des réalités, ont voulu à tout prix enfermer Philippe, Papus et Compagnie dans une structure purement catholisante alors qu'il en était bien autrement, leurs pensées rejoignant plus la Gnose que le Catholicisme romain.On a voulu à tout prix l'enfermer dans un simili ésotérisme chrétien où il aurait possédé de grands secrets...(à ce sujet voir sur ce blog mon article sur le grand centre de l'ésotérisme chrétien que fut le Hiéron du Val d'or de Paray-le-Monial)

On peut lire au sujet du Lyonnais Jean Bricaud fondateur de l'Eglise catholique gnostique :

bricaud

L'un des traités gnostiques les plus connus (avec le livre d'Iéou) est la Pistis Sophia : Papus insista beaucoup sur son importance et en présenta même une analyse  intégrée dans l'édition de son ouvrage magistral sur la Science des Mages (collection personnelle)

IMG_0001

IMG

et, on découvre avec surprise qu'il dédicace son étude au docteur Nizier Philippe, cela avec certains termes qui surprennent :

dédicace pistis sophia

Encore une fois, on ne me fera pas croire que c'est un hasard, d'autant plus que Papus ne laissait rien au hasard !

Et, toujours dans le domaine gnostique, extrait d'un dictionnaire des Gnostiques et des Initiés :

philippe gnostiques

Et si, pour finir, nous parlions du Martinisme et de Maçonnerie ?

Il ne sera pas question ici d'aborder les doctrines ni les différentes organisations, il existe suffisamment de revues, de sites, de blogs spécialisés sur le sujet. Et j'aurai peur d'en oublier ! Quand je consulte un site d'origine maçonnique de référencement, et que je pose Maître Philippe et Martinisme, j'obtiens en réponse...17 ordres, loges ou obédiences martinistes qui, à un moment ou à un autre, se réfèrent au maitre du Clos Landar ! Cela est dû au fait des scissions, des réorganisations, car comme l'écrivait l'auteur latin Térence : rien de ce qui est humain ne nous est étranger...(on en a aussi exemple dans les filiations des Rites de Memphis et MIsraïm dont Papus et Bricaud furent aussi partie prenante)

filiations martinistes

et encore...ces filiations ont fait des petits...

 

Je me contenterai de quelques citations. Auparavant je rappelle que le volumineux ouvrage (il en est ainsi : il y en a beaucoup dans le monde de la Tradition) de (soi-disant mais je pense plus à un Collège initiatique) Valentin Tomberg, Méditations sur les 22 Arcanes majeurs du Tarot (un livre que j'emporterais volontiers sur une île déserte), fait souvent référence au mage Philippe.

Bien entendu je ne parlerai pas non plus de Philippe Encausse dont les ouvrages sont consacrés au duo Philippe/Papus. Mais, volontairement j'irai chercher ailleurs.

Le remarquable site toysondor/cahiers de l'ARL écrit :

arl

Il existe aussi un texte manuscrit de Victor-Emile Michelet (j'ai consacré un article à son sujet )

020

Voilà ce qu'écrit Jean Bricaud (déjà cité dans cet article et qui mériterait au moins un article à lui tout seul https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bricaud)

selon bricaud

Continuons maintenant par Gérard Galtier et son étude de 474 pages sur les Fils de Cagliostro et la Maçonnerie égyptienne (ouvrage avec lequel j'ai beaucoup travaillé et que je travaille encore, déjà présenté sur mon blog). Bien entendu on y retrouve la totalité de nos personnages et même plus...dans le chapitre Papus et les Sociétés secrètes, l'Ordre Martiniste on peut lire :

...le Martinisme tel qu'il était conçu par Papus représentait une forme de théosophie chrétienne ou de Christianisme ésotérique , basée essentiellement sur la doctrine de Louis-Claude de Saint-Martin , elle-même inspirée de l'enseignement de Martinez de Pasqually et des oeuvre de Jacob Böhme. La philosophie de l'Ordre Martiniste fut aussi très influencée par l'enseignement du Maître Philippe de Lyon et par celui de Saint-Yves d'Alveydre, respectivement maître spirituel et maître intellectuel de Papus...

Je recommande aussi l'étude de Serge Caillet sur la Franc-Maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraïm qui fait également partie de mes ouvrages de travail (en plus des quelques éditions originales anciennes que j'ai déjà citées...). On peut y lire le procès-verbal de la Tenue de Consécration (Loge féminine) du Rite oriental ancien et primitif de Memphis-Misraïm à Marseille, le 22 septembre 1938 par le Frère Raoul Fructus :

...il y a d'ailleurs bien longtemps que cette idée de Maçonnerie féminine avait germé dans le Mental de nos chefs, de nos anciens : Pythagore, Comte de St.Germain, Cagliostro, puis ce fut au tour de Martinez de Pasqualis, de Villermoz, de Claude de St.Martin, de St.Yves d'Alveydre, de Papus, du Maître Philippe, du docteur Détré, de Jean Bricaud et de Constant Chevillon...

Je vais en terminer avec un document quasi-officiel puisqu'il s'agit de la notice d'une vente aux enchères rédigée par les experts de la très sérieuse société Sotheby's de Paris ; dans le cas présent, nous ne nous préoccuperons pas de l'origine des documents vendus du fait des affaires de la dispersion des archives Papus et de la disparition des archives Amadou. Cette vente a ravi les initiés du portefeuille qui se sont empressés depuis de revendre des documents aux enchères sur Internet avec d'importantes plus-values !

Sotheby's a donc mis en vente pour le 18 mai 2011 de très nombreux documents dont de nombreux concernant notre héros Philippe :

sothebys 18 mai 2011

Et la notice complémentaire était la suivante :

CATALOGUE NOTE
Cet ouvrage contient une longue note manuscrite datée du 31 .10.1922 . Elle dresse la liste des 31 documents reliés
en tête dans cet ouvrage : photographies (14), lettres autographes (15) et divers papiers, factures, brouillon
d'articles. Cet ensemble concerne la société martiniste de l'époque et ses membres les plus influents : Philippe,
Férard, Saint-Yves d'Alveydre, lettres adressées à Joséphin Péladan, photos du Tsar Nicolas II (martiniste), de
Papus, du Dr Rozier, de Sédir, de Jean Carrère, etc, ainsi que les premières pages avec envoi signé d'un ouvrage
de Stanislas de Guaita (dédicataire de l'ouvrage de Papus) : "La meilleure édition de cette petite encyclopédie de
l'occultisme chrétien dont alors le martinisme fut le diffuseur et le champion. Elle parut à l'apogée de cet ordre
mystique presque au moment où le grand maître du martinisme, Nizier Philippe, conférait une influence si fameuse à
la cour de Russie, où Saint-Yves d'Alveydre établissait son Archéomètre, instrument et résumé de toute
connaissance, où l'Ecole des sciences hermétiques institué rue de Savoie par Papus (...) ce volume est à la fois une
curiosité bibliophilique de premier ordre et aussi un document historique capital pour l'histoire pittoresque du
mouvement occultiste contemporain. Sa composition qui s'étend sur un quart de siècle environs mesure exactement
la durée, la figure du martinisme christique qui joua dans le mouvement social et politique des débuts du XXe siècle
un rôle à peu près inconnu mais considérable. Avec la mort de Papus arrivée en 1916 pendant la guerre à laquelle il
participa comme médecin-major. Le martinisme a cessé sinon d'exister, au moins d'exister tel qu'il était ou voulait
être, (...) L'ordre avait d'ailleurs été déchiré par des dissensions dès 1903 et l'on ne peut ni ne doit confondre les
hommes et l'oeuvre martiniste de 1898 à 1903 avec tout ce qui l'a précédé, suivi, imité. Cette erreur a pourtant déjà
été commise et le sera nombre de fois encore par les pseudo-historiens des sociétés secrètes. C'est dans le but
d'éclairer les figures et les choses que ce volume a été constitué ainsi par M E.A. Férard.
Le martinisme est un courant de pensée ésotérique qui remonte au XVIIIe rattaché à la mystique judéo-chrétienne.
Ce courant de pensée remonte à Joachim Martinès de Pasqually, fondateur en 1761, de l'Ordre des Chevaliers
Maçons Élus Coëns de l'Univers, puis à son secrétaire, Louis-Claude de Saint-Martin, dit "le philosophe inconnu",
célèbre par son livre Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu, l'homme et l'univers (1782). Le mot
"martinisme" joue donc habilement sur les noms propres "Martinès" et "Saint-Martin".

Cette notice passionnera certain (au moins un passage est peut-être contestable concernant le Martinsime) mais elle contient un élément important

Elle parut à l'apogée de cet ordre
mystique presque au moment où le grand maître du martinisme, Nizier Philippe, conférait une influence si fameuse à
la cour de Russie, où Saint-Yves d'Alveydre établissait son Archéomètre, instrument et résumé de toute
connaissance, où l'Ecole des sciences hermétiques institué rue de Savoie par Papus (...)

Et oui ! Vous avez bien lu ! Et ceci vient confirmer toutes mes réflexions et recherches précédentes !

La Tradition et l'Initiation ne sont pas des domaines où l'on peut se contenter du bric-à-brac, du méli-mélo, du bazar, des délires que j'ai évoqués dans le premier article de ce chaînage : il est bien dommage que des écrits ou des propos aient dénaturé la véritable valeur de ce Mage  (au sens le plus riche de ce titre) guérisseur et thérapeute que fut Nizier-Anthèlme Philippe

Alors, direz-vous, qui était -il ? Je laisserai la parole à Serge Caillet (Monsieur Philippe, l'Ami de Dieu) :

...Monsieur Philippe a vécu en initié, en initié sauvage...en initié libre, en somme, à la façon dont Papus avait conçu primitivement et idéalement son initiation martiniste, l'initation formelle en moins...mais en initié, cela ne veut pas dire saint, ni que Monsieur Philippe eut été infaillible ou omniscient...

le Groupement Atlantis, qui ne fut pas tendre avec l'occultisme rapporte une de ses paroles (à la suite d'une réédition du livre de Philippe Encausse en juin 1967) :

...sur le bien et le mal : pour nous enseigner cette connaissance, il n'y a qu'un livre au monde. Ce livre s'appelle la Croix. La rue ou le chemin à prendre pour l'aller chercher se nomme la Voie du Calvaire. Pour avoir exprimé cela, Maître Philippe mérite de survivre dans les pensées et, plus encore, dans les coeurs !

portrait2

 

L'Arbresle, en bas du Clos Landar le 20 janvier 2016, j'ai dit.

 ajout technique : des articles antérieurs de ce blog sont souvent évoqués, pour les retrouver on peut poser un mot clé dans le module rechercher en colonne de droite, ou bien faire une rechercher à partir d'un mot tag.

en raison de la longueur inhabituelle de cet article, certaines photographies peuvent ne pas s'afficher immédiatement ou pas du tout, on peut cependant les voir avec le clic gauche sur l'emplacement (cela est valable pour toutes les images, ce qui permet de les visualiser en grand) ou par le clic droit qui ouvre alors un choix, mais plus complexe.