Sur les Chemins de la Tradition

Message d'accueil (revu et corrigé plusieurs fois...) par Gérard-Antoine Demon

Vous pouvez consulter directement l'actualité des articles en consultant en colonne de gauche le module derniers messages


savoir

croix bénédictine ancrée

la croix ancrée inspirée de l'Ordre des Bénédictins (St.Benoit de Nursie) : ORA ET LABORA, prie et travaille...


 

 Du fait de son contenu, le téléchargement du blog peut être long, et le réglage écran à 90 % voire 80 % est le meilleur pour voir la totalité des 3 colonnes.


 Et si vous cliquez sur le titre d'un article, en bas apparaitra un code QR qui vous en permettra la lecture sur votre mobile ! (mais pas sur une trottinette...)


 photo prise en...1951

famille (3) - Copie

 

et maintenant

moa


 

 (excusez-moi pour la longueur de ce message d'accueil qui présente quelques informations importantes, mais vous pouvez passer directement à la lecture des articles)


 

et ne cherchez pas : vous ne me trouverez nulle part sur les réseaux des cas sociaux...


 

vous pouvez également visiter le blog du Salon des Poètes de lyon dont je suis l'animateur avec toutes les infos et photos 

http://www.salonpoeteslyon.fr/ 

(105 491 visiteurs au 16/11/22)


MESSAGE D'ACCUEIL 

 
graal_3

Avant toute chose : homonymie involontaire

J'ai été questionné sur le rapport de mon blog (par son adresse URL) avec la Revue Vers la Tradition : il n'y en a aucun, si ce n'est les sujets abordés. D'ailleurs, à la création du blog j'ignorais totalement (et j'insiste là-dessus) l'existence de cette Revue et les systèmes de création n'ont posé aucune opposition.

J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'un dialogue par messagerie avec un ancien responsable de cette Revue et j'en ai profité pour m'en excuser. Et je pense la respecter totalement sans faire aucune concurrence tout en rappelant que l'intitulé de mon blog est  : les chemins de la Tradition.

Le pourquoi et comment

Comme je l'ai écrit rapidement lors de la création de ce blog, qui n'est le porte-parole de personne, de aucun groupe, de aucune religion, j'hésitais pour le référencer entre Ésotérisme et Religions ; mais pour moi ces termes sont trop restrictifs, et pour cette raison je l'ai publié en inclassable !

Je voudrais parler de la Tradition, pas la tradition des fêtes folkloriques (que j'adore et qui sont déjà un témoignage) mais de la Tradition avec une majuscule, un grand T, un tau diraient certains érudits des civilisations anciennes. Quoi de plus représentatif justement que cette lettre que l'on retrouve dans la tradition hébraïque, égyptienne et grecque ? Et dont on retrouve la forme dans la croix ansée égyptienne un T surmonté d'une anse (le Tau comme dirait une certaine Église)...Et n'oublions pas que la croix romaine de châtiment est en forme de T...

La Tradition ? Certains érudits tels René Guénon expliquent que cette Tradition était unique et primordiale et qu'on la retrouve partout sur la Terre dans les Croyances ou les Religions. Il est en effet parfois troublant de retrouver les même thèmes, les mêmes rites dans des Religions apparemment distinctes les unes des autres.

Il existe donc plusieurs chemins pour y arriver. Et ces chemins en ont d'ailleurs parfois un nom, tels les Chemins de Compostelle, et sont jalonnés de bornes, de monuments tels les églises, les abbayes au moins en ce qui concerne ce que nous appelons l'Occident chrétien mais qui ont pris la place ou complètent d'autres signes plus anciens et antérieurs à 2000 ans, témoins de la Tradition de ceux qui nous ont précédés. M'étant spécialisé sur cet Occident chrétien qui passe à ma porte et que je connais le mieux, y étant né, ne m'empêche pas de reconnaître et de réfléchir sur les autres traditions : en effet, il parait logique que, si j'étais né au coeur de la Péninsule arabique, du Népal ou en Papousie, je ne suive pas la même tradition dite religieuse...

On peut supposer que ce blog est consacré à Nizier-Anthèlme passé dans la légende sous l'appellation de Maître Philippe de Lyon : or il n'en n'est rien, ce sujet est abordé au départ pour une raison de proche voisinage et est devenu, je le reconnais volontiers, une sorte de spécialité...Ce qui est amusant c'est que j'y suis arrivé véritablement par...accident, après en avoir entendu parler par des amis plus de 10 ans auparavant...

Éthique

Et j'essaierai de vous emmener le long de ces chemins par les photos, souvent améliorées par soucis d'esthétisme, que j'ai réalisées depuis une trentaine d'années et qui permettent de mieux comprendre les lieux et d'appréhender ainsi le Sacré : je compte sur votre honnêteté pour ne pas me les voler ni d'en faire commerce. J'apprends par exemple que des sites ou de blogs, dont certains se targuent d'être inconnus, piratent tel ou tel photographie ou article, sans avoir ni le courage ni l'honnêteté de ...citer leurs sources ; pour ma part, ne fonctionnant pas ainsi, et dans le respect de mon éthique, j'indiquerai toujours les références d'origine avec liens pour que le lecteur puisse s'y reporter.

Bien que je présente des églises, des chapelles, il ne faut pas compter sur moi pour faire de la Théologie rattachée à un dogme quelconque mais tout en le respectant.Certains reconnaîtront, à la lecture, à la réflexion, malgré quelques fantaisies (le monde se meurt de ne plus comprendre l'humour), un petit quelque chose de sacré...il en est ainsi et cela est voulu. A propos, dans un univers internet où tout se monnaye, ce blog est entièrement bénévole et ne rapporte absolument rien à son auteur. Son contenu est issu de nombreuses heures d'études, de recherches, de travaux personnels et est présenté à titre purement gratuit à ses lecteurs. Il faut en profiter pour remercier et féliciter Canalblog pour la qualité des structures et modules proposés, qui permettent ainsi une présentation et un contenu de qualité. Si vous ne possédez pas de logiciel adéquat, des publicités viennent s'intercaler dans les articles ; il faut bien se rappeler que la gestion de ce blog est entièrement gratuite, d'où les publicités en compensation.

Je signais au départ de ce blog du nom (étrange, je le reconnais) de Népomucène Landarosa : il s'agit du nom de mon daïmon préféré. Quant à ce nom c'est un amusement à tiroirs quant à un domaine voisin et proche, souvent évoqué dans ce blog...Mais pour la loi, depuis le 21 aout 1948 je suis Gérard-Antoine Demon...

Conseils techniques

Le bandeau du haut en dessous du titre permet d'accéder directement à quelques catégories

Le système des tags (colonne de droite) est très utile : il suffit de cliquer sur un sujet recherché et automatiquement le système récapitule tous les articles où il est abordé. Et en colonne de droite, vous pouvez prendre le temps (météo et heure).

En Anglais

Given the amount of English-speaking visitors on my blog, in particular from the US, I thought it appropriate to write the following introduction : thank you for visiting my blog.

Iif you cannot read French I would suggest using an online translator (although I am aware these do not always translate accurately!)

I will not attempt to write any content in English as it is fairly rusty, going back to secondary school (many thanks to Iris for writing the above).

 

nd_paris

Ce médaillon sculpté est très discret...et pourtant des millions de personnes(environ 13 millions par an) sont passés devant et il est à la base du pilier central du grand portail de N.D. de Paris ! Plusieurs études érudites ont été consacrées à son sujet...

Et à la demande de quelques amis, j'ai ajouté en liens d'amis (colonne de gauche) quelques unes de me cantines...et ce ne sont pas des adresses recopiées, mais des adresses que j'ai testées..Avez-vous remarqué que bien souvent à côté d'une "bonne" église il y a un bon restaurant ? Voilà ce que c'est d'être mystique et épicurien...(je viens de le vérifier encore une fois à Ars le 9 aout 2020)

Je ne renie pas le Savoir...mais à un moment il est sage de tout oublier...en plus en quoi cela sert-il de vouloir toujours savoir plus ?                

Gérard-Antoine Demon

...certains pourraient penser que, né en 1921 en Belgique, je suis mort en 2011 (selon un avis décès) ...et bien ce n'est pas moi...!


 

venirvoir

 


06 décembre 2022

L'humilité (réédition pour le plaisir et dans l'actualité)

Je ne désire pas être le meilleur

Je ne désire pas être le premier

Je ne désire pas être le plus beau

Je ne désire pas être le plus décoré

Je ne désire pas être le plus fort

Je ne désire pas être le plus riche (quoique...ça peut servir...)

Je ne désire pas être connu à la télévision ou dans les réseaux dits sociaux

Vivre en citoyen ordinaire, être à ma juste place, partager et servir les autres...dans la mesure du possible

lionmoi

 

L’humilité

Le terme humilité est à rapprocher du mot humus, qui en est la source étymologique, et qui a donné par ailleurs le terme homme. Cela semble signifier que l’humilité consiste, pour l’homme, à se rappeler qu’il est poussière (ou littéralement : « fait de terre », c’est-à-dire de la matière la plus commune). Cela semble indiquer aussi que l’humilité est une attitude proprement humaine : et de fait, si l’homme n’est pas le seul être dont on puisse dire qu’il fut tiré du limon, il paraît bien être le seul à le savoir.

Mais du coup, il est aussi le seul à pouvoir l’oublier — et pire : à vouloir l’oublier. Au-delà de l’image du matériau (terre, humus), le terme d’humilité renvoie en effet à l’idée d’une provenance étrangère, d’une impuissance à être sa propre origine ; il paraît impliquer aussi, du même coup, l’idée d’une incapacité à s’accomplir par ses seules forces ; en un mot, il s’agirait d’avouer qu’il n’est rien en nous, hormis peut-être nos fautes et nos manquements, que nous puissions nous attribuer à nous-même, à nous seul. Or cette double impuissance n’est pas facile à admettre ; elle semble, à certains, incompatible avec la dignité de l’être humain, et sa reconnaissance constituerait à leurs yeux une intolérable humiliation.

Mais justement, est-ce une même chose d’être humble et d’être humilié ? Etre humble, est-ce se rabaisser, se manquer de respect à soi-même ? Cela doit-il conduire, en particulier, à accepter que les autres nous traitent comme « moins que rien » ?

Humilier quelqu’un consiste à nier sa dignité, ou du moins à manifester uniquement ses pauvretés et ses déficiences ; concrètement, cela revient souvent à le réduire à son animalité, ou à sa dimension purement physique : rien de plus humiliant pour un homme, par exemple, que de voir l’accomplissement de ses fonctions organiques privé du secret ou de l’habillage qui l’humanisent. Mais refuser cette humiliation, serait-ce manquer d’humilité ? Et inversement, faudrait-il refuser d’être humble pour échapper à l’humiliation ? Non pas, si humilité et affirmation de sa dignité sont, en vérité, compatibles, voire indissociables. Telle est du moins la position que l’on s’efforce ici de préciser.

D’une part, l’humilité ne consiste pas à se croire dépourvu de dignité, mais à se savoir incapable d’en être soi-même la source, et à se reconnaître impuissant à exister « à la hauteur » de celle-ci. En tant qu’être humain, je suis bien plus qu’un peu de boue (ou d’humus), contrairement à ce que suggère l’étymologie prise au pied de la lettre. Mais ce que je suis de plus, je ne me le suis pas donné à moi-même ; en outre, par mon comportement envers moi-même comme envers autrui, sans doute le trahis-je bien plus souvent que je ne l’honore. Ainsi, autant mon refus de ma dignité ne serait pas une vraie humilité (mais quelque chose qui pourrait être une profonde ingratitude), autant l’humilité véritable se manifeste par l’acceptation du fait que l’aide d’autrui m’est absolument indispensable. L’aide dont j’ai eu besoin pour être, tout simplement, en ce sens que je dois ma venue à l’être, et mon statut d’être pourvu de dignité, à autre chose ou à quelqu’un d’autre que moi-même. L’aide dont j’ai besoin, ensuite, pour tenter de ne pas être trop indigne de ma dignité : car précisément, celle-ci a quelque chose d’infini et d’absolu, qui fait de son plein respect une tâche au-dessus de mes forces — voire des forces humaines en général. Ainsi se préciserait la conciliation évoquée plus haut : être humble, ce n’est pas se considérer comme sans valeur, c’est au contraire voir sa propre grandeur et se sentir petit devant elle.

D’autre part et par conséquent, l’humilité ne saurait conduire à se laisser traiter comme un être sans valeur, et à accepter toutes les humiliations. Nulle incompatibilité entre être humble et exiger le respect : car ce dont j’exige le respect, à savoir ma dignité, c’est aussi ce dont je reconnais ne pouvoir être l’auteur. En ce sens, je demeure effacé et discret (« humble ») lors même que je mets en avant ma dignité d’être humain.

Concluons : il semble particulièrement important de ne pas se tromper sur le vrai sens de l’humilité, car toute erreur à son sujet irait forcément de pair avec une méprise sur le vrai sens de la dignité, et donc sur la juste attitude à avoir envers soi-même comme envers autrui.

publication : http://philo.pourtous.free.fr/Atelier/Textes/humilite.htm

Ajout

Et cela est de tous temps, cela continue aujourd'hui encore ; n'ai  je point écrit dans un autre article que tous les Hommes naissent egos ? Je le constate toujours dans les mondes que je fréquente, et même dans le monde de la Connaissance, de la Tradition, de l'Initiation un monde ouvert aux autres et qui les respectent dans ce qu'ils sont.

Il me fut donné de rencontrer un vieux monsieur qui, discutant des différents groupements initiatiques, me présenta un porte-cartes dépliant avec une quantité considérable de cartes d'adhésion à quantité de mouvements maçonniques, martinistes, rosicruciens ...et peut-être d'autres...Et il  était gradé partout, exerçant différentes fonctions : je me suis demandé comment il ne se mélangeait pas aussi bien dans les données que dans les rituels... Et en plus il savait tout, il connaissait tout, possédait des livres et des livres. Je dois reconnaître que sa conduite n'était pas agressive et qu'il n'imposait pas son importance. Mais ce n'est pas toujours le cas : ainsi, dans une librairie traditionnelle de Lyon, je croisai un jour un client visiblement personnage important et qui à lui seul occupait toute la boutique...

Et dans mes réflexions relatives à Monsieur Philippe et son entourage j'ai retrouvé cela. Bien sûr il y eut Papus, mais c'est un cas à part et je l'adore...Le lecteur de ces lignes doit comprendre que si je réclame l'humilité, je peux en avoir le droit et la capacité mais cela est un autre problème, je préfère l'anonymat.

Lors de mes recherches, j'ai découvert une photographie particulière qui prête à sourire : celle du docteur Surville de Toulouse (ne pas confondre avec Durville de Paris, hasard de l'homonymie et de la profession) qui organisait de grandes réunions à son Institut Médical électromagnétique et où il récompensait de nombreux lauréats. Nizier-Anthèlme Philippe y fut primé deux fois le 15 mai 1884. Et bien voici sa photographie officielle :

surville_v

les commentaires de la première édition ont été maintenus...

Gérard-Antoine Demon (c'est moi)

(vous pouvez également compléter votre plaisir de lecture en cliquant sur les tags en dessous de l'article)

30 novembre 2022

Le Musée Paul Dini, gratuit le dimanche 4 Décembre 2022

001

Villefranche-sur-Saône, nommée aussi Villefranche-en-Beaujolais, a la chance extraordinaire de posséder le Musée Paul Dini (collectionneur d'Art fondateur et patron des journaux d'annonces gratuites). Ce Musée, par la richesse de ses Collections, reçoit des visiteurs de toute la France, et même au-delà ! 

J'ai d'ailleurs consacré un album de mes photos à une des expositions précédentes (voir en colonne de droite : Le musée Dini de Villefranche-sur-Saône - Album photos - Sur les Chemins de la Tradition (verlatradition.fr)

Voici comment se présente le Musée sur son site Un musée, deux espaces - Musée Paul Dini (musee-paul-dini.com) :

Le musée municipal de Villefranche-sur-Saône est fondé en 1863 à la faveur de donations, de dépôts d’œuvres d’art appartenant à l’Etat et de quelques achats.

C’est alors un musée aux collections pluridisciplinaires (beaux-arts, archéologie, minéralogie, mobiliers, collections extra-européennes) caractéristiques des musées de province créés dans la seconde moitié du 19e siècle. Il est installé dès 1893 dans ses locaux actuels, une ancienne halle aux grains appelée la Grenette.

Dans les années 1950, le musée est délaissé. Le bâtiment est peu à peu occupé par la bibliothèque municipale jusqu’à la mise en réserve des collections et la fermeture du musée en 1978. Dans les années 1980, la Ville de Villefranche mène une politique volontariste dans le domaine de l’art contemporain. Avec ses expositions et ses ateliers de pratiques artistiques, le Centre d’arts plastiques de Villefranche devient un des lieux reconnus de l’art contemporain en région lyonnaise. C’est dans ce contexte qu’en 1999 Muguette et Paul Dini font le choix de donner à la Ville une partie de leur collection d’art moderne et contemporain. Leur donation est à l’origine de la renaissance du musée. La Ville de Villefranche entreprend alors de rénover entièrement la halle Grenette. Les travaux menés par le cabinet d’architectes Rérolle et Novel durant deux ans, permettent de conserver intégralement les façades extérieures tout en créant des espaces intérieurs lumineux, agrandis par l’aménagement des anciens greniers.

L’établissement, devenu musée municipal Paul-Dini, en hommage au principal donateur, ouvre ses portes en juin 2001. Quatre ans plus tard, en octobre 2005, le musée connait un nouveau développement avec l’ouverture d’un second espace d’exposition à proximité immédiate de la halle Grenette. Doté de salles destinées aux ateliers pédagogiques et de locaux techniques, ce nouvel espace prend le nom de Cornil, entreprise de confection textile (vêtements de travail, jeans) qui occupa les lieux de 1931 à 1985.


 

Et donc de grandes expositions y sont régulièrement organisées. Celle actuelle s'intitule : 

EXPOSITION UNIVERSELLE DE PARIS 1900 : L’AUVERGNE-RHÔNE-ALPES MONTRÉE AU MONDE

(du 22 octobre 2022 - 12 février 2023)

affiche

avec la présentation suivante : 

D’avril à novembre 1900, Paris accueille sa cinquième Exposition universelle. Durant sept mois, 51 millions de visiteurs déambulent au travers des 112 hectares qu’occupe l’Exposition. L’exposition d’aujourd’hui au musée municipal Paul-Dini souhaite témoigner de l’implication des acteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, tant artistiques qu’industriels, qui ont assuré le succès de la représentation régionale. Ils exposent non seulement dans le domaine des beaux-arts – peintures, gravures, sculptures –, mais aussi au niveau décoratif ou industriel – soierie et rubanerie, armes et cycles, horlogerie, orfèvrerie, vitrail, instruments de musique, sans oublier la photographie et le cinéma.

L’exposition présente les acteurs récompensés, dont certains sont représentés dans la collection du musée. Sont exposées environ 160 œuvres, sculptures, objets décoratifs, affiches, photographies, films, avec des prêts provenant de collections privées mais aussi de collections publiques, parmi lesquelles le musée d’Orsay, le Petit-Palais à Paris, la Cinémathèque française-musée du cinéma, le musée national de la musique, l’Institut Lumière, les musées de Lyon, Grenoble, Amiens…

Il s’agit de la première exposition consacrée à la représentativité du territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes à l’Exposition Universelle de Paris 1900.


 

ET l'entrée du Musée est gratuite tous les premiers dimanches du mois, donc le 4 Décembre prochain 

(attention ! foule)

le dépliant de l'Exposition en version PDF :

depliant_3volets_expo1900

ajout 

l'un des anciens et grands tableaux du Musée (glaneuses à Chambaudoin de  PIerre Hédouin/ SAlon de 1857) fut le départ d'un film d'Agnès Varda en 2000 : un article de Wikipédia lui est consacré : Les Glaneurs et la Glaneuse — Wikipédia (wikipedia.org)

mais je suis désolé : je me faisais une joie d'aller à cette exposition, mais l'état de mes jambes ne me permet plus de parcourir les salles parmi la foule

Gérard-Antoine Demon

 

Posté par G Rare à 16:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2022

Les lieux où je me ressource (depuis mon fauteuil)

Je connais plusieurs endroits mais je préfère ces quatre là.. Bien installé dans mon fauteuil, j'y vais de temps en temps pour me ressourcer, me recueillir, y méditer, y prier...selon vos goûts ...

l'église romane du village de Taizé (71)

5 ancienne église romane

 

la chapelle Saint Jean de Paray-le-Monial (71)

004

 

la chapelle de pélerinage de Marsanne (26)

ma14

l'église romane d'Avenas (69)

014

car, en plus, dans chacun de ces lieux, le moteur fonctionne toujours...

(comprenne qui pourra)

vous aussi vous pouvez aller y faire un tour virtuellement ou réellement ...

(et vous pouvez cliquer sur les tags en-dessous du message)

 

Posté par G Rare à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 novembre 2022

Elle arrive dans un mois !

noel

 

sapin (2)

 

Posté par G Rare à 06:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


20 novembre 2022

L'intelligence

009 - Copie

(exemplaire du penseur de Rodin au Musée de Lyon)

Il m'arrive de rencontrer des gens intelligents, d'ailleurs ils le font sentir et même parfois ils le disent avec certitude ! Alors pourquoi ne pas réfléchir sur le sujet ? 

Mais le sujet est tellement immense que...je ne le ferai pas ! Je vous engage donc à faire comme moi : consulter Wikipédia qui a publié un article fort complet et documenté...https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence.

Et à réfléchir quelques temps sur les données de cet article, mais sans trop fatiguer vos neurones, si, comme moi il vous en reste au moins un...

avec les grands

moi au milieu de gens intelligents

Posté par G Rare à 09:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 novembre 2022

Le Divin n'a-t-il que 2000 ans ?

Qui peut prétendre que le génie de la pensée humaine et que son sens du Sacré n'a que 2000 ans environ ? En considérant trois exemples relativement récents seulement autour de Mare Nostrum, nous avons les exemples de l'Egypte, de la Grèce et de la Rome antique, et cela sans remonter à 10000, à 100000 ans en arrière ; et ces trois Civilisations furent spectaculaires tant dans leurs philosophies que dans leurs connaissances , sans citer ici les autres, toutes les autres réparties dans notre monde, aussi bien au point de vue géographique que temporel..

Depuis des millénaires, l'Etre humain possède en lui la notion du Sacré, nous le voyons notamment dans les vestiges inviolés lors des découvertes de grottes. Et il n'a pas eu besoin d'apprendre à partir de quelque dogme que ce soit. Cela est d'ailleurs très bien démontré par la chercheuse exceptionnelle qu'est Annick de Souzenelle et que tous ceux qui font oeuvre de Spiritualité ou de Symbolisme devraient avoir lue (le symbolisme du corps humain publié chez Dangles) ; voir également la naissance du symbole de Myriam Philibert, même éditeur...Ces deux gros ouvrages sont pour moi de véritables bibles de recherche et de travail (ORA ET LABORA en oratoire et laboratoire selon la devise des Bénédictins).

2000 ans dans l'histoire de l'Homme n'est donc qu'une petite péripétie par rapport au calendrier de la Création. Il est regrettable que tant de personnes ne gardent en référence que cette très courte période, bien sûr parce que l'on en a les témoignages, bien sûr parce que l'on en a les écrits, bien sûr parce que cela fait partie de notre passé très récent.

Mais on a aussi les écrits de l'Egypte, de la Grèce et de la Rome antique, tous beaucoup plus anciens, cela aussi il ne faut pas l'oublier, nous avons aussi les fresque peintes sur les murs de grottes, et en les étudiant, en réfléchissant, il est impossible de dire que l'histoire du Monde remonte à seulement 2000 ans.

Et que ces phrases ne soient pas interprétées comme un rejet de 2000 ans, ce n'est qu'un appel à réflexion sur cette courte période du temps universel. L’Occident (par rapport à quoi ? Car on est toujours à l’occident ou à l’orient de quelqu’un) a découvert un Divin humanisé depuis seulement 2000 ans ; et le plus curieux c’est que ce Divin humanisé vient d’un Orient moyen ! L’Orient dit extrême avait découvert cette humanisation éveillée environ 5 à 600 ans auparavant. Cela est donc également relativement récent.

Et il faut se rappeler qu’il semble maintenant bien acquis que toutes les visions du Sacré proviennent d’une même source, d’une source unique, qui rassemble en elle toutes les Connaissances, toutes les Traditions (titre de ce blog).

Ce que l'on sait sur cette courte période fut une aide, ce que l'on sait sur cette courte période est l'entrave. Et qui y a-t-il donc de nouveau qu'il y ait à accomplir ? La Vie, car dans la Vie il n'y a aucune référence, il n'y a aucun témoignage, il n'y a aucun enseignement. Il reste donc à tout oublier mais sans le méconnaitre ; c’est d’ailleurs ce que je fais quand je visite un lieu sacré, que ce soit une église, une abbaye, un autre lieu de prière ou un champ mégalithique, ou tout autre lieu comme mon fauteuil...

C'est ce qui est, tout simplement ; allez dans le désert, au sommet d'une montagne, dans une forêt, sur un océan : où sont les paroles, où sont les écrits, où sont les enseignements ? Car tout cela est, et il n'y a rien d'autre. Rien.

coeurquibat

 

vous pouvez approfondir les sujets évoqués en cliquant sur les tags en-dessous de l'article

Posté par G Rare à 14:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 novembre 2022

Ma réédition du 11 Novembre

Verdun :(ceci est une réédition et tous les commentaires d'origine sont maintenus)


 

En Octobre 1999, avec un important groupe d'Amis (et sur la suggestion de l'un d'eux) venus de toutes régions,et même au-delà, nous avons voyagé dans la région de Verdun, avant de nous rendre en Alsace au Mont Sainte Odile, non seulement pour une visite, mais encore pour un devoir de Mémoire et de Pardon et de  Réconciliation.

Après des lieux tristement célèbres, Douaumont, Fort de Vaux, Fleury, sur lesquels il y aurait tant à dire, mais je ne le ferai pas, réservant mon témoignage à la suite du voyage : nous nous sommes rendus dans deux cimetières militaires, l'un Français, l'autre Allemand. Après notre visite et avoir accompli notre mission de pardon et de réconciliation, j'ai écrit ce texte que je viens de retrouver et qui est en 2018 toujours d'une triste actualité...Ce voyage fut fort émouvant pour tous. 

--------------------------------------------------------------------------------

Bernhard Link, Johann Kaiser, Georg Weiss, Oskan Jackel, Joseph Beer, Georg Amon, Joseph Holzinger

--------------------------------------------------------------------------------

Tous les 7 reposent en paix dans le cimetière militaire allemand de St. Mihiel, perdu, caché dans les bois et difficile à trouver sous les rafales de vent et la pluie, tout comme reposent les 715 000 victimes de cette boucherie, quel que soit leur camp.Les 4 premiers sont morts au combat le 22 avril 1915, les 3 autres le lendemain 23 avril. Quel hasard a voulu qu'ils soient enterrés dans le même emplacement dans ce cimetière perdu dans les bois, pourquoi cette tombe commune n'est-elle pas surmontée comme les autres d'une croix mais d'une plaque de pierre portant leurs noms ?

Ce sont des noms allemands, peu importe, ils auraient pu être Français, des Hommes comme eux-mêmes. S'ils avaient continué de vivre, ils auraient maintenant une centaine d'années, ils seraient devenus des vieillards, avec des enfants, des petits-enfants et des arrières petits enfants. Mais le destin a voulu qu'ils ne vieillissent pas, ils auront toujours au regard du Monde un âge figé de 20 à 25 ans. L'un d'entre eux Oskan était sous-lieutenant, il représentait par son grade une parcelle de l'autorité et il est mort, comme ses camarades, comme ceux que la différence de Nations avaient rendus ennemis. Représentait-il vraiment cette autorité auprès des simples soldats, ses subordonnés du même âge ? Il est mort, comme eux, et il est avec eux, victimes comme eux des autorités supérieures responsables de cette folie.

Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis dirigé sans hésiter vers cette tombe collective, marquée par cette pierre gravée, je leur ai dédié la Prière de François d'Assise que j'avais sur moi

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix. Là où il y a de la haine, que je mette l'amour. Là où il y a l'offense, que je mette le pardon. Là où il y a la discorde, que je mette l'union. Là où il y a l'erreur, que je mette la vérité. Là où il y a le doute, que je mette la foi. Là où il y a le désespoir, que je mette l'espérance. Là où il y a les ténèbres, que je mette votre lumière. Là où il y a la tristesse, que je mette la joie. Ô Maître, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler, à être compris qu'à comprendre, à être aimé qu'à aimer, car c'est en donnant qu'on reçoit, c'est en s'oubliant qu'on trouve, c'est en pardonnant qu'on est pardonné, c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie.

et que j'ai laissée sur la tombe.Je ne peux pas tenir d'autres propos car peut-on décrire l'indescriptible ? Il n'y a pas de mots assez forts pour imager l'effroyable boucherie des guerres où l'essence même de la Vie, de l'Être humain est totalement bafouée. Il faut cependant témoigner que les lieux visités, à part quelques exceptions terribles (comme la tranchée des baïonnettes ou la nécropole de Douaumont) sont empreints d'une Paix, d'un silence, et attirent le recueillement. La nature, elle aussi mutilée et même transformée par les combats (22 millions d'obus de part et d'autres dont 1/4 non encore explosés) , a repris ses droits, gardant toujours de vastes cicatrices que la végétation ne peut cacher.

Devant de telles choses, on ne comprend pas la folie incommensurable et le pouvoir destructeur des Hommes. Après chaque guerre, après chaque massacre, les dirigeants de tous les Pays proclament "plus jamais ça !"...et recommencent ! On a créé des organismes internationaux, d'abord la Société des Nations puis l'Organisation des Nations dites Unies ; on a signé des traités, la démilitarisation des zones à risques, la création de Casques Bleus qui assistent aux massacres les mains dans les poches, la création de zones-tampons, la menace de sanctions illusoires, mais tout ceci n'a majoritairement servi à rien : à chaque instant dans le monde des conflits, des violences éclatent entre Nations et même à l'intérieur des Peuples.Tout reste-t-il donc à trouver, à inventer ?

Un humoriste a dit que si réellement Dieu a créé l'Homme à son image, le modèle ne doit pas être beau à voir. L'Homme est-il bon et sinon comment le changer ? Ce sont autant de questions auxquelles je n'ai pas la prétention de répondre car cela dépasse complètement le petit homme que je suis, mais je peux cependant y participer, comme le raisin d'une grappe, car tout cela passe forcément par un changement de l'Esprit, un oubli de soi et un Amour et un respect au plus haut degré des autres et de tout ce qui est, tout doit pouvoir être un Temple où l'on célébrerait ce qu'il y a de plus haut et de plus sacré : la Vie.

merci à Marie-Lise Tosi et Yves J.

(pour publier ce billet j'ai ajouté quelques données techniques que j'ai trouvées sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Verdun et que j'espère exactes)

AJOUT

Et je ne savais pas que plus tard, grâce à une relation personnelle, je serais convié à assister à l'immense son et lumière Des flammes à la Lumière sur la tragédie de Verdun, en spectateur privilégié avec auparavant une visite des lieux suivie d'un repas communautaire puis d'un séjour de nuit ! ...(Connaissance de la Meuse, merci à Sylvie N.)

10 novembre 2022

Les 100 derniers visiteurs

On m'a demandé : et tes visiteurs ils en sont où ? (j'avais en effet abandonné la gestion de cette catégorie)...Alors voilà :

100

 

Posté par G Rare à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2022

J'ai reçu une carte postale de Galaad

Un ami m'envoie la photo de lui et ses camarades autour d'une table ronde...

table ronde XV

 

et voici ce qu'écrit Raymond Bernard à ce sujet :

C’est assurément une grave erreur de considérer le Graal comme de source exclusivement chrétienne. Il serait d’ailleurs tout aussi erroné de l’inclure uniquement dans la phase mystique ou soufie de l’islam.

En réalité, le Graal désigne une voie d’approche vers le divin, vers une participation telle que ce n’est plus l’homme qui cherche à appréhender Dieu mais Dieu lui-même qui "se voit" dans l’homme. Le Graal, c’est l’accession au secret de la vie universelle, c’est une réalité divine, une présence permanente, c’est la révélation totale et absolue de la sagesse universelle, c’est la suprême initiation.

Ainsi, ce qu’on a appelé "la légende du Graal" appartient aussi bien à l’ésotérisme chrétien qu’à l’ésotérisme islamique ou même à l’ésotérisme hébraïque. La "légende" est universelle, car elle contient l’univers et chaque mystique, quelle que soit son origine, son "état", sa "voie", ou ses bases religieuses, qu’il vive en Occident, ou en Orient, qu’il soit chrétien, musulman ou juif, aspire en dernière analyse, à parvenir par les étapes initiatiques qu’il franchit, à la royauté du Graal, au secret des secrets…

Le symbole de ce sublime mystère est partout un objet sacré. Pour les Celtes, cet objet, c’est la "coupe prophétique". Pour les Chrétiens, le "signe" c’est la coupe ayant contenu le sang du Christ. Pour l’islam, ce sera la pierre descendue du ciel. La conquête du Graal, par définition, est une voie active, qui renferme la parole, la lumière et la vie.

Cette voie l’empruntent les chevaliers de la table ronde, c’est-à-dire ceux qui, sur terre, ont été admis à traverser les épreuves initiatiques d’une tradition authentique et reconnue pour accéder en fin de compte à la chevalerie céleste. Un mystique, un initié, a toujours été un chevalier à toutes les époques et sous toutes les latitudes et comme l’ultime sommet à atteindre est symbolisé par le Graal, celui-ci est marqué du sceau de l’universalité...

Curieusement, et peu l’ont remarqué, l’influence islamique est incontestable dans la transmission des secrets du Graal à l’Occident. Beaucoup, certes, ont reconnu sans hésitation le rôle des Arabes dans cette transmission mais rares sont ceux qui ont admis une influence que les textes, même publics, font cependant apparaître clairement.

Ce qui peut être surprenant pour le non-initié, ce n’est pas la présence d’éléments islamiques dans la voie active du Graal dont l’apparence est sans conteste chrétienne, c’est la cohérence entre ces deux symbolismes - le chrétien et l’islamique - dans la "légende". Pouvait-il en être autrement puisque le Graal est universel ?

Rattachez cette notion à nos explications précédentes. Le Graal devient alors la sagesse éternelle, le "château de l’aventure", celui du "Graal", devient la Connaissance absolue, tous les hauts lieux, secrets ou non, sont les étapes de la conquête du Graal, les maîtres et les initiés sont les officiers et les chevaliers de la table ronde unis en un même combat pour la possession du Graal...

En fait, le Graal se trouve enfoui dans le symbolisme universel de la tradition unique sous ses multiples aspects de cette tradition dont à jamais le verbe est l’âme vivante..."

(sur le site des Baladins de la Tradition : Les Baladins de la Tradition - "Le Graal, c'est l'accession au secret de la vie universelle..." (bldt.net)

 

   

Posté par G Rare à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,