SUR LES CHEMINS DE LA TRADITION

Message d'accueil (revu, nettoyé, et corrigé le 30 janvier 2017)

 

 

 

lumière et sagesse

graal_3

(le réglage écran à 100 % voire 80 % est le meilleur pour voir la totalité des 3 colonnes)

 Du fait de son contenu, le téléchargement du blog peut être long

 

Le pourquoi et comment

Comme je l'ai écrit rapidement lors de la création de ce blog, j'hésitais pour le référencer entre Ésotérisme et Religions ; mais pour moi ces termes sont trop restrictifs, et pour cette raison je l'ai publié en inclassable !

Je voudrais parler de la Tradition, pas la tradition des fêtes folkloriques (que j'adore et qui sont déjà un témoignage) mais de la Tradition avec une majuscule, un grand T, un tau diraient certains érudits des civilisations anciennes. Quoi de plus représentatif justement que cette lettre que l'on retrouve dans la tradition hébraïque, égyptienne et grecque ? Et dont on retrouve la forme dans la croix ansée égyptienne un T surmonté d'une anse (le Tau comme dirait une certaine Église)...Et n'oublions pas que la croix romaine de châtiment est en forme de T...

La Tradition ? Certains érudits tels René Guénon expliquent que cette Tradition était unique et primordiale et qu'on la retrouve partout sur la Terre dans les Croyances ou les Religions. Il est en effet parfois troublant de retrouver les même thèmes, les mêmes rites dans des Religions apparemment distinctes les unes des autres.

Il existe donc plusieurs chemins pour y arriver. Et ces chemins en ont d'ailleurs parfois un nom, tels les Chemins de Compostelle, et sont jalonnés de bornes, de monuments tels les églises, les abbayes au moins en ce qui concerne ce que nous appelons l'Occident chrétien mais qui ont pris la place ou complètent d'autres signes plus anciens et antérieurs à 2000 ans, témoins de la Tradition de ceux qui nous ont précédés. M'étant spécialisé sur cet Occident chrétien qui passe à ma porte et que je connais le mieux, y étant né, ne m'empêche pas de reconnaître et de réfléchir sur les autres traditions : en effet, il parait logique que, si j'étais né au coeur de la Péninsule arabique, du Népal ou en Papousie, je ne suive pas la même tradition dite religieuse...

On peut supposer que ce blog est consacré à Nizier-Anthèlme passé dans la légende sous l'appellation de Maître Philippe de Lyon : or il n'en n'est rien, ce sujet est abordé au départ pour une raison de proche voisinage et est devenu, je le reconnais volontiers, une sorte de spécialité...Ce qui est amusant c'est que j'y suis arrivé véritablement par...accident, après en avoir entendu parler par des amis plus de 10 ans auparavant...

Éthique

Et j'essaierai de vous emmener le long de ces chemins par les photos que j'ai réalisées depuis une trentaine d'années et qui permettent de mieux comprendre les lieux et d'appréhender ainsi le Sacré : je compte sur votre honnêteté pour ne pas me les voler ni d'en faire commerce. J'apprends par exemple que des sites ou de blogs, dont certains se targuent d'être inconnus, piratent tel ou tel photographie ou article, sans avoir ni le courage ni l'honnêteté de ...citer leurs sources ; pour ma part, ne fonctionnant pas ainsi, et dans le respect de mon éthique, j'indiquerai toujours les références d'origine avec liens pour que le lecteur puisse s'y reporter.

Bien que je présente des églises, des chapelles, il ne faut pas compter sur moi pour faire de la Théologie rattachée à un dogme quelconque mais tout en le respectant.Certains reconnaîtront, à la lecture, à la réflexion, malgré quelques fantaisies (le monde se meurt de ne plus comprendre l'humour), un petit quelque chose de sacré...il en est ainsi et cela est voulu. A propos, dans un univers internet où tout se monnaye, ce blog est entièrement bénévole et ne rapporte absolument rien à son auteur. Son contenu est issu de nombreuses heures d'études, de recherches, de travaux personnels et est présenté à titre purement gratuit à ses lecteurs. Il faut en profiter pour remercier et féliciter Canalblog pour la qualité des structures et modules proposés, qui permettent ainsi une présentation et un contenu de qualité. Si vous ne possédez pas de logiciel adéquat, des publicités viennent s'intercaler dans les articles ; il faut bien se rappeler que la gestion de ce blog est entièrement gratuite, d'où les publicités en compensation.

Je signe ce blog du nom (étrange, je le reconnais) de Népomucène Landarosa : il s'agit du nom de mon daïmon préféré. Quant à ce nom c'est un amusement à tiroirs quant à un domaine voisin et proche, souvent évoqué dans ce blog...

Je reconnais aussi que certains articles pourraient apparaître comme provocateurs : nullement, il s'agit de sujets habituellement abordés d'une manière classique (trop ?) mais traités ici de façon à suggérer une réflexion plus approfondie, dégagée de tout dogme, coups de coeur et coups de gueule. Mais il ne faut pas confondre constatation et critique : voir à ce sujet l'article avertissement du 31 août 2014.

Conseils techniques

Vous pouvez cliquer sur les mentions RSS (colonne de gauche) pour recevoir automatiquement les avis de mises-à-jour soit des messages, soit des commentaires soit des deux. Et désormais, toujours dans la colonne de gauche, vous pouvez vous abonner pour recevoir uniquement l'avis des parutions de nouveaux articles, car j'ai abandonné l'option newsletter. Vous pouvez également sur un article proposer vos commentaires  mais tous les commentaires passent en modération avant publication, conformément à la loi, celui que certains appellent le maître de la toile est le seul maître à bord et cela ne se discute pas.Par ailleurs tout commentaire spam est immédiatement signalé et détruit. Le système des tags (colonne de droite) est également très utile : il suffit de cliquer sur un sujet recherché et automatiquement le système récapitule tous les articles où il est abordé. Et maintenant en colonne de droite, vous pouvez prendre le temps (météo et heure).

Messages revus et corrigés

Enfin, il apparaît parfois nécessaire de reprendre un ancien article compte-tenu d'éléments nouveaux : il est alors publié de nouveau avec compléments, soit à la date d'origine de parution, soit à la date actuelle.

Enfin, j'ai été questionné sur le rapport de mon blog (par son adresse URL) avec la Revue Vers la Tradition : il n'y en a aucun, si ce n'est les sujets abordés. D'ailleurs, à la création du blog j'ignorais totalement (et j'insiste là-dessus) l'existence de cette Revue et les systèmes de création n'ont posé aucune opposition. J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'un dialogue par messagerie avec un ancien responsable de cette Revue et j'en ai profité pour m'en excuser. Et je pense la respecter totalement sans faire aucune concurrence tout en rappelant que l'intitulé de mon blog est  : les chemins de la Tradition.

En Anglais

Given the amount of English-speaking visitors on my blog, in particular from the US, I thought it appropriate to write the following introduction : thank you for visiting my blog.

Iif you cannot read French I would suggest using an online translator (although I am aware these do not always translate accurately!)

I will not attempt to write any content in English as it is fairly rusty, going back to secondary school (many thanks to Iris for writing the above).

 

nd_paris

 

Et à la demande de quelques amis, j'ai ajouté en liens d'amis (colonne de gauche) quelques unes de me cantines...et ce ne sont pas des adresses recopiées, mais des adresses que j'ai testées...Avez-vous remarqué que bien souvent à côté d'une "bonne" église il y a un bon restaurant ? Voilà ce que c'est d'être mystique et épicurien...

 


18 avril 2018

Encore une tête

076

Trouvée presque cachée à la base d'un pilier sud du choeur (dans la partie la plus ancienne du XV°) d'une église du Forez, j'y suis retourné et je n'ai toujours aucune explication

Qui peut me suggérer ?

 

Posté par nepo landarosa à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 avril 2018

Fragments de fragments

Il s'agit d'un extrait du livre de Piotr Demianovitch Ouspensky Fragments d'un enseignement inconnu, consacré à Georges Gurdjieff (réédité en J'ai lu collection poche n°10111) et sous-titré la Voie de la Connaissance.

OuspenskyOuspensky

Comme tous les Passeurs de la Tradition, Gurdjieff a été beaucoup décrié, peut-être même plus que d'autres, mais nous ne sommes pas ici pour le juger, simplement pour découvrir un passage de ses Enseignements. Rappelons aussi que le livre Rencontres avec des hommes remarquables a été l'objet d'un film extra-ordinaire réalisé par Peter Brook.

...L’humanité à laquelle nous appartenons, toute l’humanité historique et préhistorique généralement connue, ne constitue en réalité que le cercle extérieur de l’humanité, à l’intérieur duquel se trouvent plusieurs autres cercles.  Nous pouvons alors nous représenter l’humanité entière, connue et inconnue, comme formée de plusieurs cercles concentriques.

Le cercle intérieur est appelé le cercle ésotérique ; il comprend les gens qui ont atteint le plus haut développement possible à l’homme : c’est le cercle des hommes qui possèdent l'individualité au sens le plus plein de ce mot, c’est-à-dire un Moi indivisible, tous les états de conscience qui leur sont accessibles, le contrôle entier de ces états de conscience, tout le savoir possible à l’homme, et une volonté libre et indépendante. De tels individus ne peuvent pas agir contrairement à leur compréhension, ou avoir une compréhension que leurs actions n’expriment pas. De plus, il ne peut pas y avoir de discordes entre eux, pas de différence de compréhension. Par conséquent, leur activité est entièrement coordonnée, et les conduit vers un but commun sans aucune sorte de contrainte, parce qu’il y a, à la base, une compréhension commune et identique.

Le cercle suivant est appelé mésotérique, ce qui veut dire intermédiaire. Les hommes qui appartiennent à ce cercle possèdent toutes les qualités des membres du cercle ésotérique, avec cette seule restriction que leur savoir est d’un caractère plus théorique. Cela se rapporte, naturellement, à un savoir de caractère cosmique. Ils savent et comprennent quantité de choses qui n’ont pas encore trouvé d’expression dans leurs actions. Ils savent plus qu’ils ne font. Mais leur compréhension n’est pas moins exacte que celle des membres du cercle ésotérique, par conséquent, elle lui est identique. Entre eux, il ne peut pas y avoir de discordes, il ne peut se produire aucun malentendu. Ce que chacun comprend, tous le comprennent, et ce que tous comprennent, chacun le comprend. Mais comme nous l’avons dit, comparée à celle du cercle ésotérique, cette compréhension est plus théorique.

Le troisième cercle est appelé exotérique, c’est-à-dire extérieur parce que c’est le cercle extérieur de la partie intérieure de l’humanité. Les hommes qui font partie de ce cercle ont, avec les membres des cercles ésotérique et mésotérique, beaucoup de connaissances communes, mais leur savoir cosmique est d’un caractère plus philosophique, c’est-à-dire plus abstrait que le savoir du cercle mésotérique. Un membre du cercle mésotérique calcule, un membre du cercle exotérique contemple. La compréhension des membres du cercle exotérique peut ne pas s’exprimer par des actes. Mais il ne peut pas y avoir de différence de compréhension entre eux. Ce que l’un d’eux comprend, les autres le comprennent tous.

Dans la littérature qui admet l’existence de l’ésotérisme, l’humanité est en général divisée en deux cercles seulement, et le cercle exotérique, en tant qu’il s’oppose au cercle ésotérique, est appelé  la vie ordinaire. C’est une grave erreur. En réalité, le cercle exotérique est très loin de nous et il se situe à un niveau très élevé. Pour un homme ordinaire, c’est déjà de l’ ésotérisme.

Le cercle extérieur proprement dit est le cercle de l’humanité mécanique à laquelle nous appartenons, la seule que nous connaissions. Ce cercle se reconnaît d’abord à ce signe que, pour les personnes qui en font partie, il n’y a pas et il ne peut y avoir de compréhension commune. Chacun comprend à sa manière, et il y a autant de manières de comprendre que de personnes. Ce cercle est appelé parfois le cercle de la confusion des langues, parce que dans ce cercle chacun parle sa langue, propre à lui seul, et que personne ne comprend personne, ni ne se soucie d’être compris. C’est donc le cercle où la compréhension mutuelle est impossible, sauf à de très rares instants tout-à-fait exceptionnels, et encore sur des sujets à peu près dénués de signification, dans les seules limites de l'être donné. Si les gens appartenant à ce cercle deviennent conscients de ce manque général de compréhension et acquièrent le désir de comprendre et d’être compris, cela signifie qu’ils tendent inconsciemment vers le cercle intérieur, parce qu’une compréhension mutuelle ne commence que dans le cercle exotérique et ne saurait se développer que là. Mais la conscience du manque de compréhension vient à chacun par les voies les plus différentes.

Ainsi la possibilité qu’ont les gens de se comprendre dépend de leur possibilité d’entrer dans le cercle exotérique, où la compréhension commence...

Gurdjieff

Résultat d’images pour gurdjieff

 

Posté par nepo landarosa à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 avril 2018

Une Initiation dans la Cathédrale de l'Ame

réédition car de temps en temps il faut refaire les peintures...

RB

J'ai longtemps cheminé dans la vallée des larmes et j'ai erré, dans la forêt de l'erreur. J'ai commis des erreurs d'une gravité extrême et beaucoup ont souffert par ma faute. Mon prochain, je l'ai jugé et tourmenté. Je me suis jugé et tourmenté moi-même. Orgueilleux, menteur, envieux et avide, tout cela, au cours clé mes vies successives, je l'ai été. Des êtres ont pleuré et perdu toute espérance à la suite d'actes néfastes que j'ai perpétrés. Par mon comportement indigne, j'ai semé le doute et l'horreur parmi ceux qui m'étaient, dans le cours du temps, le plus chers. J'ai touché au plus profond de l'abîme et je me suis cru à jamais perdu, à jamais condamné. Cela, je viens de le revivre ici. J'ai connu la souffrance de ceux qui avaient souffert par ma faute. J'ai connu leur jugement et leur tourment, leur doute et leur horreur. J'ai connu les effets, les crimes de mon orgueil, de mes mensonges, de mon envie et de mon avidité. J'ai compris les terribles souffrances que j'ai en-durées au cours de mes incarnations par l'action de la juste loi du karma, mais il m'a fallu bien des épreuves et bien des larmes pour racheter le mal que j'avais fait, car longtemps, trompé par mon ego, et choisissant la solution de facilité, je rejetais sur d'autres la responsabilité de mes malheurs, voulant ignorer que mes propres actions passées en étaient la cause et que je devais apprendre, expérimenter et comprendre les leçons de la vie pour être régénéré, C'est alors que la lumière est venue à l'occasion d'une épreuve si difficilement supportable que je n'aurais jamais cru pouvoir la surmonter. Au plus profond de moi-même, tandis que toute espérance m'abandonnait, j'ai entendu L'APPEL et je me suis dirigé vers la montagne qu'il m'était indiqué de gravir pour parvenir à la paix. Ah! comme la route qui y conduisait était difficile et combien de fois ai-je trébuché car le malheur, conséquence de ma conduite passée, me poursuivait encore bien que la direction m'ait été désignée. Mais, depuis l'appel, ce malheur, je le savais JUSTE et au lieu de me lamenter, au lieu de craindre, j'ai commencé à compatir à la souffrance des autres, à les aider, à les soutenir, à les prendre par la main pour les conduire au pied de la montagne de la paix et de la régénération. Ce n'est qu'ensuite, après bien des retours vers ceux qui gémissaient dans la vallée, le dos courbé sous le poids de mes propres et justes épreuves, que j'ai à mon tour franchi la porte étroite et que je me suis engagé sur le Sentier. J'avais, à ce moment-là, compensé déjà beaucoup de mes erreurs passées. La loi que je m'étais fixée était : HUMILITÉ ET AMOUR en toutes circonstances, dans toutes les situations, envers et contre tout. Mes difficultés, je les acceptais de la même façon. Jamais je n'étais résigné. J'acceptais POUR COMPRENDRE. C'est en gravissant le Sentier que je devais savoir vraiment et mesurer les souffrances que j'avais dû imposer à autrui pour mériter toutes celles que j'avais eu à supporter ensuite. Je me réjouissais d'avoir pu, avant même d'être admis à partager LA CONNAISSANCE LIBÉRATRICE, m'imposer une règle de vie dont je comprenais maintenant la valeur. Mais à cette satisfaction intérieure se mêlait la douleur et le repentir pour mes actes passés dont d'autres avaient retiré douleur et chagrin. Aussi mes pensées et mes actions se chargeaient-elles de plus d'humilité et d'amour encore. Et finalement, je connus la paix non seulement en progressant vers plus de connaissance, mais aussi en utilisant cette connaissance AU SERVICE D'AUTRUI. Je m'oubliais moi-même DANS LES AUTRES. Rien ne pouvait plus m'atteindre. L'AMOUR qui m'animait transformait tout et je rendais grâces pour chaque expérience rencontrée. La paix était descendue dans mon coeur, mes épreuves s'allégeaient de plus en plus. MA RÉCONCILIATION AVEC MOI-MÊME, AVEC MON MOI VÉRITABLE ÉTAIT ENGAGÉE. Elle devait ensuite se renforcer et devenir totale.

Après avoir revécu la période obscure, j'ai revécu, ici aussi, devant les Maîtres et le plus grand d'entre eux, les étapes de ma régénération. C'est alors que le don le plus sublime m'a été fait. La PAIX PROFONDE - cette paix qui m'avait été tant "souhaitée" et que j'avais tant "souhaité" moi-même aux autres - est descendue sur moi et a pris A JAMAIS possession de mon être.

Je vais maintenant retourner au monde pour y oeuvrer, pour y SERVIR. Ma responsabilité est plus considérable que jamais et j'ai été averti que j'aurais à me garder avec vigilance des dangers auxquels j'ai succombé naguère, mais une opportunité m'est donnée de servir mieux et davantage. Ma loi demeure HUMILITÉ ET AMOUR et les plus grands Maîtres m'assisteront.

Puisse mon expérience servir à vous qui m'entendez, qui me comprenez. Il n'est pas de circonstance, il n'est pas de situation, aussi tragique soit-elle, qui n'ait sa raison d'être. Il n'est pas d'abîme, aussi profond soit-il dont on ne peut émerger pour retrouver la lumière. A L'INVOLUTION SUCCÈDE L'EVOLUTION et au-dedans de chacun de nous réside ce segment d'éternité cosmique toujours prêt à répondre au moindre appel pour aider qui le veut vraiment à emprunter le chemin de la vérité. Avancez vers la Connaissance, appliquez cette connaissance et souvenez-vous que le disciple ne doit pas demander tant à être servi QU'A SERVIR et que le service s'accomplit PARTOUT et en particulier OU L'ON SE TROUVE, OU LES CIRCONSTANCES ET L'EXISTENCE NOUS ONT PLACES, car c'est là que nous devons être et assumer notre fonction de SERVITEUR. HUMILITÉ ET AMOUR... AIMER SANS RIEN DEMANDER EN RETOUR, SANS EXIGER RIEN. AIMER, TOUT SIMPLEMENT... AIMER !"

 

Ce passage est extrait de l'ouvrage Messages du Sanctum céleste écrit par Raymond Bernard (dernier chapitre) publié par le site : HUMANISME & TRANSCENDANCE 

http://www.tradition-mystique.net/index.html

 

Posté par nepo landarosa à 15:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 avril 2018

Le Clos Landar sort d'hibernation

 

 

clos fenêtres2

 

Beaucoup de personnes se sont posées la question de comprendre pourquoi, depuis 4 mois, les fenêtres des greniers sont désobstruées et donc ouvertes à tous les vents, la pluie, la neige, les orages. Cela est voulu : en effet, la Municipalité passionnée d'écologie, y mène, avant une plantation de poireaux dans l'allée centrale, en compagnie d'Associations, une expérience d'élevage de pigeons-voyageurs. Il est donc nécessaire de laisser des ouvertures pour que ces pensionnaires puissent rentrer au bercail.

Cela posa d'ailleurs un problème car les corbeaux de l'Arbresle ont fait concurrence aux doux volatiles pour rentrer dans les combles abandonnés à leur place. Tant et si bien que plusieurs équipes s'y relaient, composées de volontaires communaux, de l'Association de défense du Clos  (qui passe l'aspirateur une fois par mois) et de l'Office du Tourisme, pour chasser les intrus, les corbeaux pouvant être pris pour des pigeons.

D'autre part, du fait de l'accru de réfugiés, il a été décidé par les parties prenantes d'en accueillir certains installés au rez-de-chaussée de la maison de maître: ils sont ainsi nourris par un cuisinier-guérisseur, fort de son expérience de soupe populaire sur les marchés de quais de Saône, à Lyon ainsi qu'une cuisinière spécialiste de repas médicinaux à base de farine brésilienne si chère à Nizier-Anthèlme Philippe l'ancien et célèbre occupant des lieux. Ainsi des réfugiés affamés se restaurent pendant que certains cherchent toujours ardemment le trésor...notamment en sous-sols.

clos soupe

clos réfugiés

AJOUT DU 2 AVRIL

Des fouilles ont été organisées dans la petite retenue d'eau de la grotte et voici ce que l'on y a trouvé :

avril2

 

 

 

 

 

 

Posté par nepo landarosa à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 mars 2018

Changement de l'heure (comme tous les 6 mois)

Dans la nuit de samedi 24 mars à dimanche 25

je vous rappelle :

en AVril on AVance d'une heure les pendules

en octobRE on REcule d'une heure

(pas possible si vous avez un cadran solaire...et dites le à votre coq...)

Donc, samedi soir réglez votre réveil à sonner à 3 heures du matin et, à ce moment-là, précipitez vous hors du lit pour remettre toutes vos pendules à l'heure ; vous pourrez ensuite vous recoucher...car vous perdrez une heure de sommeil.

 

 (les commentaires ci-dessous sont ceux de mes précédentes éditions)

ET J'AJOUTE POUR LES IMBECILES QUI PROFITENT DE CE MESSAGE POUR PLACER DES SPAMS QU'ILS SONT IMMEDIATEMENT SIGNALES

Posté par nepo landarosa à 11:23 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

22 mars 2018

Nizier-Anthèlme Philippe, ça va être ta fête ! (article retravaillé en mars 2018 avec ajouts)

Rappelons d'abord que le dimanche des Rameaux est toujours celui précédent celui de Pâques. Et que le dimanche de Pâques, l'un des deux pivots de la religion chrétienne solaire et lunaire est fixé au premier dimanche suivant la pleine lune après l'équinoxe de Printemps ; cette année le Printemps est le mardi 20 mars, la première pleine lune est le samedi 31 mars et donc Pâques le dimanche 1er avril, ce qui démontre bien les attaches avec la cosmologie...

Après cet aparté, de nombreuses personnes se rendent devant la tombe de Nizier-Anthèlme Philippe dit de Lyon, ce jour là pour lui rendre hommage.

Fêter Monsieur Philippe, mais quand ? Pour la saint Nizier ? Elle tombe le 2 avril…Or nous avons lu et relu que ses amis lui faisaient la fête à cette occasion, jusqu’à ce qu’il parle un jour du dimanche des Rameaux.
Et bien au moins trois dates de fêtes organisées ainsi nous sont connues : les 27 mars 1898, 26 mars 1899 et 26 mars 1901 (d'ailleurs, si on en croit les biographes, cette année là on le fêta le 26 ou le 31 mars).
JAMAIS, je dis bien JAMAIS le 2 avril !
Le 27 mars 1898 est un dimanche ordinaire, le 26 mars 1899 est bien le dimanche des Rameaux, et le 26 mars 1901…un mardi ! La confusion peut venir dès cette époque d’une réelle confusion, car en effet le 26 mars est la saint…Dizier !!! Qui existe parfaitement et qui est fêté à cet date avec un confrère à lui ermite également aux alentours de l’an 700…


Et il faut de nouveau rappeler que Nizier-Anthèlme Philippe a suggéré (dit-on…) de le fêter le dimanche des Rameaux mais n’en déplaise à ceux, par ailleurs respectables, qui ont institué le pèlerinage de Loyasse, JAMAIS il n’a précisé sur sa tombe. D’autant plus qu’en faisant cela on va à l’encontre de sa parole demandant de laisser les morts en paix là où ils sont (voir démonstration ci-dessous) ! Et que l'on ne vienne pas me dire que cela aussi a été inventé...

De nos jours où la pensée va aussi vite que la lumière (…) on catégorise immédiatement sans chercher plus loin. Et on confond les mots : je connais bien cet état de fait et je ne cesse d’y faire la chasse partout ( puisqu’il faut développer : ailleurs qu’ici). Ainsi avec ce que nous découvrons et que nous constatons ici, on peut nous dire : vous démolissez Monsieur Philippe. Ce qui est une vision négative des choses voire nihiliste. Il y a une nette différence entre constater et critiquer, différence que certains peuvent être incapables de comprendre, dans un but évident de concours (tous les Hommes naissent égos).


Que tout le monde soit un peu attentif : Monsieur Philippe n’est en aucun cas attaqué mais nous sommes plusieurs à ne plus supporter les aberrations qui ont été accumulées et reprises sans réflexion depuis 110 ans. Et qui, à fortiori, ont permis de présenter une légende dorée d’un personnage certainement unique : certaines exagérations l’ont même ridiculisé tellement elles sont patentes et plaignons leur auteurs et ceux qui les ont  rapportées. D’autres transformations de la vérité sont plus discrètes, osons ce mot plus vicieuses : on ne peut alors les démonter par recoupements car certains ont tellement écrit, tellement parlé, que l’on y trouve le tout et son contraire.


Les documents officiels sont également très utiles, recensements,cadastres, états-civil. On peut rétorquer que rien n’est certain, qu’il y a plein d’erreurs. Il est trop facile de critiquer ainsi le travail de fonctionnaires, qui ont peut être copié ce qui leur était annoncé sans contrôle…Nous sommes plusieurs à répéter que le message de Nizier-Anthelme Philippe existe mais il a tellement été déformé qu’il est difficile maintenant de trier le vrai du faux. Quoique, on arrive à trier le faux du vrai en faisant un effort de réflexion, et les résultats ne sont pas tristes.

Il est à remarquer qu'en toute neutralité il n'est pas fait allusion ici à des groupements initiatiques et autres, ne considérant que la personne de Nizier-Anthèlme Philippe. Pour anecdote : sur un site maçonnique très documenté, il est recensé 17 structures martinistes se réclamant de lui ! Il doit bien y avoir quelque chose derrière...à moins que ce ne soit encore un coup de Papus (que j'adore) ! De même, nous pouvons remarquer que de nombreux ouvrages situés hors de ce que j'appellerai la mouvance Philippe parlent de notre héros : cela permet de remettre des choses au point avec des commentaires autres que ceux obnubilés par la légende qu'ils doivent suivre...ou démolir à tout prix.

Enfin, et nous ne le répéterons jamais assez, des responsables auto-proclamés gèrent une tombe acquise à perpétuité par la famille Régny au mépris total des autres (c'est comme faire la quête pour abattre un arbre magnifique et ne jamais en remercier les donateurs, cela s'est d'ailleurs produit également à l'Arbresle vers  2005 où des donateurs n'ont plus jamais eu de nouvelles de leur participation financière...), et le résultat visuel en est honteux et peut être considéré comme un affront à la mémoire des occupants du lieu. Il était tout-à-fait normal que le bric-à-brac de quolifichets superstitieux disparaissent, mais en arriver à faire disparaitre des plaques de marbre lui rendant hommage, c'est tomber dans l'excès inverse et cela prouve une méconnaissance totale des auteurs de ce rapt.

Et dimanche 25 mars 2018 ce sera le dimanche des Rameaux, bon nombre de personnes vont rendre hommage au mage Philippe : certains le matin au cimetière de Loyasse, d'autres, qui ne veulent pas rencontrer les premiers, en début d'après-midi, et d'autre enfin, qui ne veulent rencontrer ni les uns ni les autres, en fin d'après-midi. Et oui ! Les choses en sont là, il semble très loin le message de ce Monsieur Philippe, puisqu'il s'agit maintenant d'histoires de personnes, de prééminence, de certitudes.

Je rappelle simplement des paroles qui lui sont attribuées :

- Point n'est besoin de le faire pour les morts. Laissons-les là où ils sont et restons où nous sommes

- Il vaut mieux laisser les morts tranquilles ; il ne faut pas les prier

- Il est dit dans l'Evangile qu'il ne faut pas déranger les morts

- L'Ecriture n'a-t-elle pas dit de laisser les morts tranquilles ?

Cette recherche donne un résultat étonnant car une seule citation pourrait laisser un doute, mais en trouver autant est vraiment significatif. Alors ? Va-t-on prétendre que toutes ces citations sont fausses, auquel cas il faut considérer que tout ce qui a été rapporté de Maitre Philippe est faux et remet en question une légende parfois savamment orchestrée...Ou alors en lui rendant ainsi visite à Loyasse on trahit son enseignement et sa pensée ? Ou peut-être n'a-t-on pas lu attentivement les écrits le concernant ? Dans ce cas on peut plaider la bonne foi due à la méconnaissance.

Pour ma part, je le redis : la Saint Nizier est fêtée le 2 avril de chaque année (de plus une très ancienne église de Lyon porte ce vocable) et c'est une date fixe. Quelqu'un pourrait avec humour fêter également la Saint Anthèlme le 26 juin ou même la Saint Philippe le 3 mai...

A la même date du dimanche 25 mars, l'association Maitre Philippe basée à l'Arbresle, ouvre, avec autorisation de la Municipalité, le parc et la cour du Clos Landar pour un après-midi de visites (accès fléché). Quant au sort du Clos Landar nous n'en reparlerons pas pour le moment (feuilleton à suivre...) : au-dessus de la Mairie, attention le quartier est en travaux avec la réalisation d'habitats par la Societe d'Economie Mixte de Construction du Departement de l'Ain.

photo mp jeune - Copie

(différents exemplaires de cette photographie circulent dont certains ont été modifiés pour des raisons supérieures et inconnues)

et vous pouvez cliquer sur l'un des tags référencés en bas de cet article, essentiellement celui "Maitre Philippe de Lyon"

d'autre part, les commentaires sont ceux de la première publication de cet article et je les maintiens.

 

 

 

 

17 mars 2018

Le silence mène-t-il à l'équilibre ? Ou le contraire ?avec réintégration de commentaires...

Cet article fut publié la première fois il y a presque deux ans, mais compte-tenu de son universalité, il n'y a rien à changer, et pour paraphraser un certain William Shakespeare (repris par l'écrivain américain William Faulkner), dans un monde plein de bruit et de fureur...

Une fois encore , je vais reprendre ici des paroles de Sagesse signées Raymond Bernard et publiées par le site des Baladins de la Tradition, Raymond Bernard qui ne cessa de conseiller de tuer le vieil homme qui est en nous, qui ne cessa de conseiller de supprimer l'égo au profit du Soi ; ces écrits, ses paroles semblent aujourd'hui bien oubliées... ( j'ai repris ici la mise en page exacte des Baladins : http://bldt.net/Om/spip.php?article989 dont je salue une nouvelle fois le sérieux )

En Toi fais silence...

"Equilibre et silence vont de pair."

 

 

"Le premier objectif du disciple doit être la recherche de l’équilibre. Il faut que soit définitivement établi chez lui, un point de rencontre entre le matériel et le mysticisme, entre le physique et le spirituel, de telle sorte que le mysticisme soit contrôlé par le matériel, le spirituel par le physique et vice-versa. Il n’y a pas d’autre solution pour une démarche véritable et efficace sur le sentier que ce point d’appui, ce point de jonction où doit se situer sans cesse le disciple, car c’est seulement ainsi qu’il parviendra au but. Le matériel est un point du triangle, le spirituel en est un autre, et le troisième point est le disciple lui-même qui, par conséquent, évolue efficacement et réellement, uniquement s’il prend appui sur l’équilibre des deux autres points.

"Dans le triangle formé par le matériel, le spirituel et le disciple, le quatrième point est donné par la rencontre des trois perpendiculaires abaissées de chaque pointe sur le côté opposé et en ce quatrième point, qui confère à la démarche mystique ses assises parfaites où se retrouvent, se conjuguent, les trois autres, c’est la loi du silence. C’est là que se concentrent la force et la lumière, c’est là que se produit la communion intérieure, le contact avec le Soi. Ce point central est un noyau de puissance infinie, d’équilibre absolu, de connaissance parfaite. La bible rappelle le pouvoir du silence en une formule courte mais significative : "Entre dans le silence et sache que je suis Dieu", car c’est "dans le silence" qu’on reconnaît "celui qui est" - la présence divine, le moi intérieur, le Soi.

"La pratique du silence est une obligation fréquente pour le mystique. S’écartant des agitations du mental, repoussant tout ce qui est "extérieur", il entre quelques instants en lui- même pour faire le point, c’est-à-dire recueillir la direction et la lumière du centre où convergent en une harmonieuse combinaison l’essence de toutes les données spirituelles, mentales et matérielles qui constituent son existence. Il est évident que la pratique du silence est essentiellement passive. Pour recevoir, il faut se taire et le mental doit être muet, ce qui ne signifie pas qu’aucune idée intuitive ne se manifestera et que le cours des pensées ne prendra pas une direction déterminée. C’est au contraire ce qui se produira, il n’y a pas de vide absolu. Il suffit donc d’adopter l’attitude d’un spectateur et de "voir" sans participer. Le mental n’interrompt jamais son cours pas plus que les sens ne cessent de fonctionner, mais on peut ne pas avoir conscience du travail mental ni percevoir les impressions sensorielles. Certains disent qu’ils ne peuvent pas se concentrer, qu’ils s’aperçoivent soudain que leur pensée n’a pas cessé d’errer. C’est là une erreur de compréhension. En effet, soudain ils remarquent que leur mental poursuit son œuvre et ils en concluent qu’ils ne sont pas concentrés. Mais ils oublient qu’avant ce "soudain", ils étaient "ailleurs", précisément "dans le silence de l’âme". Ce silence est rompu au moment du "soudain", c’est-à-dire quand ils se rendent compte objectivement que le mental travaille. Or, je le répète, le mental n’a jamais cessé de fonctionner même au cours de la période de silence, mais il le faisait sans qu’il y ait participation ni conscience.

"Entrer dans le silence, c’est donc ne plus participer, ne plus avoir objectivement conscience des processus mentaux et physiques dont l’activité est ininterrompue tout au long de l’existence humaine, et il est important de se souvenir que si, à un moment, on reprend conscience de ces processus, la période de silence est achevée , mais que, précédemment, on était bien "dans le silence".

"La période de silence peut ne durer que quelques secondes du point de vue humain. La durée est sans importance. Une seule seconde de vrai silence au niveau du Soi suffit à la manifestation d’une force et d’une connaissance infinies qui sans être perçues immédiatement, se développeront ensuite de mille manières dans la vie consciente sans qu’il soit possible ni nécessaire d’attribuer de tels résultats aux périodes de silence. Ce sont ces périodes que les Maîtres utilisent pour leur action, pour inciter, guider, établir les conditions d’une meilleure compréhension. C’est dans le silence de l’âme que nous œuvrons au service du disciple, pour qu’ensuite ses efforts résultent en une progression plus rapide et plus efficace.

"Tout est utile dans la voie initiatique - la théorie et la pratique, la lecture et l’expérience, la discussion et le recueillement, mais s’il y a déséquilibre, trop de théorie explicative et pas assez de pratique, trop de lecture et pas assez d’expérience, trop de discussion et pas assez de recueillement, alors l’effort est vain. Equilibre et silence vont de pair. L’un complète l’autre et lui confère sa pleine valeur."

RB

j'ai déjà consacré plusieurs articles à Raymond Bernard que vous pourrez retrouver ici :

http://verlatradition.canalblog.com/tag/Raymond%20Bernard

et comme d'habitude, les commentaires liés à cet article sont forts instructifs et amènent à réflexions...et donc il m'est apparu intéressant de réintégrer ici quelques uns des ajouts par commentaires :

1/il est à remarquer que ces conseils, malgré les références, peuvent être suivis en dehors de toute croyance, de toute religion, de toute école. Ils peuvent permettent à chacun de se créer sa propre voie de Sagesse, sa propre éthique ; et en essayant de les suivre, on s'aperçoit, ce fut mon cas, qu'au delà de la parole, qu'au delà des écrits, qu'au delà des catéchismes, il n'y a ...rien...ou alors il y a...tout...

2/et j'aime beaucoup ce qu'écrit Serge Caillet à propos de Nizier-Anthèlme Philippe dit Maitre Philippe de Lyon : Monsieur Philippe a vécu en initié sauvage, c'est-à-dire affranchi des sociétés d'initiation dirigées par ses amis...en initié libre, en somme, à la façon dont Papus avait conçu primitivement et idéalement son initiation martiniste, l'initiation formelle en moins... Les conseils proposés par cette étude de Raymond Bernard rejoignent cette vision des choses, lorsque l'Etre a reçu l'Initiation formelle il peut conduire sa vie, ses pensées, comme un adulte : il n'est plus l'enfant qui devait chercher à apprendre. Et donc peut se permettre de ne plus suivre à tout prix la course aux décorations, honneurs, grades qui ne sont que des créations humaines, bien souvent au service de l'égo et non du Soi.

3/Beaucoup de personnes n'ont pas encore compris qu'il y a une différence entre le "soi" (l'égo) et le "SOI", ces personne ne pensent que par le corps et la densité... plus c'est lourd, densifié et perceptible, plus c'est viable pour eux, alors que ça ne représente que l'expression du "soi" et toutes les illusions qui vont avec. Le jour ou ils comprendront que ce n'est pas le véhicule, mais le cocher du véhicule (le grand SOI) qu'il faut écouter par les messages qu'il délivre au corps, ça sera bon... sauf que ce cocher s'exprime avec des MAUX lourds quand on ne veux pas l'écouter, et non pas des mots... Si nous parvenons à l'écouter, il ne s'exprimera plus avec des maux, ni des mots, mais avec des émotions.

 

09 mars 2018

Lyon

lyon st jean 3

Pour vous permettre de voir mes photos de Lyon (et vous donner envie...), vous pouvez consulter en colonne de droite les albums suivants titrés Lyon :

- la Basilique d'Ainay (abbaye)

- la Basilique de Fourvière (nouveau)

- le musée des Beaux Arts : Egypte et Grèce

- le musée des Beaux Arts : le jardin

- le musée des Beaux arts : les sculptures de la Chapelle

des photos de la Cathédrale Saint Jean son déjà présentées dans divers articles, notamment : Compte-rendu succinct de la conférence sur les énergies de la Cathédrale de Lyon - SUR LES CHEMINS DE LA TRADITION

 

 

Posté par nepo landarosa à 11:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mars 2018

Méditation

méditation

Posté par nepo landarosa à 20:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 mars 2018

Arrêté municipal

sous tane

Posté par nepo landarosa à 19:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 mars 2018

Ma recette du poulet à la crème

poulet3

J'ai déjà pratiqué cette recette plusieurs fois, elle est donc rodée, et le résultat est super pour pas cher... 

Prendre un poulet d'au moins 1 kilog (s'assurer qu'il n'est plus vivant, déplumé et vidé), le découper en 6 morceaux ; à défaut acheter une barquette de cuisses/avant-cuisses.

Dans une cocotte assez grande, mettre 4 à 5 cuillers d'huile d'olive (ou d'une autre huile de cuisson mais pas de vidange auto), enfin au juger pour que le fond soit bien recouvert.

Y poser les morceaux de poulet et les faire dorer sur tous les côtés, au besoin en plusieurs fois en les réservant dans un saladier.

Saler les morceaux de poulet selon le goût.

Remettre l'ensemble dans la cocotte, ajouter 5 ou 6 échalotes et 4 ou 5 gousses d'ail coupées en fin morceaux, cela selon le goût.

Déglacer plus ou moins abondamment (toujours selon le goût) avec du vin blanc sec ou du cidre brut (ça change un peu du vin), de façon que le tout soit bien arrosé.

Couvrir et faire mijoter pendant environ 20 minutes, en surveillant la cuisson (assez de liquide ?) et en retournant tous les morceaux de temps en temps. Pendant toute la cuisson surveiller si le fonds ne brûle pas par manque de sauce.

Retirer les morceaux du liquide et les réserver dans un saladier, ajouter hors du feu du poivre et 20 cl de crème épaisse, semi-épaisse  ou iquide, bien mélanger le tout, gouter pour vérifier l'assaisonnement (manque de sel ? manque de poivre ? manque de vin blanc ? manque de crème ?).

A la fin ajouter de l'estragon pilé ou en morceaux, bien mélanger.

Remettre les morceaux de poulet dans la cocotte, et arrêter dès que la sauce boût et prend de la consistance.

On peut servir avec du riz, des champignons (j'ai même essayé avec des pruneaux) préparés soit à part, soit dans la cocotte avec le poulet et la sauce.

Ne pas oublier de servir avec du vin blanc ou du cidre (selon la sauce).

Le résultat est un plat complet, peu coûteux, assez consistant et très gourmand.

Posté par nepo landarosa à 10:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 mars 2018

Jordi Savall (pour des histoires de gros sous elle n'est plus en fonds sonore : mon blog est devenu muet)

Jordi Savall - Lamento Della Ninfa - Video

 

 

 

Posté par nepo landarosa à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2018

Apollonius de Tyane, l'un de mes premiers articles en 2012

 

Au premier siècle de notre ère, à la frontière de Babylone, un garde questionna un voyageur grec de belle apparence

- « Quels présents apportes-tu à notre souverain? demanda-t-il.

- Toutes les vertus, répliqua le Grec.

- Penses-tu que notre roi ne les a pas? s'enquit l'officier.

- Il peut les avoir, mais il ne sait pas s'en servir », répondit hardiment le voyageur qui s'appelait Apollonius de Tyane.

Malgré l'insolence de ses propos, le voyageur fut autorisé à passer la frontière babylonienne, le garde estimant que le roi pourrait trouver quelque intérêt à rencontrer l'excentrique visiteur.

Apollonius était né en Cappadoce vers l’an 4 av. J.-C. Ses maîtres cessèrent de l'instruire lorsqu'il eut quatorze ans, à cause de son intelligence innée. Le jeune garçon, à seize ans, prononça les vœux qui le liaient à 1'école de Pythagore et s'attacha au temple d'Aegae. Sa sagesse et ses réussites médicales étendirent si vite sa réputation que l’on disait en Cappadoce aux gens pressés: « Pourquoi tant de hâte? Courez-vous voir le jeune Apollonius? »

Un prêtre d'Apollon lui apporta un jour une carte gravée sur cuivre, lui disant qu'elle indiquait le chemin de la Cité des Dieux. Apollonius fut bientôt en route vers l’est. A Mespila (Ninive), un certain Damis lui offrit ses services comme guide. La biographie du philosophe grec fut écrite, plus tard, par Philostrate à la demande de l'impératrice byzantine Domna.

Après de dures étapes qui les menèrent en Inde, les deux voyageurs, partant des bords du Gange, tournèrent au nord en direction de l'Himalaya. Il est à présumer qu'ils allèrent au Tibet, car le voyage prit dix-huit jours. Comme le sage grec et son dévoué compagnon approchaient de l'Olympe asiatique, d'étranges phénomènes commencèrent à se produire. Le chemin qu'ils empruntaient s'effaçait derrière eux. Le paysage était mouvant et il semblait aux voyageurs qu'ils avançaient dans un site enchanté. Aux limites de cette région merveilleuse, un jeune garçon vint à leur rencontre et s'adressa, en grec, au philosophe, comme si la venue de celui-ci était attendue. Apollonius de Tyane fut alors présenté au maître du pays que Philostrate appelle Iarchas.

La fabuleuse contrée regorgeait de merveilles scientifiques. Il y avait des puits d'où sortaient des colonnes de lumière qui s'élevaient dans l’air comme celles des projecteurs. Des pierres phosphorescentes illuminaient la ville d'une clarté comparable à celle du jour.

Apollonius et Damis assistèrent à des démonstrations de lévitation où les hommes, sans poids, flottaient en Pair. Quatre automates, tripodes, circulaient dans la salle à manger, distribuant nourritures et boissons tandis que les visiteurs étaient assis à la table de leur hôte. Le biographe d'Apollonius emprunte à Homère la description de ces robots qui « mus par l'esprit, roulaient de place en place autour du lieu béni, se déplaçant d'eux-mêmes, obéissant au moindre signe des dieux. »

Les réussites techniques et la supériorité intellectuelle de cette communauté impressionnèrent si fort Apollonius qu'il se contenta d'un signe muet d'assentiment quand le roi Iarchas lui fit remarquer ce fait évident: « Tu es venu vers les hommes qui savent tout. »

Selon le philosophe de Tyane, ces savants « vivaient à la fois sur la terre et en dehors d'elle. » La remarque a-t-elle un sens littéral ou allégorique? Si nous l'acceptons à la lettre il faudrait comprendre que ces peuples étaient en communication avec d'autres mondes d'autant plus aisément qu'ils avaient maîtrisé la force de gravité. Cette interprétation permettrait de comprendre une autre affirmation de Iarchas: «que l'univers est chose vivante. »

Apollonius reçut des adeptes d'Asie une double mission. Il fut chargé, tout d'abord, d'enterrer certains talismans ou aimants dans des lieux qui, à une époque future, prendraient une signification historique. Il devait, de surcroît, rentrer en Occident pour secouer la tyrannie romaine.

Le sage grec parvenu à Rome sous le règne de Néron, au temps ou les écoles philosophiques étaient en butte aux persécutions, fut promptement traduit devant un tribunal. Lorsque le procureur déroula le manuscrit où étaient consignées les charges contre Apollonius, le juge, stupéfait, constata que le document était vierge! Aucune preuve écrite ne pouvait être retenue contre lui: l'accusation tombait d'elle-même. Apollonius fut relâché, mais, de ce jour, les autorités romaines furent envahies, à son égard, d'une crainte superstitieuse.

Sous l'empereur Vespasien les choses aillèrent mieux et le philosophe fut choisi comme conseiller impérial. Son influence augmenta encore avec Titus qui lui dit: "En vérité, si j'ai pris Jérusalem, toi, Apollonius, tu m'as conquis! " Sous le règne de Domitien, le sage fut accusé d'activités anti-romaines. Au procès, Apollonius regarda dédaigneusement l'empereur qu'il avait connu tout enfant. Les patriciens, anxieux, se souvenaient des faits étranges survenus au tribunal de Néron. Domitien et les juges, pour éviter un échec public, tentèrent de se blanchir en retirant quelques-unes des charges imputées à l'accusé à condition qu'il fût cependant condamné.

Face à l'empereur romain, Apollonius, se drapant dans son manteau, l'interpella: "Tu peux détenir mon corps, mais non mon âme, dit-il, et j'ajoute que mon corps même tu ne le tiens pas! " Sur ces mots, il disparut dans un éclair que purent voir des centaines de témoins rassemblés au tribunal.

L'histoire ne mentionne pas la date à laquelle mourut le philosophe. La présence d'Apollonius, alors centenaire, est attestée à Éphèse, puis les chroniqueurs perdent la trace de ce personnage hors série.

Le séjour du sage de Tyane en Asie où il s'instruisit aux pieds de ceux « qui savaient tout» est d'un grand intérêt historique. Apparemment, nos robots ne sont pas nouveaux si des automates servirent Apollonius et Damis dans le palais de Iarchas. L'antigravitation était utilisée par ceux qui pouvaient à leur gré s'élever et planer dans les airs. D'après le récit, le paysage était mouvant quand les voyageurs arrivèrent dans les parages de la secrète demeure tibétaine. Les vagues lumineuses ondulatoires relèvent plus de la science-fiction que de la science proprement dite, mais le phénomène pourrait expliquer les scènes qui se passèrent aux abords du Tibet et la disparition du philosophe grec au tribunal de Domitien. La brillante clarté qui provenait des puits et des pierres était peut-être produite par l'électricité ou quelque autre source d'énergie. Personne n'a le droit de rejeter sans examen le témoignage de Philostrate qui recourut, à Byzance, à de nombreux documents pour rédiger la biographie d'Apollonius. Pas plus que ne sont contestables les écrits des auteurs de l'Antiquité comme Hérodote, Virgile, Plutarque et tant d'autres. Apollonius de Tyane fut si vénéré que Septime Sévère, maître de l'empire romain de 193 à 211 de notre ère, conservait une statue du philosophe grec dans une chasse qui abritait également Jésus et Orphée.

"Nous ne sommes pas les Premiers" Andrew THOMAS (disciple de Nicholas Roerich)- Les chemins de l'impossible ALBIN MICHEL - 1972 cité par

http://www.apollonius-de-tyane.ch/apollonius.htm#APOLLONIUS

Ceux que la vie d'Apollonius intéressent peuvent également consulter http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollonios_de_Tyane

(impression rectifiée)

Posté par nepo landarosa à 17:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2018

Vous voulez faire une bonne action pour la Recherche médicale ?

 

Je vous ai déjà parlé de Nina, artiste aux multiples talents habitant Agde (poésie, musique, cuisine) ; et bien elle a eu l'idée d'enregistrer un CD au profit de la Recherche médicale sur la sclérose en plaques, maladie qui l'assigne à résidence depuis 26 ans !

https://www.fr.ulule.com/cd-nina/

(si le lien ne fonctionne pas, posez ulule.com/cd-nina)

Donc, amis, donnez !

Et pour mémoire pour consulter ses productions poétiques  et littéraires :

http://www.les-nouvelles-chaises-de-nina.blog4ever.com/

ninanoel

elle a de bonne fréquentations...

 

 

Posté par nepo landarosa à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2018

Coup de chapeau

Je rends hommage aux ajusteurs-monteurs qui sont des gens très respectables et qui savent faire du travail de précision dont je serais bien incapable. Leur métier nécessite un certain nombre de compétences, contrairement à ce que voudraient faire croire des propos imbéciles.

 

ajusteur monteur

 

Posté par nepo landarosa à 15:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 février 2018

Test de personnalité

les pensées

AVIS AUX SPAMEURS

depuis quelques temps je reçois quantité de commentaires imbéciles promettant de pseudos prêts financiers ; leurs expéditeurs se trompent carrément, car la seule richesse promue par ce blog est celle de l'esprit et d'autre part, dans le cadre de la modération, tous leurs messages sont immédiatement signalés comme spams et détruits.

      

 J'ai piqué ce test sur le blog d'une amie (merci Claire) il permet de se connaitre un peu en s'amusant (le lien qui y figure n'est plus valable), et pour comprendre le fonctionnement de vos neurones, vous pouvez suivre les billes bleues de l'illustration...

1. Quand vous sentez vous le mieux ? 

a) le matin
b) l'après-midi et le soir   
c) tard le soir ou la nuit 
 
2. D'habitude, vous marchez.....

a) assez rapidement, prenant de grand pas  
b) assez rapidement, prenant des petits pas   
c) moins rapide la tête haute, les yeux ouverts sur tout ce qui se passe 
d) moins vite, tête inclinée vers le bas 
e) très lentement
 
3. En parlant avec quelqu'un ou plusieurs personnes, vous...

a) êtes debout, les bras pliés  
b) vous avez les mains jointes
c) vous avez une ou les deux mains sur les hanches ou dans vos poches 
d) vous touchez la personne avec laquelle vous parlez
e) vous jouez avec votre oreille, touchez votre menton, ou vos cheveux 
 
4.
Quand vous êtes détendu, vous êtes assis avec... 

a) vos genoux pliés et vos jambes correctement l'une à coté de l'autre    
b) les jambes croisées 
c) les jambes allongées ou droites 
d) une jambe repliée en dessous de votre personne 

5.
Quand quelque chose vous amuse vraiment, vous réagissez avec... 

a) un grand rire d'appréciation   
b) un rire, mais pas trop fort   
c) un grand sourire    
d) un petit sourire 
 
6. Quand vous allez à une fête ou un évènement social, vous..

a) faites une entrée bruyante… pour que tous puissent vous remarquer

b) faites une entrée calme, cherchant quelqu'un que vous reconnaissez 

c) faites une entrée des plus silencieuses, ne voulant pas être remarqué

7. Quand vous travaillez, que vous êtes très concentré, et que quelqu'un vous interrompt... 

a ) vous appréciez le moment
b) vous êtes extrêmement irrité  
c) vous variez entre ces deux extrêmes 
 
8. Quel est le choix de couleurs que vous aimez le plus?
 

a) Rouge ou orange
b) noir  
c) jaune ou bleu horizon
d) vert  
e) bleu fonçé ou pourpre

f ) blanc
g) brun ou gris  
 

9. Dans le lit, les derniers moments avant de vous endormir, vous êtes couché...

a) étendu sur le dos  
b) étendu sur le ventre 
c) sur le côté, légèrement courbé 
d) la tête sur un de vos bras 
e) la tête sous les couvertures 
 

10. Dans vos rêves, vous êtes souvent en train de...

a) tomber
b) vous battre, de lutter, de résister  
c) chercher quelqu'un ou quelque chose
d) de flotter ou de prendre un envol 
e) normalement, vous ne rêvez pas 
f ) vos rêves vous font toujours plaisir 

 

              
   Points
1.
(a) 2  (b) 4  (c) 6 
2.
(a) 6  (b) 4  (c) 7  (d) 2    (e) 1 
3.
(a) 4  (b) 2  (c) 5  (d) 7  (e) 6 
4.
(a) 4  (b) 6  (c) 2  (d) 1 
5.
(a) 6  (b) 4  (c) 3  (d) 5  (e) 2 
6.  (a) 6  (b) 4  (c) 2 
7.  (a) 6  (b) 2  (c) 4 
8.  
(a) 6  (b) 7  (c) 5  (d)4 (e) 3  (f) 2  (g)
9. (a) 7  (b) 6  (c) 4  (d) 2  (e) 1
 

10. (a) 4  (b) 2  (c) 3  (d) 5  (e) 6  (f) 1 
 
  
Maintenant faites l'addition de vos points

                  Plus de 60 points

les autres vous voient comme quelqu'un avec qui il doivent 'faire très attention.' On vous considère sain, centré sur vous-même, et extrêmement contrôleur. Certains pourraient vous tenir en admiration, pourraient vouloir être plus comme vous. Mais ils ne peuvent se fier à vous et hésitent de faire d'un rapprochement avec vous. 

                  51 à 60 points

Vous êtes considéré comme étant une personne excitante, hautement volatile, plutôt impulsive ; vous êtes un meneur naturel, quelqu'un qui prend une décision rapidement, mais pas toujours la bonne. On vous considère aventureux, quelqu'un qui essaierait tout au moins une fois;  quelqu'un qui prend des risques et aime l'aventure. On aime être avec vous parce que ça bouge. 

                 41 à 50 points

 Vous êtes d'une fraîcheur vivante et charmante, une personne amusante, pratique, et toujours intéressante ; toujours au centre de l'attention des autres, mais suffisament équilibrée. Vous êtes vu comme étant une personne géniale qui aime tout le monde, quelqu'un qui fait plaisir à son entourage et n'hésite pas à rendre service aux autres. 

                  31 à 40 points

On vous considère comme étant très sensible, circonspect, prudent et pratique.  Vous êtes astucieux, doué, talentueux mais modeste. Vous ne faites pas d'amis rapidement ou facilement, mais vous êtes d'une grande loyauté envers vos propres amis. Vous leurs demandez cette même loyauté. Ceux qui vous connaissent bien savent que votre fidélité envers vos amis est très grande. Parallèlement, si cette loyauté serait trahie, ce serait, pour vous, inpardonnable. 

                   21 à 30 points

 Vos amis vous considèrent comme étant assidu et et pointilleux. On vous voit très prudent, extrêmement soigneux, lent et bûcheur. Ce serait à leur grande surprise que vous feriez quelque chose d'impulsif ou sous l'impulsion du moment. On s'attend à ce que vous examiniez tout de très près, très soigneusement et de tous angles avant de prendre une décision contre. On pense que cette façon de réagir est dûe à votre nature prudente.

               En dessous de 21 points

Les gens vous voient comme étant timide, nerveux, indécis, quelqu'un qui a besoin que l'on s'en occupe, quelqu'un qui laisse les décisions aux autres et qui ne veut pas s'engager avec qui ou quoi que ce soit.   Vous êtes considéré comme étant un éternel inquiet qui ne voit que des problèmes qui n'existent pas. Certains vous considèrent comme étant ennuyeux. Seuls ceux qui vous connaissent bien savent que vous ne l'êtes pas.

 

Posté par nepo landarosa à 15:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 février 2018

Femmes par Jean-Marc Le Bihan

  

 

si la vidéo ne démarre pas, cliquez dessus, de même ne regarder cette vidéo que seule (en cliquant sur le titre, sans passer par la page d'accueil pour ne pas faire doublon avec la musique générique).

Posté par nepo landarosa à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 février 2018

Etre Chevalier dans le monde d'aujourd'hui : réédition pour un HOMMAGE

J'ai déjà par deux fois publié ce texte. Si je le refais aujourd'hui c'est pour une ciconstance très particulière : le départ de son auteure. C'est avec une très grande émotion que je salue ici la mémoire de Marie-Lise T. Car je lui dois tant : nous avons travaillé ensemble plusieurs années, lors de rencontres mensuelles en petit comité à Paris, notamment dans une extraordinaire bibliothèque privée. C'est elle qui m'a appris à travailler comme je le fais ici et qui a pleinement contribué à ma richesse de l'Esprit : sans elle, ce blog n'existerait pas ainsi !

Ainsi, justement ce texte remarquable intitulé : Être chevalier aujourd'hui ? et dont je me suis permis de relever quelques extraits.

Le monde change, le cycle change, tout change autour de nous. Et parce que tout change et qu’on comprend que tout doit changer, on prend la décision, chacun à l'heure qui est la sienne, de travailler à ce changement. Ainsi quand on a pris conscience de la nécessité pour le monde de s'élever au plan de spiritualisation qui doit être le sien en cette nouvelle ère, on décide de retrousser ses manches afin d'aider à cette difficile parturition.

Quelle tâche enthousiasmante que de participer à l'avènement d'un âge nouveau ! Quelle œuvre satisfaisante pour l'esprit que d'aider les autres à progresser sur le chemin qu'on juge le meilleur ! L'être s'enflamme vite, et d'autant plus qu'il est persuadé d'œuvrer dans le sens de ce qu'il considère comme le summum bonum. Parce qu'on a découvert, derrière l'arbre des apparences, la forêt du monde neuf qu’on veut contribuer à mettre au jour pour le commun des hommes, on croit, de bonne foi, s'être définitivement dégagé des liens étroits d'une vue limitée et d'un égoïsme desséchant. ...

On n'est pas bâtisseur seulement parce qu'on sait qu'il y a quelque chose à bâtir. On n'est pas chevalier simplement parce qu'on sent que cela peut apporter une dimension nouvelle. La Forêt de toutes les conquêtes est à jamais la Forêt Aventureuse des légendes du Graal, et nul n'y pénètre qui ne sait pas maîtriser sa monture et manier l'épée. Perceval lui-même, le chevalier par excellence, celui qui plus que tout autre avait, avant même que de savoir qu'il existait une chevalerie, l'âme chevaleresque, Perceval lui-même est allé faire son apprentissage chez plus expérimenté que lui : Gornemant de Goort, son parrain, qui lui enseigna l'art de monter, l'art de se servir de ses armes. Et malgré les dons naturels de Perceval, malgré toute sa bonne volonté, malgré tous ses efforts, il lui restait tant à apprendre.

... Car la chevalerie est un pèlerinage avant que de devenir un état. Con-quérir, c'est chercher ensemble. Il n'y faut pas l'orgueil. Il n'y faut pas l'ivresse. Il y faut le désir, la confiance et la joie. Il y faut la sagesse et la persévérance. Il y faut, absolue, la démission de soi. ... ... La conscience de soi est en effet, parmi les vertus chevaleresques, la première de toutes et la plus éminente. Non pas « qui suis-je ? », mais « que suis-je ? ». Le chevalier se définit par rapport à un Ordre, qui est le microcosme dans lequel il évolue et dont il est une cellule. Dans un corps, le bras, la jambe, l'estomac sont d'égale importance pour la vie de l'ensemble. Ce qui seul importe, c'est que le bras assume sa fonction de bras, la jambe sa fonction de jambe, l'estomac sa fonction d'estomac. C'est que chaque membre, chaque organe ait pris conscience de la responsabilité que sa fonction implique dans la vie globale de l'organisme. C'est que chacun ait pris conscience, tout simplement, qu'il a une fonction à remplir.

Être chevalier, c'est se vouer à l'action. Il y a une circonspection, une prudence, qui sont la marque de l'authentique chevalerie. Le chevalier ne se lance pas dans l'action sans prendre la mesure des choses et, en tout premier lieu, de soi. La vraie bravoure n'a de place ni pour la témérité, ni pour l'indifférence. La conscience de soi n'a de place ni pour l'orgueil, ni pour la fausse humilité. Le chevalier parfait est celui qui sait aussi bien retenir ses élans que se lancer dans l'aventure, marcher en tête qu'assurer l'arrière-garde. Dans la Règle du Temple, celui qui manquait, fût-ce une seule fois, à cette éthique fondamentale ne pouvait plus jamais exercer la fonction de commandeur au combat. Il risquait les fers, ne pouvait plus porter le gonfanon et demeurait passible de la perte de l'habit. La Règle était très dure pour ceux qui, pour quelque raison que ce soit, pouvaient mettre en péril la vie d'un Frère, de la Maison ou de l'Ordre dans son ensemble. Non nobis. C'est cette humilité fondamentale, ce don de soi, qui sont exigés de plus en plus expressément du chevalier à mesure de sa progression vers l'état de chevalerie. ...

La chevalerie d'aujourd'hui n'a pas besoin plus que celle d'hier de matamores et de héros empanachés. Bien au contraire, le chevalier fait œuvre de chevalerie chaque fois qu'il agit dans le silence. Il y a, dans le cœur du chevalier authentique, l'obscur et terrible combat de Cyrano de Bergerac, jusqu'au bout de la quête, jusqu'à la démission du soi. « Bienheureux le serviteur qui ne se glorifie pas plus du bien que le Seigneur dit et opère par lui, que du bien que le Seigneur dit et opère par un autre. » La Règle franciscaine est une Règle de chevalerie. Saint François n'aspirait-il pas lui-même à devenir troubadour, ou chevalier ? Le chevalier de tous les temps n'est qu'une voix parmi l'infinité des voix qui chantent depuis toujours le chant sublime des Créatures. Entre la Créature et le Créateur, il y a cette mélodie subtile qui s'exhale de l'être qui s'est reconnu, et qui s'immerge pour atteindre les rivages nouveaux de l'au-delà du soi. ...

Si vous voulez lire le texte complet, qui aurait été trop long pour figurer ici, voici le lien :

http://www.orphica.fr/etre-chevalier-aujourdhui.html

 

chevalier

Vous pouvez également consulter la totalité de son site au suite de quelques-unes des nombreuses études qu'elle a consacrées à la Tradition, en posant www.orphica.fr.

Merci Marie-Lise...