SUR LES CHEMINS DE LA TRADITION

Message d'accueil (revu, nettoyé, et corrigé le 30 janvier 2017)


savoir

welcome

 


Quelques conseils en guise de prolégomènes

(excusez-moi pour la longueur de ce message d'accueil qui présente quelques informations importantes, mais vous pouvez passer directement à la lecture des articles)


graal_3

(le réglage écran à 100 % voire 80 % est le meilleur pour voir la totalité des 3 colonnes)

 Du fait de son contenu, le téléchargement du blog peut être long

Avant toute chose : homonymie involontaire

J'ai été questionné sur le rapport de mon blog (par son adresse URL) avec la Revue Vers la Tradition : il n'y en a aucun, si ce n'est les sujets abordés. D'ailleurs, à la création du blog j'ignorais totalement (et j'insiste là-dessus) l'existence de cette Revue et les systèmes de création n'ont posé aucune opposition.

J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'un dialogue par messagerie avec un ancien responsable de cette Revue et j'en ai profité pour m'en excuser. Et je pense la respecter totalement sans faire aucune concurrence tout en rappelant que l'intitulé de mon blog est  : les chemins de la Tradition.

Le pourquoi et comment

Comme je l'ai écrit rapidement lors de la création de ce blog, qui n'est le porte-parole de personne, de aucun groupe, de aucune religion, j'hésitais pour le référencer entre Ésotérisme et Religions ; mais pour moi ces termes sont trop restrictifs, et pour cette raison je l'ai publié en inclassable !

Je voudrais parler de la Tradition, pas la tradition des fêtes folkloriques (que j'adore et qui sont déjà un témoignage) mais de la Tradition avec une majuscule, un grand T, un tau diraient certains érudits des civilisations anciennes. Quoi de plus représentatif justement que cette lettre que l'on retrouve dans la tradition hébraïque, égyptienne et grecque ? Et dont on retrouve la forme dans la croix ansée égyptienne un T surmonté d'une anse (le Tau comme dirait une certaine Église)...Et n'oublions pas que la croix romaine de châtiment est en forme de T...

La Tradition ? Certains érudits tels René Guénon expliquent que cette Tradition était unique et primordiale et qu'on la retrouve partout sur la Terre dans les Croyances ou les Religions. Il est en effet parfois troublant de retrouver les même thèmes, les mêmes rites dans des Religions apparemment distinctes les unes des autres.

Il existe donc plusieurs chemins pour y arriver. Et ces chemins en ont d'ailleurs parfois un nom, tels les Chemins de Compostelle, et sont jalonnés de bornes, de monuments tels les églises, les abbayes au moins en ce qui concerne ce que nous appelons l'Occident chrétien mais qui ont pris la place ou complètent d'autres signes plus anciens et antérieurs à 2000 ans, témoins de la Tradition de ceux qui nous ont précédés. M'étant spécialisé sur cet Occident chrétien qui passe à ma porte et que je connais le mieux, y étant né, ne m'empêche pas de reconnaître et de réfléchir sur les autres traditions : en effet, il parait logique que, si j'étais né au coeur de la Péninsule arabique, du Népal ou en Papousie, je ne suive pas la même tradition dite religieuse...

On peut supposer que ce blog est consacré à Nizier-Anthèlme passé dans la légende sous l'appellation de Maître Philippe de Lyon : or il n'en n'est rien, ce sujet est abordé au départ pour une raison de proche voisinage et est devenu, je le reconnais volontiers, une sorte de spécialité...Ce qui est amusant c'est que j'y suis arrivé véritablement par...accident, après en avoir entendu parler par des amis plus de 10 ans auparavant...

Éthique

Et j'essaierai de vous emmener le long de ces chemins par les photos que j'ai réalisées depuis une trentaine d'années et qui permettent de mieux comprendre les lieux et d'appréhender ainsi le Sacré : je compte sur votre honnêteté pour ne pas me les voler ni d'en faire commerce. J'apprends par exemple que des sites ou de blogs, dont certains se targuent d'être inconnus, piratent tel ou tel photographie ou article, sans avoir ni le courage ni l'honnêteté de ...citer leurs sources ; pour ma part, ne fonctionnant pas ainsi, et dans le respect de mon éthique, j'indiquerai toujours les références d'origine avec liens pour que le lecteur puisse s'y reporter.

Bien que je présente des églises, des chapelles, il ne faut pas compter sur moi pour faire de la Théologie rattachée à un dogme quelconque mais tout en le respectant.Certains reconnaîtront, à la lecture, à la réflexion, malgré quelques fantaisies (le monde se meurt de ne plus comprendre l'humour), un petit quelque chose de sacré...il en est ainsi et cela est voulu. A propos, dans un univers internet où tout se monnaye, ce blog est entièrement bénévole et ne rapporte absolument rien à son auteur. Son contenu est issu de nombreuses heures d'études, de recherches, de travaux personnels et est présenté à titre purement gratuit à ses lecteurs. Il faut en profiter pour remercier et féliciter Canalblog pour la qualité des structures et modules proposés, qui permettent ainsi une présentation et un contenu de qualité. Si vous ne possédez pas de logiciel adéquat, des publicités viennent s'intercaler dans les articles ; il faut bien se rappeler que la gestion de ce blog est entièrement gratuite, d'où les publicités en compensation.

Je signe ce blog du nom (étrange, je le reconnais) de Népomucène Landarosa : il s'agit du nom de mon daïmon préféré. Quant à ce nom c'est un amusement à tiroirs quant à un domaine voisin et proche, souvent évoqué dans ce blog...

Je reconnais aussi que certains articles pourraient apparaître comme provocateurs : nullement, il s'agit de sujets habituellement abordés d'une manière classique (trop ?) mais traités ici de façon à suggérer une réflexion plus approfondie, dégagée de tout dogme, coups de coeur et coups de gueule. Mais il ne faut pas confondre constatation et critique : voir à ce sujet l'article avertissement du 31 août 2014.

Conseils techniques

Vous pouvez cliquer sur les mentions RSS (colonne de gauche) pour recevoir automatiquement les avis de mises-à-jour soit des messages, soit des commentaires soit des deux. Et désormais, toujours dans la colonne de gauche, vous pouvez vous abonner pour recevoir uniquement l'avis des parutions de nouveaux articles, car j'ai abandonné l'option newsletter. Vous pouvez également sur un article proposer vos commentaires  mais tous les commentaires passent en modération avant publication, conformément à la loi, celui que certains appellent le maître de la toile est le seul maître à bord et cela ne se discute pas.Par ailleurs tout commentaire spam est immédiatement signalé et détruit. Le système des tags (colonne de droite) est également très utile : il suffit de cliquer sur un sujet recherché et automatiquement le système récapitule tous les articles où il est abordé. Et maintenant en colonne de droite, vous pouvez prendre le temps (météo et heure).

Messages revus et corrigés

Enfin, il apparaît parfois nécessaire de reprendre un ancien article compte-tenu d'éléments nouveaux : il est alors publié de nouveau avec compléments, soit à la date d'origine de parution, soit à la date actuelle.

 

En Anglais

Given the amount of English-speaking visitors on my blog, in particular from the US, I thought it appropriate to write the following introduction : thank you for visiting my blog.

Iif you cannot read French I would suggest using an online translator (although I am aware these do not always translate accurately!)

I will not attempt to write any content in English as it is fairly rusty, going back to secondary school (many thanks to Iris for writing the above).

 

nd_paris

Ce médaillon sculpté est très discret...et pourtant des millions de personnes(environ 13 millions par an) passent devant chaque année et il est à la base du pilier central du grand portail de N.D. de Paris ! Plusieurs études érudites ont été consacrées à son sujet...

 

Et à la demande de quelques amis, j'ai ajouté en liens d'amis (colonne de gauche) quelques unes de me cantines...et ce ne sont pas des adresses recopiées, mais des adresses que j'ai testées...Avez-vous remarqué que bien souvent à côté d'une "bonne" église il y a un bon restaurant ? Voilà ce que c'est d'être mystique et épicurien...

Je ne renie pas le Savoir...mais à un moment il est sage de tout oublier...

 


11 juillet 2020

Le désert : rien ou tout ?


Pourquoi je réédite cet article ? Car je viens de ressortir de ma bibliothèque le désert intérieur de Marie-Madeleine Davy et donc je repense à cette présentation ; de plus je suis ébloui par le soleil des commentaires de la précédente parution, ils apportent des notions que je vous convie instamment de lire !

Je voulais préfacer ce billet par une vidéo, un film que j’avais vu il y a longtemps sur un voyage de l’Abbé Pierre au désert, sur les traces de Charles de Foucauld. Mais je n’ai pu le retrouver (si quelqu’un en trouvait trace, ce serait formidable). De toutes façons Wikipédia dispose d’une biographie très conséquente sur la vie de Charles de Foucauld :http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Foucauld, il suffira de s’y reporter.

Car, en réalité, l’idée première de ce billet est de réfléchir sur le désert. Cette immensité de sable où il n’y a rien ou si peu ; cela est d’ailleurs bien rendu dans le film Lawrence d’Arabie. Il arrive un moment où cette immensité est tellement vide …que l’on peut y voir tout.

Depuis plusieurs années il est une mode d’y séjourner pour quelques jours. J’ai vu des images de tels stages, et j’ai été surpris qu’en réalité notre civilisation, avec toute son intendance de confort plus ou moins minimum, y suive ces nouveaux aventuriers, avec tout le confort moderne :  frigos, ventilation, climatisation, éclairage…

Si l’on considère le désert comme ce vide géographique, c’est bien autre chose, mais il n’est point besoin de beaucoup voyager pour le trouver. Rappelons-nous : le lieu de recueillement des moines chartreux est appelé le désert. De même, beaucoup de congrégations, monastères, couvents, abbayes, ne reçoivent aucun visiteur un jour par semaine, ou suivent cette règle selon des périodes plus longues au cours de l’année : cela s’appelle les jours de désert ! On retrouve cela en orthodoxie dans les monastères grecs ou au Mont Athos.

Ces périodes se passent alors dans le silence et la réflexion. Bien entendu, les exemples que je cite ont une forte notation religieuse chrétienne, mais peu importe. Car tout le monde peut s’instaurer de telles règles, même pour soi uniquement : les moments de méditation peuvent en être l’occasion. Mais attention, car le silence peut être bruyant. J’ai eu l’occasion de participer ou de gérer des méditations de groupes, même si les participants restent apparemment silencieux, il arrive souvent que leurs pensées bruissent de tous leurs problèmes du monde.

Dans son propre désert, hors de toute religion, croyance, directive, on peut y retrouver la plénitude de soi, pas de l’ego, de soi, de son propre Être, en toute simplicité, en toute humilité  ; et cela est tellement beau et nous transcende. On peut en profiter pour, à l’image de Mère la compagne d’ Aurobindo pour descendre à l’intérieur de soi, à l’intérieur de sa propre matière, jusqu’au niveau le plus infinitésimal de ses cellules. Cela peut durer une fraction de seconde, mais cela est. Et là pas besoin de maître, de gourou ou de guide puisqu’il est évident que chacun est son propre maître. Et c’est là que le microcosme rejoint le macrocosme, tout ce qui est en haut est en bas ne veut pas dire autre chose.

Même les scientifiques en recherche fondamentale en sont à ce point, les connaissances ont tellement évoluées que ceux qui explorent la matière vont bientôt rencontrer ceux qui explorent l’univers.

Bien sûr, je pourrais vous assommer avec des citations à n’en plus finir, avec des traductions reprises et reprises, mais cela n’a aucune importance, à quoi bon toujours se référer aux autres ? Si j’avais à le faire, je ne vous conseillerais qu’un seul livre publié en 1983, où tout est dit, où tout est écrit par Marie-Madeleine Davy et qui porte si justement le titre du désert intérieur

désert

j'ai maintenu les commentaires de la première édition de cet article en 2013

09 juillet 2020

Addiction à l'internet

Voici un test datant  d' il y a plus de 10 ans !

ce test, mis au point par une Psychiatre de l'Université de Pittsburg-Bradford (Pensylvanie), responsable du Centre de guérison des addictions, le Docteur Kimberly Young, est unanimement reconnu dans le monde entier, et tous les Responsables de soins des addictions travaillent avec.

1 - Vous sentez-vous préoccupé par Internet (en pensant à votre dernière connexion et en anticipant la prochaine) ?

2 - Eprouvez-vous le besoin de surfer sur Internet pendant de plus en plus longues périodes avant d’être rassasié ?

3 - Avez-vous tenté à plusieurs reprises et sans succès de limiter ou de contrôler votre temps passé sur Internet ?

4 - Vous sentez-vous épuisé, patraque, déprimé ou irritable lorsque vous essayez de limiter ou de stopper votre usage du réseau ?

5 - Restez-vous sur le net plus longtemps que prévu ?

6 - Avez-vous mis en danger une relation, votre emploi, une opportunité de carrière à cause de l’usage d’Internet ?

7 - Avez-vous menti à votre famille, votre thérapeute ou d’autres personnes afin de pouvoir disposer de plus de temps sur Internet ?

8 - Utilisez-vous Internet comme un moyen de vous évader de vos problèmes quotidiens ou pour échapper à des sentiments négatifs (culpabilité, anxiété, déprime, solitude…) ?

Interprétation :

  • les sujets qui répondaient oui à 5 ou plus de ces questions étaient considérés comme des utilisateurs souffrant d'une addiction à internet.

  • pour ceux ayant répondu oui à plus de 3 questions avaient de sérieux questions à se poser quant à leur utilisation d'internet

J'ajouterai volontiers deux constatations : lisez-vous vos messages à la vitesse d'un TGV sans prendre la peine d'en saisir les nuances, et laissez-vous votre messagerie être envahie par une quantité importante de messages reçus ou envoyés (fichiers jamais nettoyés) ?

Car au point de vue écologie : l'envoi d'un e-mail d'un poids de 1 Mo génère près de 20 grammes équivalent de CO2. L’énergie consommée par les ordinateurs de l'expéditeur et des destinataires ainsi que les serveurs de stockage sont les causes de cette pollution. Par exemple, les courriels gérés par une entreprise de 100 personnes entraînent l'émission de 13,6 tonnes équivalent CO2 par an, soit l'équivalent, en termes de pollution, de près de 14 allers-retours en avion entre Paris et New York.

Les bons réflexes :

  • Archiver ses e-mails de longues dates qu'on souhaite garder.
  • Supprimer les anciens mails inutiles.
  • Se désabonner des newsletters qui ne nous intéressent pas.
  • Alléger le nombre de destinataires des mails si possible.
  • Mettre en place un filtre anti-spam.

troll

 

Posté par nepo landarosa à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2020

Un petit tour du monde avec les 100 derniers visiteurs

Et le compteur des visiteurs marque 153 410

100

Posté par nepo landarosa à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2020

Equateur : rencontre avec un Chaman et aide humanitaire (article revu et corrigé)

suite à une conversation, réédition avec autres photos

 

Article d'origine sur le Chaman et l'aide humanitaire en 2012

Depuis maintenant 14 ans, (en 2020) un couple de chers amis de l'Ardèche installés dans la région de Quito organise des échanges avec l' Equateur par leur Association Q'apinakuy qui signifie échanger une poignée de main en language kichua (Quechua).

Au début, ces séjours s'adressaient à de futurs professeurs de yoga car une grande part de pratique y était réservée. Puis, suite à la demande, une ouverture a eu lieu vis-à-vis de tous, la seule condition étant, il faut le reconnaitre une bonne forme physique. En effet, une pratique de Yoga et des bains d'eau chaude volcanique dans les Andes sont proposées ; puis une découverte de l'Amazonie, pirogue, marche et même crapahutage pour rejoindre un affluent du fleuve le Rio Napo et vivre une retraite dans le village d'un Chaman.

En outre, l'Association a la volonté d'un partage et donc d'une aide humanitaire aux Communautés visitées (les villages sont appelés communautés) cela se traduit par l'apport de France de vêtements, de jouets, de matériel et peut même être complété par le parrainage d'un enfant. Avec le désir d'apporter plus, c'est-à-dire de permettre aux Indiens kichuas d'arriver à l'autonomie, Qapinakuy s'est rapproché de la Fondation Latitudsur qui oeuvrait déjà sur le terrain.

Et ce qui a permis la réalisation d'un projet artisanal, déjà en cours de fonctionnement ! Dans un premier temps la fabrication de savons puis, par la suite, d'huiles essentielles. Depuis le mois de Mai 2012, 17 personnes en vivent par roulement pour permettre à chaque famille d'y participer et les finances sont déjà assurées grâce à des actions de sensibilisation en Ardèche, pour un an. Ceci permet aux Kichuas de s'autogérer et de trouver leur indépendance financière par rapport à l'Etat et aussi de réfléchir sur le grave problème de la déforestation, d'envoyer les enfants à l'école et de soigner les malades. N'oublions pas qu'au départ c'est un peuple de chasseurs-cueilleurs.

Lors d'un de leurs retours en Ardèche, une page entière de journal à Annonay a été consacrée à ce projet, et la région a tellement été sensibilisée que 3500 euros ont été récoltés, notamment lors d'une course organisée par un collège.

Ayant recueilli les témoignages et vu les photos de nombreux participants aux voyages, je peux témoigner de la réalité de la chose. Un film a été tourné mais malheureusement impossible de le reprendre vu sa longueur.

Rédigé par Valérie et Gilles : visite dans le village du Chaman au bord du Rio Lobo, en pleine Amazonie

Augustin Greffa nous reçoit avec un regard doux et profond qui inspire la confiance. Il y a une tranquilité dans sa façon de s'exprimer. Il nous écoute, nous regarde et respecte ce que nous sommes venus échanger avec lui. Puis comme s'il décidait de se laisser apprivoiser, il nous parle de son monde, des mythes, de ces esprits de la forêt qui sont pour lui plus réels que nos autoroutes et supermarchés.

Des liens se tissent lentement à son rythme, au milieu des cascades, des arbres, des fleurs qui sont autant d'enseignements potentiels. Ici, plus que nulle part ailleurs, on écoute la nature, elle nous parle et nous donne des informations sur ce que nous sommes profondément. C'est un yoga de l'attention fixée sur l'environnement et sur soi-même. La famille nous présente la culture, son artisanat local, le tir à la sarbacane, la fabrication du cacao grillé qui se transforme en chocolat chaud.

Le chaman nous propose les diètes, le nettoyage par les plantes et nous prépare à la soirée d'initiation chamanique. Comme en Inde on entre dans le cercle, dignement et dans le recueillement, afin d'ouvrir son coeur à l'enseignement et de le recevoir pleinement, sans préjugés. Etre là, témoin en percevant les modifications profondes d'un état intérieur, qui révèle, vision après vision, les mondes qui nous habitent. Le chaman commence à chanter et son chant, tel un mantra d'or qui se répètera toute la nuit, nous enveloppe de sa protection.

De chacun, il sort le trop plein de problèmes physiques et émotionnels. Et nous sommes remplis de l'énergie pure de la forêt. Il donnera à chacun des conseils et répondra aux questions posées par les participants.

Avant de repartir, il nous explique les pétroglyphes, pierres gravées de l'enseignement chamanique. L'expérience est forte et instructive.

008

030

014         020

 

025          026   

 

imm003_41

imm022_22A

 

006

026

027

029

035

Ajout du 4 septembre 2012 : ayant rencontré mes amis lors d'un retour en France, ils m'expliquent que le projet a bien évolué et que la réalisation progresse : déjà des produits réalisés tels des savons sont vendus par les villageois, leur apportant ainsi une source de revenus et leur indépendance.

D'autre part, les aides venues de France et plus particulièrement du collège de Annonay se sont renouvelées depuis trois ans ce qui permet le financement des équipements sur place. 


réintégration d'un commentaire

 

 je n'ai plus les coordonnées de Gilles et Valérie Redard mais peut-être peut-on les retrouver par Vero Oquendo qui fut leur élève (Quito) lien trouvé 

https://www.yogatrail.com/teacher/vero-oquendo-7452747#

(sur la région de Quito association  Q'apinakuy)

 

 

Posté par nepo landarosa à 17:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


02 juillet 2020

citation écologique

On devrait construire les villes à la campagne : l'air y est plus pur


 

 Généralement attribuée à Alphonse Allais, cette citation se trouve dans les Pensées d'un emballeur de Commerson de l'édition de 1860. Il semble qu'on trouve déjà cette phrase en 1848 dans Le Pamphlet provisoire illustré.

Jean-Louis-Auguste Commerson (1802-1879), écrivain prolifique français, humoriste et vaudevilliste, auteur, entre autres de Un million de chiquenaudes et menus propos tirés de la Gazette de Merluchon

vilfleuriecomme toutes les illustrations de ce blog, vous pouvez cliquer sur l'image pour la voir en plus grand

Posté par nepo landarosa à 08:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 juin 2020

A l'occasion de la Saint Irénée réédition du 28 juin 2020

 

Dans une conversation on m'a questionné sur l'Eglise de Lyon, aussi je réédite cet article...

Au départ, tout a commencé par la demande d'un ami :

Bonjour Gérard qu'est ce que tu connais de cela  ?

l'Eglise Johannique de Lyon fondée par Pothin et Irénée en 160  ap JC  deux disciples de Polycarpe , disciple direct de saint Jean. Là se serait transmis une tradition orale  pure et avec elle  une liturgie particulière basée sur une symbolique musicale avec rites ésotériques et un Pontificat secret non divulgué le clergé figurant certaines dispositions du texte de l'Apocalypse. Les six prêtres entourant le Pontife Lyonnais autour de l'autel formaient  avec lui un septénaire sacré.

Le connaissant, je ne doutai pas qu'il soit en possession d'un livre ou d'un document expliquant cela et je mis le message en archives comptant bien revenir dessus.

 Lors d'une cure de poulet à la crème à Louhans, je suis allé faire mon marché de livres d'occasion dans la bouquinerie l'Athanor (tout un programme...) sise dans le centre-ville sous les arcades, 95 grande rue, athanorlouhans@gmail.com

Cette bouquinerie a quelque chose de particulier à savoir ses 200 000 ouvrages tous classés, outre son magasin du village des livres de Cuisery ! Un véritable paradis pour les amateurs de lectures de tous sujets et de tous âges.

Parmi ma collecte, j'ai ramené un ouvrage de J.-H. Probst-Biraben (auteur Atlantis) ; ce livre est le tome XI de la collection Les Maitres de l'Occultisme parus aux Editions des Cahiers astrologiques. Les autres tomes de cette collection sont des éditions d'écrits, à titre d'exemple, de Claude de Saint-Martin, Eliphas Levi, Marc Haven, J.-M.Ragon, pour les plus connus...(je reviendrai sur cet ouvrage lors d'un prochain article consacré à l'Ordre du Temple)

Mais cet ouvrage, dira-t-on ? Je fais durer le suspens : Les mystères des Templiers. Bien que relativement récent (1947) il présente des détails et des explications que j'ignorais totalement. Mais mon propos est très spécifique puisqu'il concerne l'Eglise de Lyon que j'ai rencontré à plusieurs reprises dans ma quête envers Nizier-Anthèlme Philippe, le mage Philippe de Lyon, son entourage, sa famille et son environnement.

L'auteur rappelle que les Templiers ont eu pour Saint Jean un culte particulier car au début était le Verbe... Il précise qu'à la longue eut lieu une sorte de rapprochement entre les deux Jean : le Baptiste et l'Evangéliste.

...nous avons rappelé dans notre essai du Mercure de France qu'à la cathédrale Saint Jean de Lyon, on était attaché à une liturgie particulière parfaitement autorisée par Rome et qui serait de tradition remontant au disciple par Polycarpe, Pothin et Irénée. Saint Irénée dit Basilide  a écrit dans son traité contre les hérétiques quelque chose de fort suggestif : " Quoique l'Ecriture soit la règle immuable de la Foi, néanmoins elle ne renferme pas tout. Comme elle est obscure en plusieurs endroit, il est nécessaire de recourir à la Tradition, c'est-à-dire à la doctrine que Jésus-Christ et ses apôtres nous ont transmise de vive voix (Basilide numéro spécial du Voile d'Isis...!)

L'existence d'une doctrine orale ne veut pas dite suppression de la doctrine écrite, mais tout au plus complémentaire de la seconde. Le commentaire que fait Paul Vulliaud du cérémonial de Lyon indique bien qu'il n'y a même pas de divergence véritable...certains mots se prononçaient d'une façon particulière et déterminaient comme une péripétie dans les mouvements du choeur...dans cette église fondée par les disciples de saint Jean, tous les rites auraient été réglés selon des intentions mystiques, il y aurait le pas d'église, le pas de choeur, le pas de cérémonie...les célébrants du mystère divin s'asseyaient en synchronisme, avec tout l'Orient,  puisque le Pontife portait la lame d'or, à l'exemple de St jean , rapporte la tradition. Les 6 prêtres en chasuble qui assistaient le pontife à l'autel, formant avec lui le septénaire mystique, s'appelaient les 6 muses...on avait combiné les évolutions, les paroles et le chant de manière à prévenir toute hésitation, tout hiatus et à faire de l'office divin un drame édifiant , des plus propres à représenter à l'oeil cette harmonie parfaite qui règne dans l'âme soumise à l'influence divine...

Puis l'auteur développe ses propos quant aux Templiers qui paraissaient professer également une doctrine johannique...

J'ai reçu un jour d'un correspondant un courrier présentant le passage suivant :

l'Eglise Johannique de Lyon fondée par Pothin et Irénée en 160 ap JC deux disciples de Polycarpe , disciple directe de saint Jean. Là se serait transmis une tradition orale pure et avec elle une liturgie particulière basée sur une symbolique musicale avec rites ésotériques et un Pontificat secret non divulgué le clergé figurant certaines dispositions du texte de l'Apocalypse. Les six prêtres entourant le Pontife Lyonnais autour de l'autel formaient avec lui un septénaire sacré
Et donc l'extrait du livre cité plus haut confirme totalement cela !
Il est aussi à remarquer qu'après 1939 un pope russe, le père Kovalewsky se référant à Irénée fondera au 16 ...de la rue du Boeuf...une Eglise catholique orthodoxe avec des offices chantés en français ; Eglise bien différente de celle de l'Eglise catholique libérale installée rue Longue.
Rappelons-nous également de l'Eglise gnostique et Jean Bricaud ; je possède un long document à ce sujet qui occuperait ici trop de place.On peut cependant consulter la fiche Bricaud sur Wikipédia, qui ressemble étrangement à un texte de Serge Caillet, mais publié à l'insu de son plein gré...
Enfin , pour rester, ou revenir dans la lignée Philippe/Papus on peut réfléchir sur cet extrait fort intéressant :

évêques gnostiques

En ce qui concerne l'Eglise de Lyon il peut être utile d'ajouter à la réflexion les écrits suivants : d'abord Jean-Louis Bernard souvent cité ici-même pour ce qui concerne Philippe de Lyon, sa vie, ses actes et ses paroles (Histoire secrète de Lyon/Albin Michel) :

La partie sensée de l'Eglise lyonnaise voue un culte à un vieillard nonagénaire, l'évêque de Smyrne Polycarpe (mort là-bas en 156) dont on lit et recopie la célèbre épitre. Ce Sage aurait connu en sa jeunesse l'apôtre Jean....De Smyrne, ce Polycarpe déléguera d'ailleurs Pothin et Irénée qui vont être le premier et le second évêques élus de l'Eglise de Lyon. Irénée romanisera la pensée néo-platonicienne et johannite d'Asie mineure...Le prestigieux Irénée, auteur d'un Discours sur la Foi, mourut à son tour. Avec lui disparut la première Eglise de Lyon, dite Eglise grecque à cause de l'origine gréco-asiatique de ses membres. L'Eglise romaine de Pierre allait succéder, après son officialisation à Rome, à cette Eglise de Jean très gnostique, mystérieuse...

Jecques d'Arès (Atlantis) aborde aussi le sujet dans le tome 3 les avatars du Christianisme de son Encyclopédie de l'Esotérisme :

Irénée, dont le nom grec veut dire paix, naît à Smyrne vers 115. Il rencontre l'évêque Polycarpe, disciple direct de Saint Jean, dont il hérite ainsi de la tradition. En 177 il devient prêtre de l'Eglise de Lyon, ancien haut-lieu de dévotion au dieu celte Lug, le logos-lumière (Lugdunum) (note : représenté en majesté sur le tympan de Vézelay).

Saint Irénée est surtout connu pour avoir combattu toutes les doctrines hétérodoxes...en fait il est surtout le doctrinaire de l'institution écclésiale... Pour lui l'enseignement des Apôtres ne peut être laissé à l'initiative de docteurs privés, même s'ils prétendent se rattacher eux-mêmes aux Apôtres ; seule la transmission par l'autorité écclesiale est valable.On ne peut donc dire qu'Irénée ait condamné, quant au fond, la totalité des opinions hétérodoxes contre lesquelles il s'élève. Son point de vue est essentiellement de pure forme... et son témoignage parait d'autant plus impartial que dans son Adversus haereses III, chapitre III, il déclare qu'il y a dans le Christianisme des mystères trop élevés pour être révélés au peuple, et que l'on enseigne qu'aux Parfaits (!!!)

Quant aux Eglises gnostiques de Lyon évoquées au sujet de Jean Bricaud et de Papus, de nombreux ouvrages traitent le sujet et il sera bon d'y revenir par la suite.

010

le luminaire de l'Abbaye d'Ainay

 

si_ge__piscopal

le siège du Primat des Gaules dans la Cathédrale Saint Jean

 Enfin, consultant un ancien missel de la fin du XIX ième siècle,de ma bibliothèque, contenant le Propre de Lyon, je découvre les précisions suivantes :

 il y est dit que le rite lyonnais précédent celui instauré par Charlemagne était rattaché à la vieille liturgie gallicane que la messe pontificale lyonnaise était concélébrée par : 7 acolytes, 7 sous diacres, 7 diacres, 6 prêtres, l'évêque et dépend directement des ordos romains carolingiens.

J'ai présenté les travaux de Pierre-Alexandre Nicolas sur les énergies de la Cathédrale Saint Jean (http://verlatradition.canalblog.com/archives/2015/12/07/33036823.html )article qu'il est indispensable de relire pour la bonne compréhension des rites.

Il aborde le sujet dans un chapitre justement intitulé le Rite de Saint Jean, qui vient en tous points corroborer mes propos actuels. La messe de Saint Jean est censée reproduire celle que les Anges font dans le ciel. P-A.Nicolas attire l'attention sur 4 points :

- l'importance du bedeau (= suisse, bâtonnier, porte-masse) qui frappe le sol de son bâton avant la Messe et pendant l'Offertoire

-la purification et la bénédiction par l'eau bénite

-célébration par le chant et la trompette

-la transsubstantation en trois actes : les offrandes par le peuple : pain vin, farine/l'encensement/le partage

La préparation du pain et du vin se faisaient dans une chapelle à droite du Choeur

Il évoque les 28 participants que j'ai déjà énumérés qui célébraient en concélébration autour de l'autel avec l'Evêque en son centre. Cet Evêque (archevêque primat des Gaules) prononçait plusieurs fois pendant la célébration le mot grec Aghios signifiant Saint.

J'insiste encore sur la nécessité de lire ce petit ouvrage au contenu immense...

Et donc nous découvrons que Lyon bénéficiait d'un rituel tout-à-fait particulier, que je me garderai de qualifier de gnostique pour éviter toute polémique, mais cependant emprunt d'une tradition bien différente des rituels classiques habituels. Et les Spiritualistes (terme non péjoratif mais respectueux) de la fin du XIX / début du XX ième siècles, par leurs connaissances ne s'y sont pas trompés.

J'ajoute une petite information concernant l'orientation des églises et qui mériterait une plus ample réflexion : en grec les quatre points cardinaux sont

Anatolé pour l'orient (est) / Dysmé pour l'occident (ouest) /Arctos pour le septentrion (nord)/Mesembria pour le midi (sud)

et quand on considère les deux axes des initiales, cela donne AD-AM...il y a là de quoi réfléchir (source : Jean Hani dans les Symbolisme du Temple Chrétien)


 

les commentaires d'édition précédente fort instructifs sont maintenus

24 juin 2020

Dans une rue du village médiéval fortifié de Oingt-en-Beaujolais (dép.du Rhône)

les cons d'oingtClassé dans les plus beaux villages de France, j'y ai passé toutes mes vacances d'enfance : on montait dans la tour avec des échelles !

Deux festivals annuels qui attirent des milliers de visiteurs : le festival d'orgues de barbarie et celui des crèches de France

Promenez-vous :

 

souvenirs d'Oingt :

 J'ai beaucoup connu Oingt dans une autre tranche de vie : les années 1955/1960 où je séjournai chez une grande tante et son mari (dont les caves donnaient sur une partie des souterrains en dessous du donjon), qui furent dans les premiers Lyonnais à s'installer à Oingt. J'y passai mes fins de semaine (à l'époque on ne causait pas l'anglais des week-ends) et toutes mes vacances et fit à l'époque partie des gamins du village.A l'époque les rues n'avaient pas de nom, si ce n'est je crois la rue centrale ou la montée de l'Eglise (mais à vérifier). On parlait du Bourg, du Bourg du bas, de la porte, de la tour, de la place, cela suffisait au facteur de ce village quelque peu dépeuplé aux nombreuses maisons ruinées.

Je me souviens des deux fermes du Bourg du Bas, avec le rituel de la marmite à lait tous les soirs après la traite des vaches (avec la mousse encore tiède...) ; je me souviens du maréchal-ferrant, véritable spectacle de rue, qui en plus du ferrage des chevaux bricolait des moteurs en drôles de petits tracteurs que tous les paysans possédaient. Et à côté de sa maison la pente au dessous de l'église, véritable gisement de fossiles (d'ailleurs toutes les maisons possédaient des ammonites plus ou moins grosses).

Je me souviens de l'église avec son immense montée d'escalier, où, à mi-chemin, se trouvait le passage quasi-secret pour atteindre, derrière l'église, l'esplanade de la Madone. Et, catéchisme oblige, on me plaça avec les enfants du village ; c'est là que je fis la découverte du claquoir manié de main de maîtresse par une vieille paroissienne toute en noir... Avec, nous les gamins, on recevait les commandements : debout, assis, à genoux, etc, tout le long de la messe.Et, surtout dans le bourg du bas en dessous de l'église, beaucoup de maisons n'étaient pas accolées, ce qui explique l'existence de tout un réseau de petits chemins pentus et empierrés (également des escaliers) qui se croisent et s'entrecroisent au milieu des maisons, essentiellement dans le bourg du bas. On peut ainsi monter de la route du Bois d'Oingt à l'église ou vers la tour sans faire le tour du village par la porte fortifiée.


Je me souviens de la tour où il fallait monter avec des échelles, après avoir demandé la clé à Mme Gaillat, institutrice et mairesse.
On nous expliquait la légende de la dame blanche du chateau de Prony relié à Oingt par des souterrains qui apparaissaient écroulés parfois dans les champs. Et des kermesses, avec les deux cafés : le café-épicerie Minot (un endroit merveilleux pleins de trésors pour moi)  et le café-jeux de boules-cabine téléphonique-régie des contributions Vermorel. Dans la rue centrale à droite après la porte une grange aménagée en salle des fêtes-cinéma. En montant la rue la boucherie-charcuterie avec son mur de frigos aux portes de bois, la sciure couvrant le sol et le rideaux à lanières anti-mouches. Le dépôt de pain alimenté par la boulangerie du Bois d'Oingt : on y faisait la queue en attendant l'ouverture.

Et le mardi matin, tout le village avait rendez-vous devant le café-épicerie Minot pour prendre le car desservant gratuitement le marché du Bois d'Oingt. Le même car remontait aux alentours de midi avec une ambiance extraordinaire : des paquets, des pleins paniers d'achats, des cages de canards, poules ou lapins.


Posté par nepo landarosa à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma théorie des cercles (rééditée pour la st Jean d'été 2020)

Je l'ai constaté et vérifié depuis de très nombreuses années (si je voulais faire grogner certains je dirais des siècles...) : je vis dans un monde de cercles, il y en a des petits, il y en a des grands (qui peuvent en porter le nom).

En effet, les personnes que je connais, les personnes que je rencontre et moi-même, nous trouvons sur des cercles différents qui à quelques moments s'entre-croisent. Attention, je dis bien sur des cercles et non dans des cercles : car je ne suis pas présomptueux au point de me considérer dans un cercle, centre du monde, un peu comme un soleil, les autres se situant autour de moi. Non, je suis sur un cercle, comme et avec les autres, ici et maintenant.

Ces cercles sont constitués par des relations communes, des centres d'intérêts, des connaissances, des formes de pensée, des points géographiques mais pas selon d' éléments secondaires tels que : tu aimes le poulet à la crème, moi aussi ou tu es supporter de l'OL, moi aussi. Car de telles relations importent peu et sont dans l'éphémère et le superficiel.

J'oublie volontiers ici des termes plus ou moins savants comme hasard, synchronicités, réincarnations, karmas collectifs, qui bien souvent, employés en abondance, cachent un désert de la pensée et de la réflexion, et ce n'est pas mon propos : je suis dans la constatation et non dans l'analyse.

Et il arrive parfois un enchevêtrement des intersections : nous nous retrouvons parfois sur plusieurs cercles à la fois, et je m'amuse à aller visiter les autres en passant d'intersection en intersection.

Ces mots sont suffisamment clairs pour ne pas expliciter encore mes constatations, et permettre ainsi à chacun de revisiter ses propres expériences.

Et pour vous amuser, fixez plusieurs secondes le centre du cercle, s'il s'agissait d'une illusion ?

01

les commentaires précédents sont maintenus...

 

Posté par nepo landarosa à 09:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juin 2020

Pour suivre la mode ...

lionmoi

Posté par nepo landarosa à 08:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 juin 2020

En Lorraine, en toi fais silence...

 

J'ai pris cette photo sur le chemin qui entoure le sommet de la célèbre colline de Sion (la colline inspirée selon Maurice Barres haut-lieu de pélerinage)

sion

Posté par nepo landarosa à 10:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juin 2020

Karlfried Graf Dürckheim

 

Je me fais un plaisir de rééditer cet article tellement la pensée du philosophe de la Forêt noir est importante ! Et l'étude que nous en propose Jacques Castermane en édition de poche est essentielle...(on pourrait même parler de quintessence...)

graf

Je vais essayer de réparer un manque, un oubli,  sur ce blog : vous présenter (un peu) Karlfried Graf Dürckheim, surnommé le philosophe de la Forêt noire... Ce n'est pas facile car son oeuvre de Spiritualité et de Sagesse est immense ! Graf en allemand c'est Comte : ses aïeux furent chambellans des Rois de Bavière depuis le XVIII ième siècle !

Je commencerai par une citation présentée par Jacques Castermane dans son livre Le Centre de l'Être paru chez Albin Michel (Spiritualités vivantes) :

Être en accord avec l'Être ne signifie pas être dans un état de perfection. Vouloir atteindre la perfection est une erreur que ne doit pas commettre celui qui est en chemin. Notre vérité est souvent assez misérable, en rapport avec notre idéal.

Être relié à la transcendance ne signifie pas que nous réalisions de manière parfaite "ce que doit être un Homme", mais avoir la force de nous voir dans notre vérité du moment.

La transcendance ne se manifeste pas quand nous dépassons le niveau humain mais précisément là où nous reconnaissons ce milieu humain, lorsque nous reconnaissons notre faiblesse.

 Extrait d'un entretien avec Jacques Castermane qui fut l'élève le plus proche du Maître :

N. C. : Graf Dürckheim est reconnu comme étant un maître spirituel de notre temps. il était lui-méme très religieux ?

J. C. : Il faut savoir, lorsqu'on évoque la dimension religieuse de Graf Dürckheim, que sa première préoccupation est l'homme et pas telle ou telle religion. Il est lui-même très clair sur ce sujet : "m'intéresse l'homme dans sa profondeur, dans son Être essentiel". Pour Graf Dürckheim, l'homme est prédisposé à l'expérience de l'Être non pas parce qu'il est chrétien ou bouddhiste mais parce qu'il est un homme ! Il n'a jamais fait l'amalgame entre religiosité et confession religieuse. Lorsque nous avons travaillé ensemble à l'ébauche de mon livre Les leçons de Dürckheim , c'est lui qui m'a proposé d'y insérer son article intitulé "L'expérience religieuse au-delà des religions". Peu lui importait votre appartenance à tel ordre conceptuel ou philosophique, que vous soyez croyant ou incroyant. "N'oubliez jamais que dans notre travail ne doit nous préoccuper que ce que l'homme devient, et pas ce qu'il est. "Lorsque vous me demandez si lui-même était un homme religieux il est clair que je dois répondre oui ! Marie-Madeleine Davy , déjà citée, me disait un jour en désignant Graf Dürckheim qui était avec d'autres personnes "vous avez vu ses yeux ? Des yeux lavés par la grande expérience" ! C'est en ce sens que je réponds par l'affirmative. Il était nourri par ces expériences religieuses qui n'appartiennent à aucune religion particulière. Expériences qui sont au centre de son enseignement. Je l'ai vu accompagner sur ce qu'il appelait lui-même "le chemin vers l'essentiel" des hommes et des femmes de confessions différentes aussi bien que d'autres qui confessaient un athéisme réfléchi. Au fond il s'intéressait à ce qui en chaque personne est au-delà de ces différences tout en acceptant chacun dans sa différence. Il est dommage que certains, bien inconsciemment sans doute, enferment Graf Dürckheim dans leur différence. Respecter sa mémoire exige sur ce plan d'être très conscient.

 

N. C. : Cet homme religieux est un thérapeute de l'âme ?

J. C.Un thérapeute de l'homme, de l'homme entier. Graf Dürckheim reconnaît les maladies physiques, psychiques, psychosomatiques et, en regard de celle-ci, les thérapies pragmatiques qui peuvent aider l'homme a retrouver la santé, c'est- à-dire l'état d'équilibre relatif qui précède la maladie. Mais il envisage ce qu'il appelle lui-même la thérapie initiatique sur un tout autre plan. L'homme en bonne santé, sur les plans qui viennent d'être évoqués, peut être malade de ne pas être celui qu'il est au fond. Dans un langage bouddhiste, on dirait sans doute que l'homme est malade de la distance qu'il a prise avec sa vraie nature. Graf Dürckheim parle de la distance qui nous sépare de notre Être essentiel. Les symptômes de cette maladie sont le désordre intérieur, le manque de calme intérieur, le sentiment d'insécurité qui conduit à une angoisse existentielle et aussi, il insistait beaucoup sur ce point, un manque de joie de vivre. Lorsque je dis que ce qui m'a touché lors de notre rencontre est sa façon d'être là, c'est bien de ces qualités dont il s'agit. J'avais là, devant moi, un homme de plus de soixante-dix ans duquel émanait une intense joie de vivre. De sa façon d'être là émanait la confiance, un état de confiance. Et il était calme, en ordre. Enfin il avait du temps, cette denrée si rare aujourd'hui. Non pas qu'il était inactif, au contraire. Il était à la fois un homme du monde, un écrivain, un orateur. Chaque jour il recevait huit personnes. A ces huit heures s'ajoutait l'assise en silence quotidienne. Et c'était ainsi toute l'année ! Lorsque j'évoquais son être là et son faire existentiel il revenait toujours à la dimension de l'essentiel. "L'essentiel est présent au fond de nous-même. C'est la lumière qui traverse le jade. Dès que l'homme est plus transparent à l'Être présent dans son Être essentiel, un premier critère est l'ouverture à une force qui ne le lâche plus. Cette force est à l'origine d'un ordre intérieur qui s'impose de lui-même. Et cette force a son origine et son aboutissement dans l'unité universelle. Vous vous sentez alors bien en vous- même, sans vous enfermer, et ouvert au monde, sans vous y perdre." Lorsque je lui dis qu'il avait bien de la chance, que plus rien ne le touchait, que plus rien ne pouvait lui faire perdre l'équilibre, l'énerver, il sourit et dit : "J'aimerais assez qu'il en soit ainsi ! Mais croyez bien que chaque jour encore il y a quelque chose qui me dérange. Le travail sur le chemin n'élimine pas l'insupportable mais il vous permet de le supporter."

 Cet extrait est présenté par un autre blog de Canalblog, pour lire l'entretien dans son entier, cliquez sur le lien : (je vous le conseille très fortement)

http://laplusquevive.canalblog.com/archives/2011/12/29/26019405.html

Jacques Castermane a fondé depuis juillet 1981 le centre Dürckheim à Mirmande dans la Drôme (un pays magnifique de cette Drôme provencale, album photos :http://www.verlatradition.fr/archives/2017/02/22/34967881.html ) un centre très fréquenté depuis donc 30 ans ! Je vous joins également le lien de ce centre :

http://www.centre-durckheim.com/

Comme je le disais au début de cet article l'oeuvre de Karlfried Graf Dürckheim est immense et il faut lire beaucoup pour la découvrir...

AJOUT DU 29/8/2019

Depuis la première parution de cet article j'avais l'intention de reprendre en complément un passage du livre le Centre de l'Etre : et bien depuis un mois je tourne en rond ! Parce qu'il m'est impossible d'en sélectionner un passage unique tellement TOUT y est important ! Tout y est essentiel dans l'essai de compréhension du mécanisme de l'Homme dans son universalité, dans sa globalité (quoique je n'aime peu ce mot devenu...trop à la mode)...

Il n'y a qu'une solution : que le visiteur intéressé lise le livre le Centre de l'Etre ! On peut le trouver vendu neuf ou d'occasion, à défaut j'ai conseillé à un ami de questionner la "source", c'est-à-dire le Centre Dürckheim dont le lien est donné ci-dessus.

 

Posté par nepo landarosa à 10:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 mai 2020

Une utopie ?

 cliquez dessus pour démarrer

 

Posté par nepo landarosa à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 mai 2020

Plantez un jardin de fleurs !

Tenez le clic gauche appuyé et promenez votre souris partout sur le fond noir

http://www.procreo.jp/labo/flower_garden.swf

exemple de résultat :

jardin de fleurs

Posté par nepo landarosa à 12:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mai 2020

Testez-vous !

Ce test est utilisé par le service des Ressources Humaines de plusieurs grandes sociétés, il aide l'employeur à mieux connaître ses employés présents et futurs. Répondez avec franchise, sans cacher votre vérité.

 

grattete

 

1. Quand vous sentez vous le mieux ?

a) le matin

b) l'après-midi et le soir

c) tard le soir ou la nuit

 

2. D'habitude, vous marchez.....

a) assez rapidement, prenant de grand pas

b) assez rapidement, prenant des petits pas

c) moins rapide la tête haute, les yeux ouverts sur tout ce qui se passe

d) moins vite, tête inclinée vers le bas

e) très lentement

 

3. En parlant avec quelqu'un ou plusieurs personnes, vous...

a) êtes debout, les bras pliés

b) vous avez les mains jointes

c) vous avez une ou les deux mains sur les hanches ou dans vos poches

d) vous touchez la personne avec laquelle vous parlez

e) vous jouez avec votre oreille, touchez votre menton, ou vos cheveux

 

4. Quand vous êtes détendu, vous êtes assis avec...

a) vos genoux pliés et vos jambes correctement l'une à coté de l'autre

b) les jambes croisées

c) les jambes allongées ou droites

d) une jambe repliée en dessous de votre personne

 

5. Quand quelque chose vous amuse vraiment, vous réagissez avec...

a) un grand rire d'appréciation

b) un rire, mais pas trop fort

c) un grand sourire

d) un petit sourire

 

6. Quand vous allez à une fête ou un événement social, vous...

a) faites une entrée bruyante… pour que tous puissent vous remarquer

b) faites une entrée calme, cherchant quelqu'un que vous reconnaissez

c) faite une entrée des plus silencieuses, ne voulant pas être remarqué

 

7. Quand vous travaillez, que vous êtes très concentré, et que quelqu'un vous interrompt...

a ) vous appréciez le moment

b) vous êtes extrêmement irrité

c) vous variez entre ces deux extrêmes

 

8. Quel est la couleur que vous aimez le plus?

a) Rouge ou orange

b) noir

c) jaune ou bleu horizon

d) vert

e) bleu foncé ou pourpre

f ) blanc

g) brun ou gris

 

9. Dans le lit, les derniers moments avant de vous endormir, vous êtes couché...

a) étendu sur le dos

b) étendu sur le ventre

c) sur le côté, légèrement courbé

d) la tête sur un de vos bras

e) la tête sous les couvertures

 

10. Dans vos rêves, vous êtes souvent en train de...

a) tomber

b) vous battre, de lutter, de résister

c) chercher quelqu'un ou quelque chose

d) de flotter ou de prendre un envol

e) normalement, vous ne rêvez pas

f ) vos rêves vous font toujours plaisir

Points par question :

exemple : question 1/ si vous répondez a = 2 points, b=4, c= 6 points

1. (a) 2 (b) 4 (c) 6

2. (a) 6 (b) 4 (c) 7 (d) 2 (e) 1

3. (a) 4 (b) 2 (c) 5 (d) 7 (e) 6

4. (a) 4 (b) 6 (c) 2 (d) 1

5. (a) 6 (b) 4 (c) 3 (d) 5 (e) 2

6. (a) 6 (b) 4 (c) 2

7. (a) 6 (b) 2 (c) 4

8. (a) 6 (b) 7 (c) 5 (d)4 (e) 3 (f) 2 (g) 1

9. (a) 7 (b) 6 (c) 4 (d) 2 (e) 1

10. (a) 4 (b) 2 (c) 3 (d) 5 (e) 6 (f) 1

si vous obtenez plus de 60 points :

les autres vous voient comme quelqu'un avec qui il doivent 'faire très attention.' On vous considère vain, centré sur vous-même, et extrêmement contrôleur.Certains pourraient vous tenir en admiration, pourraient vouloir être plus comme vous.

51 à 60 points

Vous êtes considéré comme étant une personne excitante, hautement volatile, plutôt impulsive; Vous êtes un meneur naturel, quelqu'un qui prend une décision rapidement, mais pas toujours la bonne. On vous considère aventureux, quelqu'un qui essaierait tout au moins une fois ; quelqu'un qui prend des risques et aime l'aventure.

 41 à 50 points

Vous êtes d'une fraîcheur vivante et charmante, une personne amusante, pratique, et toujours intéressante; toujours au centre de l'attention des autres, mais suffisamment équilibrée. Vous êtes vu comme étant une personne géniale qui aime tout le monde; quelqu'un qui fait plaisir à son entourage et n'hésite pas à rendre service aux autres.

 31 à 40 points

On vous considère comme étant très sensible, circonspect, prudent et pratique. Vous êtes astucieux, doué, talentueux mais modeste. Vous ne faites pas d'amis rapidement ou facilement, mais vous êtes d'une grande loyauté envers vos propres amis. Vous leurs demandez cette même loyauté. Ceux qui vous connaissent bien savent que votre fidélité envers vos amis est très grande. Parallèlement, si cette loyauté serait trahie, ce serait, pour vous, impardonnable.

 21 à 30 points

Vos amis vous considèrent comme étant assidu et et pointilleux. On vous voit très prudent, extrêmement soigneux, lent et bûcheur. Ce serait à leur grande surprise que vous feriez quelque chose d'impulsif ou sous l'impulsion du moment. On s'attend à ce que vous examiniez tout de très près, très soigneusement et de tout angle avant de prendre une décision contre.

 En dessous de 21 points

Les gens vous voient comme étant timide, nerveux, indécis, quelqu'un qui a besoin que l'on s'en occupe, quelqu'un qui laisse les décisions aux autres et qui ne veux pas s'engager avec qui ou quoi que ce soit. Vous êtes considéré comme étant un éternel inquiet qui ne voit que des problèmes qui n'existent pas. Certains vous considèrent comme étant ennuyeux.

 

les pensées

 

Posté par nepo landarosa à 13:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 mai 2020

De quelques groupements et sociétés initiatiques à la fin du XIXième siècle, réédition complétée...

Je réédite...parce que ça me plaît (auto-compliments...) le résultat de longues recherches passionnantes...

Mon propre commentaire sur la Fraternité de Louxor à propos de Mère et de Satprem  a rendu nécessaire, pour éclaircir les choses, la réédition de mon article de Juillet 2015 qu'il vient compléter.

 Nous avons vu que Papus, son beau-frère et Barlet furent membres de la Fraternité de Louxor de Max Théon. Charles Barlet (Albert Faucheux y fut d'ailleurs fortement impliqué, étant devenu le représentant de la Fraternité en France.Théon rassembla de nombreux étudiants, dont Louis Themanlys et Charles Barlet, et lancèrent le « Mouvement Cosmique ».Louis était un ami de Matteo Alfassa, le frère de Mirra Alfassa (qui s’associa ensuite avec Sri Aurobindo et devint la Mère), et en 1905 ou 1906, Mirra voyagea à Tlemcen pour étudier l’occultisme sous la direction de Théon (Sujata Nahar, Mirra the Occultist). La Mère mentionne que Sri Aurobindo et Théon étaient indépendamment et en même temps arrivés à des conclusions similaires sur l’évolution de la conscience humaine, avant de s’être rencontrés.

Le propos de cette étude n'est pas d'évoquer par le détail ces différents mouvements : le visiteur curieux d'aller plus loin à leur sujet pourra aisément le faire par quelques demandes spécifiques sur un moteur de recherche à la portée de tous. Il pourra également consulter des ouvrages d'auteurs contemporains comme Gérard Galtier ou Serge Caillet (qui écrit beaucoup sur le Martinisme), rattachés à la Tradition (et consulter des sites tels celui de la revue l'Initiation). De même, cet article est susceptible d'évolution, comme bien souvent sur ce blog, en fonction de l'étude de livres ou documents (attente de réception en cours). Et bien entendu pour ceux qui ont une âme de petit Poucet, ils trouveront quelques petits cailloux blancs...

Non, le propos est de partir du livre de Philippe Encausse (première mouture 1932, réédition 1949, dans laquelle se trouvait déjà en grande partie son étude sur Philippe de Lyon) consacré à la biographie de son père Gérard, alias Papus. On y découvrira ainsi que bon nombre de personnages de l'entourage de Nizier-Anthèlme Philippe participaient à ces Groupements et Sociétés, alors que ce dernier a dit, ou aurait dit, de surtout ne pas en faire partie.

IMG

En octobre 1887 Papus devint membre de la banche française de la Société Théosophique fondée en 1875 par Héléna Blavatsky  et le colonel Olcott ; il y fit de nombreuses conférences et collabora à la revue le Lotus rouge. Puis il fut co-fondateur de la Société Théosophique Hermès en octobre 1888. Par suite de son désaccord avec la ST, il en démissionna le 19 mai 1890.

A cette époque il créa le Groupe Indépendant d'Etudes Esotériques et les Loges martinistes dont les membres étaient recrutés à l'intérieur du Groupe. En février 1891 il précise que le Groupe possède déjà 350 membres, a délivré 42 chartes. Et ses publications sont l'Initiation, le Voile d'Isis, ainsi que l'Union occulte française éditée à Lyon. Et là se retrouvaient Victor-Emile Michelet, Joséphin Péladan, Lucien Chamuel, Stanislas de Guaita, Albert Poisson, Charles Barlet, le colonel de Rochas, Paul Adam, Paul Sédir, Marc Haven, Augustin Chaboseau, Phaneg, Jollivet Castelot (etc...). Dont plusieurs étaient professeurs de la Faculté des Sciences hermétiques (organisme interne appelé également École supérieure libre des sciences hermétiques) et dont l'un des buts était de donner sous les garanties morales de toute fraternité les enseignements pratiques qui les rattachent à nos maîtres visibles et qui font d'eux de véritables Chevaliers du Christ. (pour mémoire Papus fut décoré de l'Ordre des Chevaliers du Christ du Portugal, continuateur de l'Ordre du Temple en 1897, décoration que possédait également le mage Philippe de Lyon dès 1884 !).

galerie de quelques portraits (édition 1949)

IMG_0001

 

IMG_0002

 

IMG_0003

 

IMG_0004

v_e_michelet_photo

Victor-Emile Michelet

016

Un auteur dont j'ai perdu le nom écrit que :

cercle_int_rieur

Papus fut initié au Martinisme en 1882. Par la suite il décida avec Augustin Chaboseau de créer en 1888 un Ordre martiniste ; les 12 membres du premier Suprême Conseil (1891) furent outre Papus et Chaboseau : Stanislas de Guaita, Lucien Chamuel, Paul Sédir, Paul Adam, Maurice Barrès, Julien Lejay, George Montière (rédacteur en chef de l'Initiation), Charles Barlet, Jacques Burget, Joséphin Péladan ; Barrès et Péladan furent ensuite remplacés par Marc Haven et Victor-Emile Michelet. Plusieurs collaboraient déjà à la revue l'Initiation créée en octobre 1888. Voir le lien très intéressant : http://www.martiniste.org/histoire/hist_belle_epoque_01.html sur plusieurs pages.

chaboseau papus - Copie

Il s'agissait de la rénovation de la Société des Intimes de Louis-Claude de Saint Martin, et non pas d'un Ordre qui n'a jamais existé auparavant. Il a, en tant que membre de l'Ordre des Elus-Cohen et comme les autres Réaux-Croix, contribué à la propagation de cet Ordre maçonnique et la Société des Amis ou Intimes n'était en aucun façon un Ordre ou une obédience. Gérard Galtier nous dit (opus déjà cité sur le blog) que, outre Louis Claude de Saint Martin, inspiré par Martinez de Pasqually et Jacob Böhme, la philosophie de l'Ordre fut aussi très influencée par l'enseignement du Maitre Philippe de Lyon et par celui de Saint Yves d'Alveydre, respectivement maître spirituel et maître intellectuel de Papus.

Par ailleurs, nous retrouvons les mêmes participants dans l'Ordre Kabbalistique de la Rose Croix fondé par Stanislas de Guaita ( par exemple https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_de_Guaita )  ; en 1888 le Suprême Conseil comprenait 6 membres connus et 6 membres inconnus. Etaient connus : Papus, Barlet, Péladan, Paul Adam, Gabriel Thorion, et Guaita. Ultérieurement l'abbé Alta, Marc Haven, Sédir, Augustin Chaboseau. A la mort de Guaita (décembre 1897) ce furent Barlet puis Papus qui présidèrent le Suprême Conseil. Le signe distinctif  des membres de ce degré était le signe hébraïque aleph.

aleph

 

Également divisée en 3 degrés, l'OKRC vient se greffer sur le Martinisme, car pour prétendre au 1er grade de la RC, il faut se justifier titulaire du 3ième grade (S.I.), c'est une condition formelle de l'admission.

photo OKRC en 1888 :

groupe_o-k-r-c

j'avais, lors de la première rédaction de cet article, les noms des participants à cette photo, que j'ai égarés avec un changement d'ordinateur !

 

Il faut également évoquer le (ou les ? en raison de leur histoire fort complexe) rite de Memphis-Misraïm, le sujet est évoqué rapidement par Philippe Encausse mais Michel Monereau nous apprend qu'en 1908 Papus est nommé garant d'amitié à Paris du Souverain Sanctuaire et Grand Orient de Berlin, ce qui lui permet en juin d'organiser avec Teder et Victor Blanchard le Convent maçonnique des Rites spiritualistes. Il procède à un rapprochement entre ces rites et l'Ordre martiniste et crée même un système d'équivalence. Il semblerait alors que MM soit devenu une sorte de vivier pour le Martinisme, puisqu'il était nécessaire d'être Maître maçon pour accéder au 1er degré martiniste. Il est à remarquer que Cagliostro fut en rapport direct avec ce rite et qu'à Lyon le quartier Tête d'or où habitait la famille Philippe était le quartier du Temple du Parfait silence (voir article à ce sujet http://verlatradition.canalblog.com/archives/2014/11/20/30993524.html  ). Et en 1906 Papus reçut une patente pour l'ouverture d'un Atelier à ce rite (Loge Hummanidad n°240), nous retrouverons ensuite dans les successions le lyonnais J. Bricaud (qui rencontra aussi Philippe de Lyon)  qui fut partie prenante de tous ces mouvements notamment de l'Eglise gnostique dont bon nombre de ces noms furent évêques.

évêques gnostiques

 

Philippe Encausse nous parle encore de la société secrète H.B.of L, autrement dit la Hermetic Brotherhood of Luxor, Fraternité Hermétique de Louqsor. Là encore il aborde le sujet en peu de pages, mais comme pour tout ce qui est présenté dans cette étude, il est facile au lecteur curieux d'en savoir plus à l'aide d'un moteur de recherche (au moins sur Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Fraternit%C3%A9_Herm%C3%A9tique_de_Louxor , sinon ailleurs)il verra alors que la H.B.of L est aussi importante que la Société Théosophique et en...concurrence avec elle. Toujours est-il que le GM pour la France était...Charles Barlet, assisté du gendre (doute : gendre ou beau-père ? qui était Louise Encausse ?) de Papus, Pierre Deullin ; et parmi les membres français on retrouve les mêmes noms que précédemment de la mouvance Papus (celui-ci dès 1885).

Dans la revue l'Hyperchimie de septembre 1897 Jollivet-Castelot écrit notamment au sujet de Papus : affilié à la H.B.of L, à la F.T.L., à l'Union idéaliste universelle formée par lui, et qui groupe plus de 30 000 intellectuels, revêtu du titre de Métayer, Papus apparaît le Mage plus considérable et le plus profond de notre époque. Et Papus rend hommage au responsable anglais de la HB of L Peter Davidson comme son troisième Maître -en pratique- (les deux autres étant Saint Yves d'Alveydre et Philippe de Lyon).

Nouvelle société initiatique où nos héros se sont tous retrouvés : la FTL, autrement-dit la Fraternitas Thesauri Lucis de type rosicrucien. Gérard Galtier nous dit à son sujet que peut-être l 'OKRC ne leur donnait pas entière satisfaction et furent ils influencés par ...le Maître Philippe de Lyon ! Selon Sédir, elle aurait commencé vers 1898. On pense qu'elle aurait été une sorte de secrète arrière-loge destinée à devenir l'âme de l'Union idéaliste universelle alors en projet par Papus et Edouard Blitz, projet qui n'alla pas jusqu'au bout. Cette société initiatique apparaît comme la plus secrète de toutes car rien n'en a été dévoilé publiquement, les principaux acteurs (et aussi Philippe Encausse) l'évoquent simplement.

Et pour mémoire nous évoquerons l'Ordre eudiaque fondé par Durville, ami de Papus qui ouvrit son école de Magnétisme en septembre 1894 à Paris et à Lyon en novembre 1895, toujours selon les conseils de Papus et aux bons soins de Nizier-Anthèlme Philippe et de Jean Chapas.

Nous garderons Camille Flammarion pour une autre fois...Deux ouvrages d'une importance considérables ont abordé le sujet de ces sociétés initiatiques : la Franc-maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraïm par Serge Caillet chez Dervy et Maçonnerie Egyptienne, Rose-Croix et Néo-Chevalerie, les Fils de Cagliostro de Gérard Galtier aux éditions du Rocher, que j'évoque par ailleurs au sujet des AA de Toulouse : http://verlatradition.canalblog.com/archives/2015/02/04/31461957.html

Apès cette promenade au si grand foisonnement (l'article nécessite en outre la consultation des liens proposés), nous pouvons faire une pause...et revenir à Maitre Philippe...Car vous remarquerez qu'il est à plusieurs fois cité comme référence ou inspirateur. Vous imaginez la rage permanente dans laquelle il devait être en recevant continuellement chez lui, 35 rue Tête d'or à Lyon ou au Clos dit Landar à l'Arbresle, tous ces protagonistes de sociétés initiatiques ou secrètes, lui qui en était formellement opposé...

A moins que, encore une fois, et nous l'avons trop constaté, on ait manipulé la vérité, inventé des paroles jamais prononcées, à moins que...

Imaginons donc en toute naïveté que lorsque tout ce monde se retrouvait, le plus souvent au Clos, le soir dans le grand salon, d'un côté les hommes jouaient au bridge, tandis que de l'autre les femmes tricotaient...

Et pour conclure provisoirement, voici le symbole de la Fraternité de Louxor qui doit rappeler quelque chose aux fidèles visiteurs de mon blog...

symbole théon

et bien entendu j'ai maintenu les commentaires précédents fort intéressants !

06 mai 2020

Avoir le temps ou prendre le temps ?

gif sablier

 

Je lis, j'entends l'expression "je n'ai pas eu le temps" encore plus qu'avant la période de confinement ! Il semblerait que les gens soient encore plus occupés qu'en période normale...

Alors je vous propose ce petit jeu : le soir, prenez un carnet et notez-y ce que vous avez fait pendant votre journée...en vous posant la question de savoir ce que vous avez fait de si important qui vous a tant occupé...bien entendu, si vous en avez le temps...

grattete

le temps

Posté par nepo landarosa à 12:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

04 mai 2020

L'humilité

Réédition pour le plaisir et dans l'actualité...

Je ne désire pas être le meilleur

Je ne désire pas être le premier

Je ne désire pas être le plus beau

Je ne désire pas être le plus fort

Je ne désire pas être le plus riche (quoique...ça peut servir...)

Je ne désire pas être connu à la télévision ou dans les réseaux dits sociaux

Vivre en citoyen ordinaire, être à ma juste place, partager et servir les autres...dans la mesure du possible

lionmoi

 

L’humilité

Le terme humilité est à rapprocher du mot humus, qui en est la source étymologique, et qui a donné par ailleurs le terme homme. Cela semble signifier que l’humilité consiste, pour l’homme, à se rappeler qu’il est poussière (ou littéralement : « fait de terre », c’est-à-dire de la matière la plus commune). Cela semble indiquer aussi que l’humilité est une attitude proprement humaine : et de fait, si l’homme n’est pas le seul être dont on puisse dire qu’il fut tiré du limon, il paraît bien être le seul à le savoir.

Mais du coup, il est aussi le seul à pouvoir l’oublier — et pire : à vouloir l’oublier. Au-delà de l’image du matériau (terre, humus), le terme d’humilité renvoie en effet à l’idée d’une provenance étrangère, d’une impuissance à être sa propre origine ; il paraît impliquer aussi, du même coup, l’idée d’une incapacité à s’accomplir par ses seules forces ; en un mot, il s’agirait d’avouer qu’il n’est rien en nous, hormis peut-être nos fautes et nos manquements, que nous puissions nous attribuer à nous-même, à nous seul. Or cette double impuissance n’est pas facile à admettre ; elle semble, à certains, incompatible avec la dignité de l’être humain, et sa reconnaissance constituerait à leurs yeux une intolérable humiliation.

Mais justement, est-ce une même chose d’être humble et d’être humilié ? Etre humble, est-ce se rabaisser, se manquer de respect à soi-même ? Cela doit-il conduire, en particulier, à accepter que les autres nous traitent comme « moins que rien » ?

Humilier quelqu’un consiste à nier sa dignité, ou du moins à manifester uniquement ses pauvretés et ses déficiences ; concrètement, cela revient souvent à le réduire à son animalité, ou à sa dimension purement physique : rien de plus humiliant pour un homme, par exemple, que de voir l’accomplissement de ses fonctions organiques privé du secret ou de l’habillage qui l’humanisent. Mais refuser cette humiliation, serait-ce manquer d’humilité ? Et inversement, faudrait-il refuser d’être humble pour échapper à l’humiliation ? Non pas, si humilité et affirmation de sa dignité sont, en vérité, compatibles, voire indissociables. Telle est du moins la position que l’on s’efforce ici de préciser.

D’une part, l’humilité ne consiste pas à se croire dépourvu de dignité, mais à se savoir incapable d’en être soi-même la source, et à se reconnaître impuissant à exister « à la hauteur » de celle-ci. En tant qu’être humain, je suis bien plus qu’un peu de boue (ou d’humus), contrairement à ce que suggère l’étymologie prise au pied de la lettre. Mais ce que je suis de plus, je ne me le suis pas donné à moi-même ; en outre, par mon comportement envers moi-même comme envers autrui, sans doute le trahis-je bien plus souvent que je ne l’honore. Ainsi, autant mon refus de ma dignité ne serait pas une vraie humilité (mais quelque chose qui pourrait être une profonde ingratitude), autant l’humilité véritable se manifeste par l’acceptation du fait que l’aide d’autrui m’est absolument indispensable. L’aide dont j’ai eu besoin pour être, tout simplement, en ce sens que je dois ma venue à l’être, et mon statut d’être pourvu de dignité, à autre chose ou à quelqu’un d’autre que moi-même. L’aide dont j’ai besoin, ensuite, pour tenter de ne pas être trop indigne de ma dignité : car précisément, celle-ci a quelque chose d’infini et d’absolu, qui fait de son plein respect une tâche au-dessus de mes forces — voire des forces humaines en général. Ainsi se préciserait la conciliation évoquée plus haut : être humble, ce n’est pas se considérer comme sans valeur, c’est au contraire voir sa propre grandeur et se sentir petit devant elle.

D’autre part et par conséquent, l’humilité ne saurait conduire à se laisser traiter comme un être sans valeur, et à accepter toutes les humiliations. Nulle incompatibilité entre être humble et exiger le respect : car ce dont j’exige le respect, à savoir ma dignité, c’est aussi ce dont je reconnais ne pouvoir être l’auteur. En ce sens, je demeure effacé et discret (« humble ») lors même que je mets en avant ma dignité d’être humain.

Concluons : il semble particulièrement important de ne pas se tromper sur le vrai sens de l’humilité, car toute erreur à son sujet irait forcément de pair avec une méprise sur le vrai sens de la dignité, et donc sur la juste attitude à avoir envers soi-même comme envers autrui.

publication : http://philo.pourtous.free.fr/Atelier/Textes/humilite.htm

Ajout

Et cela est de tous temps, cela continue aujourd'hui encore ; n'ai  je point écrit dans un autre article que tous les Hommes naissent égos ? Je le constate toujours dans le monde que je fréquente, et oui même dans le monde de la Connaissance, de la Tradition, de l'Initiation un monde ouvert aux autres et qui les respectent dans ce qu'ils sont.

Il me fut donné de rencontrer un vieux monsieur qui, discutant des différents groupements initiatiques, me présenta un porte-cartes dépliant avec une quantité considérable de cartes d'adhésion à quantité de mouvements maçonniques, martinistes, rosicruciens ...et peut-être d'autres...Et il  était gradé partout, exerçant différentes fonctions : je me suis demandé comment il ne se mélangeait pas aussi bien dans les données que dans les rituels... Et en plus il savait tout, il connaissait tout, possédait des livres et des livres. Je dois reconnaître que sa conduite n'était pas agressive et qu'il n'imposait pas son importance. Mais ce n'est pas toujours le cas : ainsi, dans une librairie traditionnelle de Lyon, je croisai un jour un client visiblement personnage important et qui à lui seul occupait toute la boutique...

Et dans mes réflexions relatives à Monsieur Philippe et son entourage j'ai retrouvé cela. Bien sûr il y eut Papus, mais c'est un cas à part et je l'adore...Le lecteur de ces lignes doit comprendre que si je réclame l'humilité, je peux en avoir le droit et la capacité mais cela est un autre problème, je préfère l'anonymat.

Lors de mes recherches, j'ai découvert une photographie particulière qui prête à sourire : celle du docteur Surville de Toulouse (ne pas confondre avec Durville de Paris, hasard de l'homonymie et de la profession) qui organisait de grandes réunions à son Institut Médical électromagnétique et où il récompensait de nombreux lauréats. Nizier-Anthèlme Philippe y fut primé deux fois le 15 mai 1884. Et bien voici sa photographie officielle :

surville_v

les commentaires de la première édition ont été maintenus...

Posté par nepo landarosa à 09:44 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 avril 2020

La légende personnelle (nouvelle version en période de pandémie)

Dans maints articles de ce blog j'emploie souvent le mot légende ; bien souvent les légendes ont pour origine la réalité, mais ce n'est pas toujours évident...

coeur3

 

Paulo Coelho dans son livre L'Alchimiste, qui devint un best-seller avec des millions d'exemplaires vendus dans 22 pays, parlait de la LÉGENDE PERSONNELLE de chacun. Ceci est une clé dans son livre qui en contient bien d'autres plus ou moins cachées...
Nous vivons dans un monde qui se morfond, qui, dans son ensemble, a perdu la notion de simple joie de vivre. Un monde où tout est concurrence, où les gagnants le font savoir aux perdants, enfin à ceux qu'ils pensent être perdants.
Bien sûr, bien souvent ils le sont, par le manque de Bonheur, le manque d'Amour, le manque de santé, le manque de richesse, le manque de travail, et en cherchant bien on pourrait encore trouver une multitude de manques...
La tristesse de vivre, la solitude, la maladie, la pauvreté, le chômage, tels sont les maux qui frappent, souvent durement, une multitude de gens et tout cela est agravé en ces mois de Mars, Avril 2020.
Tout cela ils l'ont affronté, ils l'affrontent dans leur vie de tous les jours et c'est devenu une triste habitude. Et pourtant qu' y a-t-il de nouveau qu'il leur reste à accomplir ? Malgré tous ces tracas, la VIE.
Il n'y a rien de plus beau que tout cela, ils doivent apprendre, il faut leur apprendre que demain encore le soleil luira pour tout le monde, donnant un espoir chaque jour renouvelé et cela malgré les tracas de la vie quotidienne. A chaque malheur, petit ou grand, s'opposent des bonheurs, petits ou grands ; s'il le faut, contentons-nous des petits bonheurs et réjouissons-nous en, ils peuvent grandir et devenir de grands bonheurs.
MAIS le constater ne suffit pas, il ne faut pas rester passif mais agir : il ne suffit pas en cette période dramatique qui touche le Monde entier de dire "ça ira mieux demain". A l'image des singes chinois ils ne veulent voir, ne rien dire et ne rien entendre. Le déni a un prix : déjà 140000 morts connus en date du 17 avril et une crise économique comme le Monde n'en a jamais supporté, nous attend (déjà 22 millions d'Américains au chomage en un mois). Certains diront : ah oui mais faut pas être négatif...CELA NE SUFFIT PAS ! Le Monde doit inventer un nouveau paradigme pour remplacer la mondialisation actuelle,abandonner l'idée d'être le plus beau, le plus fort, le plus riche et ne plus vivre PAR les autres mais POUR et AVEC les autres.
Et tout cela fait partie de la La légende personnelle de chacun, revivons notre passé, imaginons un livre, un grand livre où tout est inscrit et chacun sera étonné de sa propre vie, de la quantité considérable de pages qui est déjà écrite et qu'il doit continuer à écrire en faisant évoluer, circonstances obligent, ses options de vie.
Point n'est besoin de faire appel à l'extérieur, tout est en soi...A chacun de le trouver, d'abord réfléchir, seul, puis agir...avec les autres.

 

lumignon (2)

et pour ceux qui disent n'importe quoi : le coronavirus est apparu en 2012  en Arabie saoudite, consultez Google

https://www.google.com/search?client=avast&q=coronavirus+2012

Posté par nepo landarosa à 13:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 avril 2020

Un petit jeu pour vous occuper

Je vous avertis : il n'y a rien à gagner !

 

052 - Copie (2)

c'est où ?

l'Abbaye de la Bénisson-Dieu près de Roanne : voir en colonne de droite l'album photo correspondant...

Cette sculpture, visiblement une ex-clé de voute, me pose problème car on retrouve ce thème en plusieurs édifices romans qui n'ont aucun rapport entre eux ! Ainsi :

auvchatel8 - Copie

église de Chatel-montagne 03

DIM-CAMP 091

église abbatiale de Belleville 69

029

église de Thuret 63

Mon idée de jeu n'ayant obtenu qu'une participation, je renonce à continuer de présenter de telles photographies étranges, les gardant pour mes correspondants personnels...

 

Posté par nepo landarosa à 14:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :