SUR LES CHEMINS DE LA TRADITION

Message d'accueil (revu, nettoyé, et corrigé le 30 janvier 2017)

  

 


graal_3

(le réglage écran à 100 % voire 80 % est le meilleur pour voir la totalité des 3 colonnes)

 Du fait de son contenu, le téléchargement du blog peut être long

Avant toute chose : homonymie involontaire

J'ai été questionné sur le rapport de mon blog (par son adresse URL) avec la Revue Vers la Tradition : il n'y en a aucun, si ce n'est les sujets abordés. D'ailleurs, à la création du blog j'ignorais totalement (et j'insiste là-dessus) l'existence de cette Revue et les systèmes de création n'ont posé aucune opposition.

J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'un dialogue par messagerie avec un ancien responsable de cette Revue et j'en ai profité pour m'en excuser. Et je pense la respecter totalement sans faire aucune concurrence tout en rappelant que l'intitulé de mon blog est  : les chemins de la Tradition.

Le pourquoi et comment

Comme je l'ai écrit rapidement lors de la création de ce blog, qui n'est le porte-parole de personne, de aucun groupe, de aucune religion, j'hésitais pour le référencer entre Ésotérisme et Religions ; mais pour moi ces termes sont trop restrictifs, et pour cette raison je l'ai publié en inclassable !

Je voudrais parler de la Tradition, pas la tradition des fêtes folkloriques (que j'adore et qui sont déjà un témoignage) mais de la Tradition avec une majuscule, un grand T, un tau diraient certains érudits des civilisations anciennes. Quoi de plus représentatif justement que cette lettre que l'on retrouve dans la tradition hébraïque, égyptienne et grecque ? Et dont on retrouve la forme dans la croix ansée égyptienne un T surmonté d'une anse (le Tau comme dirait une certaine Église)...Et n'oublions pas que la croix romaine de châtiment est en forme de T...

La Tradition ? Certains érudits tels René Guénon expliquent que cette Tradition était unique et primordiale et qu'on la retrouve partout sur la Terre dans les Croyances ou les Religions. Il est en effet parfois troublant de retrouver les même thèmes, les mêmes rites dans des Religions apparemment distinctes les unes des autres.

Il existe donc plusieurs chemins pour y arriver. Et ces chemins en ont d'ailleurs parfois un nom, tels les Chemins de Compostelle, et sont jalonnés de bornes, de monuments tels les églises, les abbayes au moins en ce qui concerne ce que nous appelons l'Occident chrétien mais qui ont pris la place ou complètent d'autres signes plus anciens et antérieurs à 2000 ans, témoins de la Tradition de ceux qui nous ont précédés. M'étant spécialisé sur cet Occident chrétien qui passe à ma porte et que je connais le mieux, y étant né, ne m'empêche pas de reconnaître et de réfléchir sur les autres traditions : en effet, il parait logique que, si j'étais né au coeur de la Péninsule arabique, du Népal ou en Papousie, je ne suive pas la même tradition dite religieuse...

On peut supposer que ce blog est consacré à Nizier-Anthèlme passé dans la légende sous l'appellation de Maître Philippe de Lyon : or il n'en n'est rien, ce sujet est abordé au départ pour une raison de proche voisinage et est devenu, je le reconnais volontiers, une sorte de spécialité...Ce qui est amusant c'est que j'y suis arrivé véritablement par...accident, après en avoir entendu parler par des amis plus de 10 ans auparavant...

Éthique

Et j'essaierai de vous emmener le long de ces chemins par les photos que j'ai réalisées depuis une trentaine d'années et qui permettent de mieux comprendre les lieux et d'appréhender ainsi le Sacré : je compte sur votre honnêteté pour ne pas me les voler ni d'en faire commerce. J'apprends par exemple que des sites ou de blogs, dont certains se targuent d'être inconnus, piratent tel ou tel photographie ou article, sans avoir ni le courage ni l'honnêteté de ...citer leurs sources ; pour ma part, ne fonctionnant pas ainsi, et dans le respect de mon éthique, j'indiquerai toujours les références d'origine avec liens pour que le lecteur puisse s'y reporter.

Bien que je présente des églises, des chapelles, il ne faut pas compter sur moi pour faire de la Théologie rattachée à un dogme quelconque mais tout en le respectant.Certains reconnaîtront, à la lecture, à la réflexion, malgré quelques fantaisies (le monde se meurt de ne plus comprendre l'humour), un petit quelque chose de sacré...il en est ainsi et cela est voulu. A propos, dans un univers internet où tout se monnaye, ce blog est entièrement bénévole et ne rapporte absolument rien à son auteur. Son contenu est issu de nombreuses heures d'études, de recherches, de travaux personnels et est présenté à titre purement gratuit à ses lecteurs. Il faut en profiter pour remercier et féliciter Canalblog pour la qualité des structures et modules proposés, qui permettent ainsi une présentation et un contenu de qualité. Si vous ne possédez pas de logiciel adéquat, des publicités viennent s'intercaler dans les articles ; il faut bien se rappeler que la gestion de ce blog est entièrement gratuite, d'où les publicités en compensation.

Je signe ce blog du nom (étrange, je le reconnais) de Népomucène Landarosa : il s'agit du nom de mon daïmon préféré. Quant à ce nom c'est un amusement à tiroirs quant à un domaine voisin et proche, souvent évoqué dans ce blog...

Je reconnais aussi que certains articles pourraient apparaître comme provocateurs : nullement, il s'agit de sujets habituellement abordés d'une manière classique (trop ?) mais traités ici de façon à suggérer une réflexion plus approfondie, dégagée de tout dogme, coups de coeur et coups de gueule. Mais il ne faut pas confondre constatation et critique : voir à ce sujet l'article avertissement du 31 août 2014.

Conseils techniques

Vous pouvez cliquer sur les mentions RSS (colonne de gauche) pour recevoir automatiquement les avis de mises-à-jour soit des messages, soit des commentaires soit des deux. Et désormais, toujours dans la colonne de gauche, vous pouvez vous abonner pour recevoir uniquement l'avis des parutions de nouveaux articles, car j'ai abandonné l'option newsletter. Vous pouvez également sur un article proposer vos commentaires  mais tous les commentaires passent en modération avant publication, conformément à la loi, celui que certains appellent le maître de la toile est le seul maître à bord et cela ne se discute pas.Par ailleurs tout commentaire spam est immédiatement signalé et détruit. Le système des tags (colonne de droite) est également très utile : il suffit de cliquer sur un sujet recherché et automatiquement le système récapitule tous les articles où il est abordé. Et maintenant en colonne de droite, vous pouvez prendre le temps (météo et heure).

Messages revus et corrigés

Enfin, il apparaît parfois nécessaire de reprendre un ancien article compte-tenu d'éléments nouveaux : il est alors publié de nouveau avec compléments, soit à la date d'origine de parution, soit à la date actuelle.

 

En Anglais

Given the amount of English-speaking visitors on my blog, in particular from the US, I thought it appropriate to write the following introduction : thank you for visiting my blog.

Iif you cannot read French I would suggest using an online translator (although I am aware these do not always translate accurately!)

I will not attempt to write any content in English as it is fairly rusty, going back to secondary school (many thanks to Iris for writing the above).

 

nd_paris

Ce médaillon sculpté est très discret...et pourtant des millions de personnes(environ 13 millions par an) passent devant chaque année et il est à la base du pilier central du grand portail de N.D. de Paris ! Plusieurs études érudites ont été consacrées à son sujet...

 

Et à la demande de quelques amis, j'ai ajouté en liens d'amis (colonne de gauche) quelques unes de me cantines...et ce ne sont pas des adresses recopiées, mais des adresses que j'ai testées...Avez-vous remarqué que bien souvent à côté d'une "bonne" église il y a un bon restaurant ? Voilà ce que c'est d'être mystique et épicurien...

 


11 février 2020

Comme tous les ans, vive la Saint Glinglin...(réédition annuelle)

J'ai reçu cela à l'occasion de la Saint Valentin :

ColorTouch-1369925984108

Cette fête du 14 février, pour la satisfaction des commerçants, pour rassurer les égos. A mon avis il manque un partenaire à ce dessin : le sexe, car pour beaucoup cela est l'occasion de plaisirs charnels mais éphémères, avec les conséquences psychologiques que cela peut induire.

Que doit on privilégier ? Le coeur, la raison ou le sexe ? Ou alors réussir la combinaison raisonnable des trois... Une sorte de juste milieu, car les trois éléments sont d'une nécessité égale. Il est nécessaire d'éviter un dysfonctionnement d'organismes, car nous savons qu'un tel déséquilibre peut entraîner de graves conséquences comme la maladie. Cela a été prouvé scientifiquement et vérifié médicalement.

Retrouvons-nous le fonctionnement en triangle du corps/âme/esprit ? Il est à remarquer que de tels triangles se retrouvent bien souvent dans de nombreux domaines. Note d'humour : Sacha Guitry disait que les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être trois pour les porter...

Pour revenir à cette fameuse et fumeuse Saint Valentin, beaucoup se laissent prendre à son piège, et cela est le même principe que ces autres fêtes devenues commerciales : a-t-on besoin d'un jour spécial pour penser à une Mère, à un Père (et même maintenant à une Grand-Mère ou à une secrétaire), j'irai même plus loin, a-t-on besoin d'un jour spécial, sur commande, pour penser aux personnes décédées une fois par an ?

Enfin, pour terminer sur le sujet : a-t-on besoin d'un jour spécial pour aimer quelqu'un et le lui dire ? 

(réédition avec tous les messages précédents)

Posté par nepo landarosa à 08:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2020

Vie et paroles en Orthodoxie

saint_Porphyre-218x150

illustration extraite du site orthodoxie.com

Recension: Père Porphyre, «Vie et paroles»

Porphyre_vie&paroles Père Porphyre, «Vie et paroles», traduit du grec par Alexandre Tomadakis, préface de S. E. Irénée, archevêque de toute la Crète, avant-propos de Jean-Claude Larchet, éditions L’Age d’Homme, Lausanne, 2009, 318 p. (collection «Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle»).
Ce volume est, dans la même collection, le deuxième à être consacré à la figure spirituelle exceptionnelle du père Porphyre.
Dans le premier volume, intitulé «Anthologie de conseils», le corps du texte était constitué de paroles de l’Ancien, classées thématiquement, puisées dans une dizaine d’ouvrages qui lui ont été consacrés par divers auteurs. Ce second volume, intitulé «Vie et paroles», est d’un style tout différent. Il a l’avantage de reproduire plus fidèlement les propos de l’Ancien, puisqu’il est constitué, pour une grande part, par des transcriptions d’enregistrements et, pour une part moindre, par des notes prises auprès de lui.

 

La première partie, biographique, est composée de récits de l’Ancien lui-même; on y trouvera moins de détails sur sa vie que dans le volume précédent, car le Père Porphyre parle (bien que cela n’apparaisse pas) en réponse à des questions posées, se concentre sur des épisodes qui l’ont particulièrement marqué et, par humilité, cache beaucoup des qualités que reconnaissaient en lui ses enfants spirituels et ses visiteurs. Ces lacunes biographiques (qui justifient la brève récapitulation biographique que l’on trouvera au préalable) et cette discrétion sur soi-même sont cependant compensées par un récit beaucoup plus continu, au ton très personnel et touchant, à travers lequel s’expriment, au point d’impressionner fortement le lecteur, quelques-unes de vertus majeures de ce grand spirituel: son extrême simplicité, sa très grande humilité, son amour sans réserve pour Dieu et pour le prochain, son absolue confiance en la Providence divine, sa vision indulgente et optimiste de l’homme, son amour profond de la création…
La seconde partie aborde des thèmes qui sont moins nombreux que dans le précédent volume, mais qui sont tous essentiels pour la vie spirituelle et qui sont traités d’une manière plus ample, plus systématique et plus approfondie, et surtout dans un style direct qui, d’une part, ne subit pas les déperditions de la mémoire des témoins ni le risque d’infléchissement de sens impliqué par leurs commentaires et qui, d’autre part, est très touchant parce que manifestement et sensiblement empreint des vertus et de l’expérience de l’Ancien.
Dans ce livre le lecteur est donc mis en permanence en rapport direct avec la parole même du père Porphyre, comme s’il était à ses côtés, et il en ressent la grâce.
Tous les thèmes traités par le père Porphyre le sont d’une manière très originale, souvent surprenante, ce qui s’explique par sa voie et son expérience propres, mais aussi par le fait que, s’exprimant à la fin de sa vie, il parle du point de vue de la sainteté qu’il a atteinte. Cela explique par exemple que, à la différence de certains pères, il évoque peu le rôle de l’ascèse dans sa phase première (le combat contre les passions), pour tout miser sur le pouvoir de l’amour; ou que, s’agissant de la prière, il en exclue toute demande liée à un intérêt personnel quelconque; ou encore qu’il préconise une éducation des enfants fondée exclusivement sur l’exemple et la prière. Particulièrement remarquable est sa théorie de la puissance cachée, positive ou négative (que subit l’enfant d’une manière déterminante dès sa vie intra-utérine), des pensées que les hommes ont vis-à-vis des autres, et de la nécessité de les maîtriser (notamment par la prière) pour les orienter dans le sens du bien et de l’édification spirituelle commune. À cela s’ajoute beaucoup d’enseignements remarquables et marquants sur l’Église, l’amour divin, la prière, le combat spirituel, l’état monastique, le repentir, l’amour du prochain, la divine Providence, les pensées du cœur, la création, les maladies et enfin sur le don de clairvoyance que possédait l’Ancien et qui lui permettait non seulement de lire dans les âmes, mais de voir à travers le temps et la matière.
L’archimandrite Basile (Gondikakis), higoumène du monastère d’Iviron au Mont-Athos et représentant majeur de la spiritualité orthodoxe contemporaine, a dit, après avoir lu ce livre: «C’est le livre du siècle!» Beaucoup de lecteurs ont partagé son enthousiasme, tout d’abord en Grèce, où l’ouvrage a connu un immense succès (il en est à sa huitième édition), puis dans les nombreux pays où il a déjà été traduit.
Le livre est disponible à la librairie L’Age d’Homme, 5 rue Férou, 75006 Paris, et sera prochainement en rayon les autres librairies. Il peut aussi être commandé sur le site Internet de l’éditeur.
Jean-Claude Larchet

Cet article a été publié par le site    https://orthodoxie.com/recension-pere-porphyre-vie-et-paroles/ le 28 juin 2009 et le livre en question a été de nouveau présenté par l'émission Orthodoxie sur France 2 le matin du 25 décembre 2017.

****************************************************************************************************************************************************

Et un article publié le 5 avril 2009 par le blog orthodoxologie.blogspot.fr 

Un de mes bons amis qui m’a recommandé le livre sur le staretz Porphyre, m’a déclaré: «[Le lire]C'est comme se baigner dans la lumière de l'Esprit Saint".
Un des grands Pères spirituels de l'Église orthodoxe, le staretz Porphyre, est le saint contemporain qui a commencé sa vie monastique sur la Sainte Montagne de l’Athos à l'âge de douze ans et s’est endormi dans le Seigneur en Décembre 1991, alors qu'il était âgé de 86 ans.
Pendant la durée de toute cette vie d'obéissance, de prière et de joie et d'amour pour le Christ, le saint staretz a reçu de nombreux dons spirituels, parmi eux le don de seconde vue et celui de la guérison. Il s’adressait à de nombreux visiteurs par leur nom de baptême avant même qu’ils ne lui soient présentés; il pouvait voir les enfants dans le sein de leur mère enceintes, les eaux souterraines, les âmes des hommes, des maladies non diagnostiquées et les bains de sang à venir. Il appelait ses enfants spirituels et ses frères moines, même pendant la nuit, en leur demandant instamment de prier pour leurs frères serbes dans le Christ, voyant avec ses yeux spirituels la grande tragédie qui pesait sur la nation serbe, bien avant que quiconque ne puisse imaginer la souffrance qui était encore à venir.
Maria Ioannidou Condoyani écrit à propos du staretz: "Il avait le sourire d'un enfant du Royaume des cieux et cette sorte d’innocence que l'on peut trouver seulement chez les petits enfants. Il possédait également la parfaite pureté qui le faisait paraître immatériel et translucide, comme du verre; en lui on pouvait voir son propre reflet avec toutes les conséquences de l'état de chute.
Elle se souvient de la façon dont elle a dit à ses parents, après son retour d’une visite au staretz qui était à Athènes à l'époque: «Cet homme m'aime beaucoup plus que vous. Je comprends maintenant combien le Christ nous aime tous."
Bien que chacun des nombreux enfants spirituels du staretz ait toujours reçu des conseils et une guidance spirituelle toujours adaptés à sa personnalité et à ses besoins, le père Porphyre s'efforçait de donner à tous l'ascèse de l'incessante répétition de la prière du coeur ( "Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, ont pitié de moi pécheur "). 
Il a enseigné que la vertu la plus importante que tout le monde a besoin d'obtenir par la prière, la fréquentation de l'église et des saints sacrements, est un immense amour pour le Christ plein de joie et sans limites. Le saint staretz enseignait que toutes les autres vertus sont dérivées et construites sur celle-ci, c'est-à-dire sur l'amour qui brise la lourde carapace du péché qui nous lie à la mort, l'amour qui ouvre les portes de la Lumière, qui est le Christ.

Version française Claude Lopez-Ginisty

Posté par nepo landarosa à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 janvier 2020

Le renard et les raisins

Cette fable, la plus courte de Jean de la Fontaine, fut éditée en 1668 ; elle lui fut inspirée par Phèdre lui même reprenant une fable d'Esope.

Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
Des Raisins mûrs apparemment,
Et couverts d’une peau vermeille.
Le galand en eût fait volontiers un repas ;
Mais comme il n’y pouvait atteindre :
« Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.  »
Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

Et comme beaucoup d'autre fables elle fut illustrée par la suite par Benjamin Rabier :

La_Fontaine,_Le_renard_et_les_raisins

Et, là encore, elle fit l'objet de nombreuses interprétations quant à sa morale...Laissons-en le choix à chacun.

 

 

Posté par nepo landarosa à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2020

Les limites de l'Univers ?

Je suis désolé pour ceux qui, comme moi, pensaient que, par définition, l'Univers est infini...

Un article de Sciences et Avenir (numéro spécial 875 ter/janvier 2020) semble nous dire le contraire, je cite :

Le débat sur la forme de l'Univers est relancé ! Alors que la grande majorité des cosmologistes, sur la foi d'observations satellitaires, considèrent que l'Univers est plat, une équipe italienne suggère qu'il serait en réalité sphérique et donc fermé. Ce qui signifie qu'un rayon lumineux finirait par revenir à son point de départ. Pour les auteurs de l'article publié le 4 novembre dans la revue Nature Astronomy, un Univers sphérique permet d'expliquer quelques anomalies du modèle cosmologique dominant, par exemple le fait que la lumière du fonds diffus cosmologique la première lumière de l'Univers émise lorsque le cosmos avait 380 000 ans (*seulement ?) se trouve déviée par un excès de matière. Ainsi la courbure serait différente et nous ne serions plus dans un Univers plat. Prudence cependant car des chercheurs de l'Université de Cambridge (RU) estiment que cette anomalie peut être un biais artistique.(?)

(*seulement ? à mon avis il y a une erreur d'unité de datation !)

On pourrait peut-être demander à Dieu ce qu'il en pense...

explosion lumière

Posté par nepo landarosa à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 janvier 2020

L'origine du glyphe des chiffres arabes

On sait qu'à  l'origine le chiffre romain a été créé à partir des mains I, II, III Mais le V ? Il s'agit d'une main ouverte vers le haut avec 5 doigts, d'où découle le IV une main moins 1 doigt, le VI une main plus 1 doigt,etc  ; le X est représenté par deux mains superposées.

Les tribus Guaranis comptent ainsi : un, deux, beaucoup.

Ceci est expliqué par l'historien Will Durant dans le premier ouvrage de sa monumentale Histoire de la Civilisation (qui fut longtemps ma seule source) en ...32 volumes ! Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Will_Durant

Et les chiffes dits arabes que nous utilisons ? Et bien vous le saurez en regardant la présentation suivante : Chiffres (cliquez sur le lien pour lecture du PPS).

Tout simplement...

 

Posté par nepo landarosa à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 janvier 2020

Le plus, le plus, le plus...

Quand on lit, quand on écoute, quand on regarde les médias, la vie moderne est une compétition permanente pour être :

-le pus beau

-le plus riche

-le plus fort

-le plus sportif

-le plus intelligent

-le plus savant

-le plus important

etc...

Moi je ne suis rien de tout ça, alors je n'ai aucune chance ?

fantomcloch

Être ou paraître, telle est la question...

Posté par nepo landarosa à 10:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 décembre 2019

Comme les années précédentes : le Père Noel n'est pas content !

Car il y a de moins en moins de cheminées dans les maisons et appartements !

pèrnoelcheminée

ET JE ME POSE UNE QUESTION :

avant et maintenant encore, lorsqu'une cheminée est en fonctionnement, ça doit lui brûler les fesses !

il a une culotte ignifugée ?

Posté par nepo landarosa à 11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2019

Je vais ENCORE manifester

J'ai un nouveau motif pour manifester depuis ma parution de ce message ...J'ai beaucoup de raisons de me plaindre, aussi je vais manifester

et je vais prendre mes concitoyens en otage jusqu'à ce qu'on me donne satisfaction.

Organisons une manif pour une journée sans manifs !

manif

Mais rassurez-vous : je ne casserai pas tout, je ne brûlerai rien, je n'assiégerai aucune Préfecture, je ne bloquerai aucune autoroute...et si vous voulez organiser une cagnotte pour moi je suis preneur...

CAR  MAINTENANT EN FRANCE IL FAUT MANIFESTER SUR TOUT

et ce temps pourri, c'est forcément à cause du Gouvernement, quel qu'il soit !

Posté par nepo landarosa à 08:42 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2019

et comme d'habitude un petit tour du monde des 100 derniers visiteurs

sur 142 830 depuis le 14 juin 2012

100 derniers

Posté par nepo landarosa à 07:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 novembre 2019

L'invention du jogging nu...

J'avais déjà abordé http://verlatradition.canalblog.com/archives/2014/04/29/29761991.html l'histoire de mon pays natal, repris de travaux à l'ancienne (sans informatique) que j'avais commis en septembre 1989.

Je vais présenter une curiosité ; il s'agit de deux articles de la Charte de novembre 1260 accordée à la ville par Guichard, Sire de Beaujeu, fils de Humbert, Connétable de France, d'où le nom de Ville Franche.

 

article 35

Si un homme et une femme accusés d'adultère ont été raisonnablement convaincus du crime, si par exemple il est établi par témoin qu'on les a trouvés avec les hauts-de-chausses tirés, ou s'ils ont été trouvés nus, ou bien encore, si, couchés tous les deux dans le même lit, une partie de leurs vêtements a été enlevée, qu'ils soient considérés comme convaincus du délit, et dans ce cas qu'ils soient tenus, à leur choix, de courir nus par la ville, ou de racheter cette course au prix fixé arbitrairement par le Sire de Beaujeu.

 

Mais, aussi, les femmes étaient alors curieusement considérées :en cas de harcèlement sexuel :

article 38

La fille ou la femme qui prétend avoir été victime d'une violence de la part d'un individu dans un lieu où elle a pu crier et être entendue, ne devra pas être crue, si elle n'a pas crié ; si c'est dans un lieu où elle n'a pas pu être entendue, on ne devra néanmoins la croire que sur preuves.

Et je me demande si cette Charte a été abrogée...

Résultat d’images pour blason villefranche 69

De gueules à une porte de ville d’argent flanquée à dextre d’une tour du même, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or, chacune brisée d'un bâton de gueules péri en bande.

 

 

Posté par nepo landarosa à 15:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2019

La Charité selon Paul de Tarse

Ce texte est tellement beau, tellement le meilleur exemple de la pensée humaniste, en plus hors de toute connotation religieuse, que je le réédite avec ses commentaires d'origine.

Il existe de nombreuses versions du magnifique texte  de la première Epitre de Paul aux Corinthiens ; comme il fallait bien en choisir une, voici celle de la traduction du Chanoine Crampon présentée par le site Catholique.org

http://bible.catholique.org/1ere-epitre-de-saint-paul-apotre-aux/3373-chapitre-13

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne ou une cymbale qui retentit.
Quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères, et que je posséderais toute science; quand j'aurais même toute la foi, jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.
Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien
La charité est patiente, elle est bonne; la charité n'est pas envieuse, la charité n'est point inconsidérée, elle ne s'enfle point d'orgueil;
elle ne fait rien d'inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne tient pas compte du mal;
elle ne prend pas plaisir à l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité;
elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.
La charité ne passera jamais. S'agit-il des prophéties, elles prendront fin; des langues, elles cesseront; de la science, elle aura son terme.
Car nous ne connaissons qu'en partie, et nous ne prophétisons qu'en partie;
or, quand sera venu ce qui est parfait, ce qui est partiel prendra fin.
Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai laissé là ce qui était de l'enfant.
Maintenant nous voyons dans un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.
Maintenant ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance, la charité; mais la plus grande des trois c'est la charité.

(icône de Taizé)

 

Posté par nepo landarosa à 10:40 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2019

Réflexions sur quelques Sagesses

A maintes et maintes reprises, je me suis aperçu qu’en matière de croyances, de religions, de spiritualité, beaucoup de personnes pensent et vivent dans un passé figé. Ils ont appris par cœur un catéchisme dont-ils ne sortent pas.

Mais le monde a changé : et même, depuis quelques années une lente évolution s’est produite dans ces domaines par une sorte de progression du niveau de conscience collective. Ceux qui sont sensibilisés à ces questions le ressentent complètement. Je ne veux pas parler ici des pseudos révélations sur les Cathares, extra-terrestres, mayas et autres réincarnations de Jésus , je ne veux pas parler du soi-disant Nouvel âge. Quoique ce nouvel âge là en soit l’un des symptômes.

Certes, il est bon de connaître le passé puisque notre présent en est l’aboutissement, et nous ne pouvons pas le nier. Certes, je suis passionné par des écrits anciens, que ce soit les penseurs grecs, la Connaissance égyptienne ou les écrits d’Orient et de l’Orient extrême. Et aussi par les écrits dits sacrés que ce soit la Bible, le Coran, les Védas, mais je le précise, d’origine, sans ajouts ni filtres de transformations, et cela sans être partisan de l'une ou l'autre des théories d'origine.

J’ai toujours été frappé, par ailleurs, que les anciens écrits (ancien Testament par exemple) ne racontent que des combats sanglants, mais j’ai appris que bien souvent tout était relatif : quand par exemple on nous parle d’une armée de 7000 soldats, il faut lire un groupe de 70 hommes…On a connu cela par exemple avec Julius Caesar qui a nettement exagéré les chiffres quant à la guerre de Gaules...

Pour revenir à ce que je connais un peu mieux, en ce qui concerne ceux qui récitent leur catéchisme catholique : par exemple il est une absurdité historique de parler de Jésus de Nazareth. D’une part du fait que ceci est un nom romain et non hébraïque, Jessuah serait plus logique. D’autre part du fait qu’à la naissance approximative du-dit Jésus…Nazareth n’existait pas ! En effet le village ne fut nommé et retrouvé que 3 ou 400 ans plus tard sur l’insistance grandissante des pèlerins ! Et cela grâce à Hélène la mère de l'Empereur Constantin. Il n'empêche, d'ailleurs que le site vécut une occupation plus ancienne qui pose encore de sérieux problèmes aux chercheurs.

L’appellation exacte avant erreur de traduction par méconnaissance est le Nazir ou le Nazaréen, ce qui en terme de Connaissance hébraïque signifie le Consacré, ce qui dans ce cas a un grande valeur. Il est d'ailleurs très intéressant de rechercher ce terme Nazir de la Religion hébraïque dans l'encyclopédie Wikipédia, une entrée qui donne de très bonnes explications.

Quant à ce qu’il est convenu d’appeler l’Anno Domini, son année de naissance, elle ne fut fixée qu’au VI ième siècle ! La vérité, reconnue par un document distribué dans les églises (!) et en ma possession (fiches croire.com) est que ce personnage serait né en ...5,6,ou 7 ...avant Jésus-Christ ! Et sa vie publique aurait débuté vers 27 ou 28 seulement (le tout au conditionnel).

Tout cela, me dira-t-on ne compte pas, ce qui compte ce sont les témoignages, les écrits reprenant les Paroles…sauf que dans ce cas aussi il en est ainsi.

Nous ne reviendrons pas sur les modifications des textes soit volontairement soit par méconnaissance, les 4 Évangiles reconnus officiels n’ayant pas été écrits par leurs auteurs, les noms ayant été attribués symboliquement, les moyens modernes d’information permettent à chacun de trouver des travaux forts érudits à ce sujet. Par contre les manuscrits dits de la Mer morte et autres codex retrouvés, sont plus crédibles car ils n’ont pu être retouchés et certains datent réellement de l’époque. C’est ainsi que nous avons pu retrouver l’évangile apocryphe dit de Thomas : le travail de Jean-Yves Leloup à son sujet est remarquable ( le lien que je possédais est obsolète). Je me suis laissé dire par un ami très âgé et auteur et conférencier érudit,  qu’il serait intéressant de pouvoir faire quelques recherches dans les archives du Monastère Sainte Catherine du Sinaï ou des Monastères du Mont Athos. Et tout cela recouvre peut-être une autre Histoire !

Et je vois, j’entends, je lis des personnes qui récitent mécaniquement ce qu’ils appellent des prières, qui deviennent même par superstition des incantations. Alors que ces textes d’invocation proposées ont réellement une force …magique ou divine, comme on voudra. Le Je vous salue Marie est un patchwork rassemblé au cours des siècles à partir de plusieurs extraits d’écrits religieux. Par contre, le Notre Père a formé le même ensemble depuis des siècles …et même avant !

Puisqu’il est extrait de deux prières juives de l'époque pré-rabbinique, le Qadish ou "sanctification du Nom", et les Shemonei 'Esrei ou "dix-huit bénédictions", dans lesquels nous retrouvons les termes exacts !

Les travaux de certains érudits de la Tradition (Peter Roche de Coppens) ont démontré son effet sur les centres énergétiques de l’être humain par la mise en route des centres depuis la tête jusqu’aux pieds (à ce sujet l’effet du signe de croix est encore plus spectaculaire). Et ceux qui récitent d’une manière robotique ignorent quels en sont les bienfaits.

Et aussi d’autres pratiquants possèdent un véritable livre de citations bibliques ou d’inspiration religieuse, se cachant derrière ces citations prédigérées et les utilisant selon les besoins qu’ils veulent en faire : certains en font même du porte à porte. Et ils oublient tous une chose, pourtant essentielle qui rejoint mes propos liminaires : comment vivent-ils ces paroles AUJOURD’HUI, ICI ET MAINTENANT ?

Car le passé n’existe plus, le futur n’est qu’une hypothèse, seul compte le moment présent…et encore ! Au moment où j’écris ces lignes, elles font déjà partie du passé !...mais cela est un autre problème quant à la notion de temps...tout est relatif a dit quelqu'un...relativement célèbre...

 

zoe phos

 

Posté par nepo landarosa à 16:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 novembre 2019

Si vous voulez visiter Lyon

Un article du site LYON CAPITALE permet de découvrir une superbe vidéo accélérée sur la ville ...

https://www.lyoncapitale.fr/actualite/une-video-4k-de-lyon-qui-en-met-plein-la-vue-et-flatte-notre-ego/#comment-77592

001 Panorama(extrait de ma collection, la ville vue de Fourvière, depuis cette photo d'autres cheminées modernes ont poussé à la Part-Dieu)

Posté par nepo landarosa à 10:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 octobre 2019

140 000 visiteurs !

C'est en effet ce que marque le compteur ce matin ! Et cela depuis le 14 juin 2012.

J'ai quelque peu réduit ma production, reprenant et améliorant des articles anciens, mais j'ai suffisamment approvisionné en articles et en albums photos pour qu'il y ait toujours quelque chose à découvrir ...moi-même je suis parfois surpris !

Et donc, comme parfois voici les statistiques des 100 derniers visiteurs : cette fois vous remarquerez que les pays d'origine sont moins exotiques que parfois ...

100 derniers visiteurs

Posté par nepo landarosa à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2019

La Chapelle sur le Chemin

Je réédite ce texte tellement le lieu que j'ai représenté est beau, et il y a bien longtemps que je n'y suis allé (nostalgie) : il est ainsi trois ou quatre chapelles et églises (dont certaines présentées ici) qui, pour moi, sont d'une importance capitale malgré leur discrétion, elles fonctionnent encore car ce sont des lieux réellement initiatiques.

Chaque fois sur le Chemin redonne Vie à la Chapelle abandonnée, toi qui cherches dans le Secret de ton Cœur la Vérité.

En cette Chapelle du bout du Monde, la Leçon de la Pierre t'est donnée car en son immobilité, elle maintient pour toi qui sait l'écouter et t'attarder sur le Chemin toute la Vérité que tu cherches souvent à l'extérieur de toi.

Elle te dit : c'est dans ton Cœur de Pierre qu'elle réside, et « coeur de pierre » ne veut point dire que l'on se détourne d'autrui, que l'on est froid, que l'on ne se dilue pas dans un sentimentalisme qui fait oublier la Vérité que l'on recèle : la Pierre ne s'émeut point du passage des humains ; la Pierre ne s'émeut point de leurs paroles vaines. Elle demeure.

Toi qui sais l'écouter, prenant le temps sur le Chemin, tu trouveras en Elle la Réponse à toutes tes questions.

Cette Chapelle du bout du Monde, c'est-à-dire loin des agitations du monde, cette Chapelle est elle-même la Pierre Philosophale. Elle te dit :

Concentration

Et Calme

Et Repos des vaines agitations.

Ce n'est point en tournant en tous sens autour de la Terre que tu parviens au Soleil ; ce n'est point en recherchant à l'extérieur de toi que tu découvres le Repos. Dans les agitations et les questions sempiternelles de la Conscience elle-même se dilue. Quand ta Conscience se dilue, tu fais comme le papillon de nuit qui s'accroche et s'approche de tout ce qui brille : mais tout ce qui brille sur la Terre est passage et de nouveau tu captes des ombres ou tu te brûles les ailes ; et douleurs de nouveau et de nouveau agitation.

Cette Chapelle du bout du Monde te le dit :

C'est dans le Secret de ton Cœur que tu découvriras ton Seigneur !

(extrait du Bréviaire du Chevalier/volume 2/par Emmanuel/Le Point d'Eau)

et cette Chapelle un jour il me semble que je l'ai rencontrée...au hasard de mes pérégrinations...

IMG

IMG_0002 - Copie

IMG_0003

IMG_0004

IMG_0006

et le hasard a fait que j'ai appris, que j'ai lu, que cette Chapelle sur le Chemin avait une grande importance (merci Agnès C.)

 

Cela me rappelle aussi une certaine formule qui enjoint de visiter l'intérieur de la Terre (sa propre Terre ? soi-même ?) pour y trouver la Pierre cachée. Et certaines Traditions y découvriront un diamant brut. Mais il faut prendre garde, car le dragon, gardien du lieu, est terrible...mais on peut l'apprivoiser...en s'oubliant soi-même...

J'ajoute 2 illustrations :

la chapelle au début du XXième siècle avec vue de la Tour des Templiers et à droite la carrière ancienne

blanchin

le plan de la chapelle avec étude de Georges Prat des énergies et des courants de métaux rares 

IMG (2)

 

Posté par nepo landarosa à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un homme pour l'éternité

affiche un homme

 

Il me revient en mémoire le film magnifique de Fred Zinnemann (1966) avec ses interprètes extraordinaires : Paul Scofield, Léo MacKern, Robert Shaw, Orson Welles, Vanessa Redgrave, et bien d'autres...Film si magnifique qu'il obtint les 6 oscars les plus importants et 2 golden globes !

Il raconte qu'en 1529, Thomas More, juriste britannique, mais également auteur d'une oeuvre gigantesque politique, sociale et spirituelle, succède au Cardinal Wolsey comme Chancelier d'Henri VIII. D'amis que sont le roi et son ministre, ils vont devenir ennemis du fait du refus de Thomas de consentir au remariage du roi. Thomas ira jusqu'au martyr (remis par le Roi au clergé séculier).

affiche 2

affiche 3

https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_homme_pour_l'%C3%A9ternit%C3%A9 : la fiche Wikipédia résume bien le film, son générique et ses récompenses.

affiche thomas

Une très importante analyse littéraire a été présentée sur

http://www.en-attendant-nadeau.fr/2016/04/19/thomas-more-eternite/

Mais le but de mon article est de citer la fin du film : tout est fini entre le Roi et Thomas More, une rencontre de la dernière chance a lieu sur le bord d'une plage. Les deux hommes discutent et se disputent. A la fin, le Roi demande à son ex-chancelier : qui t'a fait Duc ? Réponse de Thomas More : qui t'a fait Roi ?

Et le Roi le livre alors au clergé séculier pour son martyr, la décapitation. Il faut préciser qu'il fut béatifié par Rome en 1886, puis canonisé en 1935.

réintégration de commentaires précédents :

  • Je m'interroge cher blogueur sur ce Thomas Moore. Ne serait il pas la réincarnation de Socrate ?
    Sans cigűe il à néanmoins perdu la tête...Des Hommes de cette trempe, le peuple en recèle il nous faut prier, faire et attendre l'Avatar de justice...il n'est dans aucune des primaires. Dans ces dernières l'on touvera au mieux des attitudes...primaires.
  • En effet, ce sont tous deux des Sages, maîtres de vérité et emprunts d'humanisme ; toutefois, Socrate, après sa condamnation, aurait choisi de mourir, tandis que Thomas More, condamné par le pouvoir temporel allié à un pseudo pouvoir spirituel, a été décapité. La mort de Socrate est une hypothèse, celle de Thomas More une certitude historique. Mais tous deux ont témoigné de leur connaissance et de leur amour de l'humain. 
  • Le dialogue de la fin du film est pour moi d'une importance capitale ; ainsi dans beaucoup de domaines, celui qui est nommé ou élu à la tête, ne l'est que par la volonté de ses pairs, sans eux il ne serait rien et doit donc les respecter autant que ceux dont il dépend le respectent.

 

Posté par nepo landarosa à 08:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2019

Un petit jeu pour vous situer dans l'immensité...

Allez sur Google maps (publicité entièrement gratuite)

posez en recherche votre adresse

en bas à gauche cliquez sur satellite

à droite cliquez sur zoom -

encore, encore, encore, etc...

et vous vous retrouvez loin de la Terre !

Pour revenir cliquez sur zoom + , encore, encore, encore, etc...

jusqu'à voir le toit de votre maison !

 

(j'ai trouvé cela par hasard)

BON VOYAGE !

Posté par nepo landarosa à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2019

Le silence mène-t-il à l'équilibre ? Ou le contraire ?

Je ris car c'est la troisième fois que je publie cet article ! La première fut en 2016, la seconde en 2018...En voici donc une nouvelle version complétée mais, compte-tenu de son universalité, il n'y a rien à changer sur ses fondations de base, sinon le compléter par des réflexions personnelles, et pour paraphraser un certain William Shakespeare (repris par l'écrivain américain William Faulkner), dans un monde plein de bruit et de fureur...

Une fois encore , je vais reprendre ici des paroles de Sagesse signées Raymond Bernard et publiées par le site des Baladins de la Tradition,  ( j'ai repris ici la mise en page exacte des Baladins : http://bldt.net/Om/spip.php?article989 dont je salue une nouvelle fois le sérieux )

rb


En Toi fais silence... "Equilibre et silence vont de pair." 

"Le premier objectif du disciple doit être la recherche de l’équilibre. Il faut que soit définitivement établi chez lui, un point de rencontre entre le matériel et le mysticisme, entre le physique et le spirituel, de telle sorte que le mysticisme soit contrôlé par le matériel, le spirituel par le physique et vice-versa. Il n’y a pas d’autre solution pour une démarche véritable et efficace sur le sentier que ce point d’appui, ce point de jonction où doit se situer sans cesse le disciple, car c’est seulement ainsi qu’il parviendra au but. Le matériel est un point du triangle, le spirituel en est un autre, et le troisième point est le disciple lui-même qui, par conséquent, évolue efficacement et réellement, uniquement s’il prend appui sur l’équilibre des deux autres points.
"Dans le triangle formé par le matériel, le spirituel et le disciple, le quatrième point est donné par la rencontre des trois perpendiculaires abaissées de chaque pointe sur le côté opposé et en ce quatrième point, qui confère à la démarche mystique ses assises parfaites où se retrouvent, se conjuguent, les trois autres, c’est la loi du silence. C’est là que se concentrent la force et la lumière, c’est là que se produit la communion intérieure, le contact avec le Soi. Ce point central est un noyau de puissance infinie, d’équilibre absolu, de connaissance parfaite. La bible rappelle le pouvoir du silence en une formule courte mais significative : "Entre dans le silence et sache que je suis Dieu", car c’est "dans le silence" qu’on reconnaît "celui qui est" - la présence divine, le moi intérieur, le Soi.
"La pratique du silence est une obligation fréquente pour le mystique. S’écartant des agitations du mental, repoussant tout ce qui est "extérieur", il entre quelques instants en lui- même pour faire le point, c’est-à-dire recueillir la direction et la lumière du centre où convergent en une harmonieuse combinaison l’essence de toutes les données spirituelles, mentales et matérielles qui constituent son existence. Il est évident que la pratique du silence est essentiellement passive. Pour recevoir, il faut se taire et le mental doit être muet, ce qui ne signifie pas qu’aucune idée intuitive ne se manifestera et que le cours des pensées ne prendra pas une direction déterminée. C’est au contraire ce qui se produira, il n’y a pas de vide absolu. Il suffit donc d’adopter l’attitude d’un spectateur et de "voir" sans participer. Le mental n’interrompt jamais son cours pas plus que les sens ne cessent de fonctionner, mais on peut ne pas avoir conscience du travail mental ni percevoir les impressions sensorielles. Certains disent qu’ils ne peuvent pas se concentrer, qu’ils s’aperçoivent soudain que leur pensée n’a pas cessé d’errer. C’est là une erreur de compréhension. En effet, soudain ils remarquent que leur mental poursuit son œuvre et ils en concluent qu’ils ne sont pas concentrés. Mais ils oublient qu’avant ce "soudain", ils étaient "ailleurs", précisément "dans le silence de l’âme". Ce silence est rompu au moment du "soudain", c’est-à-dire quand ils se rendent compte objectivement que le mental travaille. Or, je le répète, le mental n’a jamais cessé de fonctionner même au cours de la période de silence, mais il le faisait sans qu’il y ait participation ni conscience.
"Entrer dans le silence, c’est donc ne plus participer, ne plus avoir objectivement conscience des processus mentaux et physiques dont l’activité est ininterrompue tout au long de l’existence humaine, et il est important de se souvenir que si, à un moment, on reprend conscience de ces processus, la période de silence est achevée , mais que, précédemment, on était bien "dans le silence".
"La période de silence peut ne durer que quelques secondes du point de vue humain. La durée est sans importance. Une seule seconde de vrai silence au niveau du Soi suffit à la manifestation d’une force et d’une connaissance infinies qui sans être perçues immédiatement, se développeront ensuite de mille manières dans la vie consciente sans qu’il soit possible ni nécessaire d’attribuer de tels résultats aux périodes de silence. Ce sont ces périodes que les Maîtres utilisent pour leur action, pour inciter, guider, établir les conditions d’une meilleure compréhension. C’est dans le silence de l’âme que nous œuvrons au service du disciple, pour qu’ensuite ses efforts résultent en une progression plus rapide et plus efficace.
"Tout est utile dans la voie initiatique - la théorie et la pratique, la lecture et l’expérience, la discussion et le recueillement, mais s’il y a déséquilibre, trop de théorie explicative et pas assez de pratique, trop de lecture et pas assez d’expérience, trop de discussion et pas assez de recueillement, alors l’effort est vain. Equilibre et silence vont de pair. L’un complète l’autre et lui confère sa pleine valeur."
j'ai déjà consacré plusieurs articles à Raymond Bernard que vous pourrez retrouver ici :
http://www.verlatradition.fr/tag/Raymond%20Bernard

Il est à remarquer que ces conseils, malgré les références, peuvent être suivis en dehors de toute croyance, de toute religion, de toute école. Ils peuvent permettent à chacun de se créer sa propre voie de Sagesse, sa propre éthique ; et en essayant de les suivre, on s'aperçoit, ce fut mon cas, qu'au delà de la parole, qu'au delà des écrits, qu'au delà des catéchismes, et après maintes réflexions comme un Bénédictin (Ora et Labora, prie et travail, dans ton oratoire et dans ton laboratoire) il n'y a ...rien...ou alors il y a...tout...
Raymond Bernard qui ne cessa de conseiller de tuer le vieil homme qui est en nous, qui ne cessa de conseiller de supprimer l'égo au profit du Soi et qui disait : tout vous a été donné...; ses écrits, ses paroles semblent aujourd'hui bien oubliées...

Philippe-bis


J'aime beaucoup ce qu'écrit Serge Caillet à propos de Nizier-Anthèlme Philippe dit Maitre Philippe de Lyon : Monsieur Philippe a vécu en initié sauvage, c'est-à-dire affranchi des sociétés d'initiation dirigées par ses amis...en initié libre, en somme, à la façon dont Papus avait conçu primitivement et idéalement son initiation martiniste, l'initiation formelle en moins... Les conseils proposés par cette étude de Raymond Bernard rejoignent cette vision des choses, lorsque l'Etre a reçu l'Initiation formelle il peut conduire sa vie, ses pensées, comme un adulte : il n'est plus l'enfant qui devait chercher à apprendre. Et donc peut se permettre de ne plus suivre à tout prix la course aux décorations, honneurs,  qui ne sont que des créations humaines, bien souvent au service de l'égo et non du Soi. Et il est là non plus pour se servir mais pour servir.

Beaucoup de personnes n'ont pas encore compris qu'il y a une différence entre le "soi" (l'égo) et le "SOI", ces personne ne pensent que par le corps et la densité... plus c'est lourd, densifié et perceptible, plus c'est viable pour eux, alors que ça ne représente que l'expression du "soi" et toutes les illusions qui vont avec. Le jour ou ils comprendront que ce n'est pas le véhicule, mais le cocher du véhicule (le grand SOI) qu'il faut écouter par les messages qu'il délivre au corps, ça sera bon... sauf que ce cocher s'exprime avec des MAUX lourds quand on ne veux pas l'écouter, et non pas des mots... Si nous parvenons à l'écouter, il ne s'exprimera plus avec des maux, ni des mots, mais avec des émotions...
(j'ai écrit également sur la Sagesse et le silence, notamment le silence du désert...vous pouvez poser votre recherche dans le module en colonne de droite)

un petit tour du monde

100 derniers

Posté par nepo landarosa à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]