Sur les Chemins de la Tradition

Message d'accueil (revu et corrigé plusieurs fois...) par Gérard-Antoine Demon

Vous pouvez consulter directement l'actualité des articles en consultant en colonne de gauche le module derniers messages


savoir

croix bénédictine ancrée

la croix ancrée inspirée de l'Ordre des Bénédictins (St.Benoit de Nursie) : ORA ET LABORA, prie et travaille...


 

 Du fait de son contenu, le téléchargement du blog peut être long, et le réglage écran à 90 % voire 80 % est le meilleur pour voir la totalité des 3 colonnes.


 Et si vous cliquez sur le titre d'un article, en bas apparaitra un code QR qui vous en permettra la lecture sur votre mobile ! (mais pas sur une trottinette...)


 photo prise en...1951

famille (3) - Copie

 

et maintenant

moa


 

 (excusez-moi pour la longueur de ce message d'accueil qui présente quelques informations importantes, mais vous pouvez passer directement à la lecture des articles)


 

et ne cherchez pas : vous ne me trouverez nulle part sur les réseaux des cas sociaux...


 

vous pouvez également visiter le blog du Salon des Poètes de lyon dont je suis l'animateur avec toutes les infos et photos 

http://www.salonpoeteslyon.fr/ 

(105 491 visiteurs au 16/11/22)


MESSAGE D'ACCUEIL 

 
graal_3

Avant toute chose : homonymie involontaire

J'ai été questionné sur le rapport de mon blog (par son adresse URL) avec la Revue Vers la Tradition : il n'y en a aucun, si ce n'est les sujets abordés. D'ailleurs, à la création du blog j'ignorais totalement (et j'insiste là-dessus) l'existence de cette Revue et les systèmes de création n'ont posé aucune opposition.

J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'un dialogue par messagerie avec un ancien responsable de cette Revue et j'en ai profité pour m'en excuser. Et je pense la respecter totalement sans faire aucune concurrence tout en rappelant que l'intitulé de mon blog est  : les chemins de la Tradition.

Le pourquoi et comment

Comme je l'ai écrit rapidement lors de la création de ce blog, qui n'est le porte-parole de personne, de aucun groupe, de aucune religion, j'hésitais pour le référencer entre Ésotérisme et Religions ; mais pour moi ces termes sont trop restrictifs, et pour cette raison je l'ai publié en inclassable !

Je voudrais parler de la Tradition, pas la tradition des fêtes folkloriques (que j'adore et qui sont déjà un témoignage) mais de la Tradition avec une majuscule, un grand T, un tau diraient certains érudits des civilisations anciennes. Quoi de plus représentatif justement que cette lettre que l'on retrouve dans la tradition hébraïque, égyptienne et grecque ? Et dont on retrouve la forme dans la croix ansée égyptienne un T surmonté d'une anse (le Tau comme dirait une certaine Église)...Et n'oublions pas que la croix romaine de châtiment est en forme de T...

La Tradition ? Certains érudits tels René Guénon expliquent que cette Tradition était unique et primordiale et qu'on la retrouve partout sur la Terre dans les Croyances ou les Religions. Il est en effet parfois troublant de retrouver les même thèmes, les mêmes rites dans des Religions apparemment distinctes les unes des autres.

Il existe donc plusieurs chemins pour y arriver. Et ces chemins en ont d'ailleurs parfois un nom, tels les Chemins de Compostelle, et sont jalonnés de bornes, de monuments tels les églises, les abbayes au moins en ce qui concerne ce que nous appelons l'Occident chrétien mais qui ont pris la place ou complètent d'autres signes plus anciens et antérieurs à 2000 ans, témoins de la Tradition de ceux qui nous ont précédés. M'étant spécialisé sur cet Occident chrétien qui passe à ma porte et que je connais le mieux, y étant né, ne m'empêche pas de reconnaître et de réfléchir sur les autres traditions : en effet, il parait logique que, si j'étais né au coeur de la Péninsule arabique, du Népal ou en Papousie, je ne suive pas la même tradition dite religieuse...

On peut supposer que ce blog est consacré à Nizier-Anthèlme passé dans la légende sous l'appellation de Maître Philippe de Lyon : or il n'en n'est rien, ce sujet est abordé au départ pour une raison de proche voisinage et est devenu, je le reconnais volontiers, une sorte de spécialité...Ce qui est amusant c'est que j'y suis arrivé véritablement par...accident, après en avoir entendu parler par des amis plus de 10 ans auparavant...

Éthique

Et j'essaierai de vous emmener le long de ces chemins par les photos, souvent améliorées par soucis d'esthétisme, que j'ai réalisées depuis une trentaine d'années et qui permettent de mieux comprendre les lieux et d'appréhender ainsi le Sacré : je compte sur votre honnêteté pour ne pas me les voler ni d'en faire commerce. J'apprends par exemple que des sites ou de blogs, dont certains se targuent d'être inconnus, piratent tel ou tel photographie ou article, sans avoir ni le courage ni l'honnêteté de ...citer leurs sources ; pour ma part, ne fonctionnant pas ainsi, et dans le respect de mon éthique, j'indiquerai toujours les références d'origine avec liens pour que le lecteur puisse s'y reporter.

Bien que je présente des églises, des chapelles, il ne faut pas compter sur moi pour faire de la Théologie rattachée à un dogme quelconque mais tout en le respectant.Certains reconnaîtront, à la lecture, à la réflexion, malgré quelques fantaisies (le monde se meurt de ne plus comprendre l'humour), un petit quelque chose de sacré...il en est ainsi et cela est voulu. A propos, dans un univers internet où tout se monnaye, ce blog est entièrement bénévole et ne rapporte absolument rien à son auteur. Son contenu est issu de nombreuses heures d'études, de recherches, de travaux personnels et est présenté à titre purement gratuit à ses lecteurs. Il faut en profiter pour remercier et féliciter Canalblog pour la qualité des structures et modules proposés, qui permettent ainsi une présentation et un contenu de qualité. Si vous ne possédez pas de logiciel adéquat, des publicités viennent s'intercaler dans les articles ; il faut bien se rappeler que la gestion de ce blog est entièrement gratuite, d'où les publicités en compensation.

Je signais au départ de ce blog du nom (étrange, je le reconnais) de Népomucène Landarosa : il s'agit du nom de mon daïmon préféré. Quant à ce nom c'est un amusement à tiroirs quant à un domaine voisin et proche, souvent évoqué dans ce blog...Mais pour la loi, depuis le 21 aout 1948 je suis Gérard-Antoine Demon...

Conseils techniques

Le bandeau du haut en dessous du titre permet d'accéder directement à quelques catégories

Le système des tags (colonne de droite) est très utile : il suffit de cliquer sur un sujet recherché et automatiquement le système récapitule tous les articles où il est abordé. Et en colonne de droite, vous pouvez prendre le temps (météo et heure).

En Anglais

Given the amount of English-speaking visitors on my blog, in particular from the US, I thought it appropriate to write the following introduction : thank you for visiting my blog.

Iif you cannot read French I would suggest using an online translator (although I am aware these do not always translate accurately!)

I will not attempt to write any content in English as it is fairly rusty, going back to secondary school (many thanks to Iris for writing the above).

 

nd_paris

Ce médaillon sculpté est très discret...et pourtant des millions de personnes(environ 13 millions par an) sont passées devant et il est à la base du pilier central du grand portail de N.D. de Paris ! Plusieurs études érudites ont été consacrées à son sujet...

Et à la demande de quelques amis, j'ai ajouté en liens d'amis (colonne de gauche) quelques unes de mes cantines...et ce ne sont pas des adresses recopiées, mais des adresses que j'ai testées..Avez-vous remarqué que bien souvent à côté d'une "bonne" église il y a un bon restaurant ? Voilà ce que c'est d'être mystique et épicurien...(je viens de le vérifier encore une fois à Ars le 9 aout 2020)

Je ne renie pas le Savoir...mais à un moment il est sage de tout oublier...en plus en quoi cela sert-il de vouloir toujours savoir plus ?                

Gérard-Antoine Demon

...certains pourraient penser que, né en 1921 en Belgique, je suis mort en 2011 (selon un avis décès) ...et bien ce n'est pas moi...!


 

venirvoir

 


24 janvier 2023

Quelqu'un connait-il l'adresse e-mail de Dieu ?

Après avoir passé beaucoup de temps à regarder la webcam de la grotte de Lourdes, je réédite cet article car je n'ai toujours pas eu de réponse (avec les commentaires d'origine). J'avais déjà abordé un peu ce thème ici, là et ailleurs..Après la précédente parution de cet article, ma correspondante Nina m'envoie cette photo prise dans l'église de Monza au Cap Corse, que je me fais un plaisir de vous présenter :

église de Monza cap corse

.

Et cela m'est revenu à l'esprit en regardant des commémorations de Lourdes ; car il y a tant et tant de personnes qui, pour prier, s'adressent à un Dieu (quel que soit son nom ou même le Divin) souvent anthropomorphe, extérieur à elles-même, réellement localisé ailleurs. Alors que Dieu (je le redis, quel que soit son nom ou...sa nationalité, personnellement je préfère parler de Conscience globale...) est d'abord et avant tout en elles-mêmes.

Il me revient les propos tenus par Valaire de Gramscott sur le site des Baladins de la Tradition (certains passages ont été neutralisés par moi, ces propos ayant été tenus dans un cadre spécifique), mais je vous conseille de lire le texte complet original sur http://www.bldt.net/Om/spip.php?article733 ,voir dans le lien les pages précédentes et suivantes)

...je pourrais dire que la recherche spirituelle doit amener à la découverte de l’Etre, c’est-à-dire que le cherchant doit trouver l’Etre en lui, doit trouver qu’il est l’Etre réel s’exprimant par le corps physique, c’est-à-dire qu’il doit se situer plus haut en lui-même comme étant un Etre qui a un véhicule physique pour s’exprimer. On peut dire que dans le passé toujours cette queste, cette recherche a été la même. Mais l’Homme est maintenant capable de mieux comprendre ceci et de mieux le réaliser, de mieux l’accomplir.

En quelque sorte, la question est l’éternelle question et la réponse est l’éternelle réponse. Ce qui est très urgent pour l’Homme de trouver - la recherche spirituelle doit s’y consacrer avec ses moyens actuels - c’est la découverte de la présence de Dieu en chaque homme et même de la présence de Dieu dans tout ce qui nous entoure, c’est-à-dire, voir Dieu, sentir Dieu en soi-même et voir Dieu chez tous les autres et dans toutes les réalisations de la nature telles qu’elles peuvent nous paraître, les examiner dans leurs réalités par rapport à ce que nous sommes et par rapport au monde. Dieu, Dieu en soi.

Theodore J. Nottingham (l'intervieuwer) : Pensez-vous qu’il y ait des disciplines qui puissent aider à l’éveil d’une plus grande conscience ?

 Valaire de Gramscott : Si les disciplines là aussi sont toujours les mêmes que celles du passé, parce que l’homme ne change pas, il reste semblable à lui-même, il a en lui d’immenses possibilités, dont une faible partie seulement est développée et ces disciplines sont des disciplines d’abord morales.

 Et à partir de cela la recherche d’une situation intérieure et extérieure qui soit vraiment nouvelle, mais en se souvenant toujours de la grande phrase : “Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et tout le reste vous sera donné par surcroit”. Autrement dit, s’il y a des règles à appliquer, s’il y a des expériences de concentration, d’observation, de méditation à faire, il y a aussi une chose : agir dans le sens du bien parce que si l’on agit ainsi, tout le reste apparaît.

 Etre dans la joie intérieure et dans l’harmonie, donc, pour que cette joie et cette harmonie nous mettent en communion avec les autres et c’est dans ce service des autres que naissent alors toutes les qualités et les possibilités qui sont en nous.

 Theodore J. Nottingham : Est-ce que vous pensez que les sentiers ésotériques sont ceux qui peuvent le mieux conduire à la réalisation totale de l’homme ?

Valaire de Gramscott : Ils sont un moyen de parvenir à cette globalité humaine, à cette réalisation totale de l’Homme. Dire que tout ce qui n’est pas connu ni appliqué ou tenu à l’écart par l’Homme, même si cela est à sa disposition, devient ésotérique, c’est-à-dire, caché, dissimulé, il n’en reste pas moins que les sentiers ésotériques bien compris, et non pas les quelques divagations que l’on voit quelquefois se manifester sous forme de mouvements et associations qui, certes, ont une idée bonne fondamentalement et c’est pourquoi nous ne devons pas les rejeter ni les juger, mais il est vrai que les sentiers ésotériques authentiques sont véritablement fondés par une grande expérience et par des principes et lois qui sont fondamentaux pour conduire à ce but qui est la réalisation de l’intégralité de l’Homme. L’ésotérisme, un grand mot, souvent mal compris, mais un mot qui recouvre une connaissance riche, la plus riche qui soit, par ce qu’elle apporte à l’Homme : aider celui-ci à parvenir à « Être » et non plus simplement à penser à « Avoir ».>

 Theodore J. Nottingham : Qu’est pour vous l’idée de Dieu ? 

 Valaire de Gramscott : Il ne faut jamais rejeter les mots en raison de ce qu’ils ont pu recouvrir dans une compréhension passée. C’est pourquoi je ne suis pas de ceux qui disent qu’il faut écarter définitivement le mot « Dieu » du fait de tout ce qui a été fait en son nom ou selon les explications données, à cause de lui ou pour son service.

Dieu, en tant que tel, est inconnaissable et c’est pourquoi je comprends les agnostiques qui, eux, ne cherchent pas à définir Dieu. On ne peut pas le définir, d’ailleurs, et à cet égard, tout le monde, même ceux qui se disent contre ceci sont des agnostiques. Je ne crois pas en revanche qu’il y ait beaucoup d’athées. L’athéisme n’existe pas. L’agnosticisme peut exister, et comme je le disais, beaucoup sont agnostiques.

Ce qui signifie qu’il y a une perception totale du fait que Dieu est inconnaissable. On ne peut absolument pas le définir, le décrire, il dépasse l’intelligence humaine et s’il ne la dépassait pas, il ne serait pas Dieu. Donc, on part du principe, parce que ceci est prouvé, la vie elle-même le prouve, le monde, l’univers, et le fait qu’il est ordonné le prouve, Dieu existe. Dieu EST.

 On peut, en revanche, se mettre en harmonie avec lui, participer à son œuvre, être en relation harmonieuse avec sa création. D’une certaine manière, on peut le connaître, c’est-à-dire l’éprouver, le ressentir dans une communion avec la nature et avec le Cosmos, le Cosmique, c’est-à-dire les lois qui existent et qui sont permanentes et qui sont les lois établies par Dieu. Parce qu’il y a une origine à toute chose, et rien de ce qui est ordonné, une montre par exemple, une horloge, ne peut exister sans qu’il y ait, à l’origine, un horloger : le Grand Architecte ou Dieu tout simplement. Lorsqu’on regarde l’heure à une montre ou à une horloge et qu’on regarde l’horloge elle-même, l’idée de l’horloger peut nous venir même si nous utilisons la réalisation, la pratique, la création de l’horloger. On peut admirer l’horloger, communier avec lui, par l’intermédiaire de ce qu’il a créé. C’est dans les moments de communion cosmique que l’on ressent Dieu, que l’on revêt Dieu.

 Il est dit dans les évangiles : « Vous êtes des dieux » et ces paroles sont mises dans la bouche même de Jésus-Christ. C’est l’idéal qu’il représente pour le monde, or pour qu’une telle déclaration se fasse, c’est qu’il y a donc en nous-même, une parcelle de Dieu et que nous sommes donc participants à Dieu sans être naturellement Dieu unique lui-même : nous sommes des dieux qui sont partis du Dieu.

...


 

Et je réintègre mon propre commentaire précédent : j'insiste sur les propos de cet article : comment peut on implorer, supplier, adorer, un dieu qui est extérieur à soi-même, alors que tout le monde est d'accord là-dessus...dieu (pour utiliser ce mot conventionnel) est Tout ? Rappelons-nous de Mère la compagne d'Aurobindo qui disait : c'est ça (ce qui est). Et là nous pouvons gommer l'épithète de dieu pour la remplacer par conscience globale...ce qui dépasse l'entendement humain.Et ce qui est surprenant, c'est que Bernadette elle-même utilise cette expression : selon Wikipédia...Bernadette restait prudente pour désigner l'objet de sa vision, employant surtout, dans sa langue qui était le gascon de Bigorre les pronoms démonstratifs « aquerò »  (c'est-à-dire « cela ») ou « aquèra »  (c'est-à-dire « celle-ci )...j'ignorais ce détail lors de ma première rédaction de mon message !

question subsidiaire : est ce Lourdes qui a fait Bernadette ou Bernadette qui a fait Lourdes ? Elle si belle au couvent Saint Gildard de Nevers où elle a passé pratiquement toute sa vie...

bernadette

 

 

 

Posté par G Rare à 11:21 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 janvier 2023

Macrocosme ou Microcosme ?

Je me souviens d'une conférence en 1989 dans l'amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne où un scientifique du C.E.R.N. nous expliqua que ces deux extrêmes se rejoignent.

 

 

 

Posté par G Rare à 12:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 janvier 2023

INCROYABLE !

C'est l'Hiver : il fait froid et il neige !!!

et méfiez-vous ! 

manchot attaque

 

Posté par G Rare à 08:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2023

Et si on faisait un petit tour du Monde ?

100

Posté par G Rare à 16:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]


11 janvier 2023

Au départ : de la musique Renaissance...et puis...

Je les avais vus au Festival d'Ambronay et j'avais adoré !

 

 

Posté par G Rare à 10:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 janvier 2023

Au delà de Compostelle (réédition-hommage après décès)

J'avais de très bons Amis, Françoise et Emile, dans la montagne, à Musièges près de Frangy, nous avons passé ensemble de très bons moments tant dans les loisirs, les repas, les voyages que la réflexion et la recherche en Spiritualité. Je les ai perdus de vue (éloignement, autres activités) et pour les deux j'ai appris leur décès (cette semaine pour Françoise) en faisant des recherches ; cela m'a beaucoup chagriné et mon Coeur les pleure...J'avais en 2015/2016 publié cet article quant aux Passeurs de la Tradition, je le renouvelle cette fois sous la catégorie mes mercis. Je souhaite que les lecteurs retrouvent dans mon récit toute la saveur de leur relation.


 

Il s'agit là d'un rêve que je fis dans les années 2000. J'avais rendu visite à un couple d'Amis, non loin d' Annecy. A la fin du repas, ils me présentèrent un album de photographies faites lors d'un voyage récent en direction de Saint Jacques de Compostelle, avec d'autres Amis voyageant par car parti de France ; je ne sais plus si le Portugal et Bélèm étaient au programme ou s'il s'agissait d'une autre pérégrination.

Ainsi, ils avaient continuer le voyage de St Jacques au-delà jusqu'à l'Océan sous la conduite d'un autre Ami, grand Passeur de la Tradition, qui Guidait le groupe. Il leur expliqua que le chemin vers l'étoile ne s'arrêtait pas forcément à la Cathédrale mais pouvait continuer bien après jusqu'aux rives océaniques.

Nous avons donc beaucoup parlé au sujet de ces photos qu'ils m'ont commentées avec entrain. Et leur reportage s'arrêtait lorsque arrivés au bout, à la fin de la terre d'Espagne, justement au cap Finisterre.

Puis je partis me reposer dans le pré en douce pente qui bordait leur maison et m'endormit. Lorsque je les rejoignis vers 4 heures de l'après-midi, je leur racontai un rêve étrange qui les émerveilla ;  les images m'ont tellement imprégné qu'aujourd'hui encore je les revois avec détails.

Sur la rive extrême de ce cap Finisterre, se trouvait un étrange appareillage : une gigantesque cloche visiblement de bronze décoré. Plus haute qu'une maison ordinaire, si haute que l'on pouvait entrer à l'intérieur. Elle était posée sur des murets disposés à son pourtour de place en place. Combien ? Je ne sais pas, mais en tous cas plus de 4 ou 5. Ce qui fait qu'un espace était libre entre chaque partie de muret. L'ensemble était desservi par des sortes de prêtres qui paraissaient officier là ; vêtus de longues robes rouge ornementées de parures dorées, coiffés d'une sorte de bonnet haut lui-même ornementé de parements.

Et chaque jour, lors du zénith du soleil de midi, un énorme mécanisme se mettait en route sous l'effet d'un jeu de miroirs, qui enclenchait le mouvement du battant de la cloche et cela déclenchait un son immense et très grave, et ce son se prolongeait sur les flots, très très loin sur l'océan là où se trouvaient des terres encore émergées (Platon aurait dit au-delà des colonnes d'Hercule).

Voilà le rêve que je leur présentai et que je revois encore en le décrivant. Et je me fais une joie d'en faire profiter les visiteurs de mon blog. 

AJOUT : et voici donc mes notes de l'époque 

la photo cap Finisterre : de là part une jetée très large en grandes pierres bordée de 2 petits parapets de la même structure, au bout elle s'élargit en un cercle. Là se trouve posée une gigantesque cloche avec des sculptures sur des sortes de cales en pierre. Au dessus, il y a une installation ; le sommet de la cloche est percé d'un trou rond, à un certain moment, à midi heure solaire, les rayons du soleil passent par ce trou, traversant quelque chose comme un jeu de miroirs qui les multiplient tout autour, à l'intérieur de la cloche et met en branle un mécanisme qui actionne une sorte de marteau intérieur et fait sonner la cloche que l'on entend partout dans la région et dont les ondes se prolongent sur la mer. Sur la jetée et autour de la cloche des personnages bizarres vêtus de robes rouge et coiffés de hauts bonnets. 

 

 

st_jacques

chemin

et j'ai recherché  la plus grosse cloche connue au monde, celle de 200 tonnes du Kremlin, et ce n'est rien par rapport à mon rêve !

kremlin

En effet, et cela est confirmé,  Compostelle n'était qu'une étape pour certains, comme je l'avais indiqué dans mon article : je viens de lire trois témoignages de pélerins qui expliquent avoir continué jusqu'au bout de la terre, au cap Finisterre ! Vous voulez les noms ? Jacques Nompar de Caumont 1414, Sébastien Ilsung 1446, et Mgr Martyr, évêque arménien en 1489/1496. Et dont on peut lire les témoignages dans les Voix de Compostelle, éditions Omnibus déjà cité (une véritable mine d'or).


Et  pour compléter cette réédition je vous incite à lire l'article que je viens de publier sur Socrate quant au souvenir de Françoise : Socrate - Sur les Chemins de la Tradition (verlatradition.fr)

qilles

(avec l'une de leurs petites filles)


 

réécrit le 07 janvier 2023 le lendemain de l'Epiphanie et jour de la Saint Raymond

 

Posté par G Rare à 10:57 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 janvier 2023

Socrate

J'ai piqué ce texte sur le blog d'une amie, Françoise (du côté de Frangy) dont je n'ai plus de nouvelles, hélas, depuis bien longtemps et je le regrette infiniment † (voir ci-dessous) : c'est en quelque sorte une manière de lui rendre hommage...

J'ai déjà parlé d'elle, vous pouvez lire son magnifique texte, à moi dédié (cocorico !) lorsque je fus demi-centenaire : La saveur de la Framboise de Musièges... - Sur les Chemins de la Tradition (verlatradition.fr)

Revenons à Socrate avec un peu de Philosophie :

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu’un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

"Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?

Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires :

– Les 3 passoires ?

Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?

– Non. J’en ai simplement entendu parler…

Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

– Ah non ! Au contraire.

Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

– Non. Pas vraiment.

Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire?"

extrait de https://framboisinette.wordpress.com/category/spiritualite-et-mysticisme/

françoise 2

 

je pleure : 

Jean-Baptiste, son fils ;

Elisa et Zoé, ses petits-enfants ;
les familles parentes, alliées et amies,
ont la tristesse de vous faire part du décès de

Madame Françoise QUILLES née PENEY

survenu le Lundi 17 Janvier 2022 à l'âge de 64 ans .

 

Posté par G Rare à 10:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2023

Mon seul Vœu pour 2023

LA PAIX DANS 

LE MONDE 

coeurquibat

 

bien entendu cela n'empêche pas que je souhaite à chacun la réalisation de ses espoirs, s'ils sont bons et justes ...


ceci est la seule expression de mes Voeux, ne pouvant les exprimer oralement pour raisons de santé

(surdité et marche difficile : ma devise est des oreilles aux orteils)

 

Posté par G Rare à 11:16 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2022

L'inquiétude des Français (par Cabu)

cabu

Posté par G Rare à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]