Ce document a été succintement abordé lors d'articles précédents dont http://verlatradition.canalblog.com/archives/2014/09/06/30537066.html

Nous y découvrons que lors de son étude consacrée au sujet, Papus l'a spécialement dédicacée à N-A.Philippe. Il serait trop long de développer ici le sujet de la Pistis Sophia, le lecteur pourra se reporter sur le lien Wikipédia pour mesurer l'importance de ce texte gnostique écrit aux alentours de 330 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pistis_Sophia . Papus a donc procédé à son analyse d'après la traduction Amélineau de 1895.

Voici les deux pages de début de cette analyse illustrée de la main-même de Papus (selon 4ième édition de la Science des Mages) :

IMG

Et rappelons-nous bien que sur la page suivante Papus dédicace son étude à Nizier Philippe (image édition originale)..

d_dicace_pistis_sophia

et lire les commentaires

un autre ouvrage important gnostique existe et a été analysé par l'Université de Laval au Canada (copie de leur présentation)

Cette thèse a pour sujet les « deux Livres de Iéou », un traité chrétien gnostique conservé en copte, daté généralement du quatrième siècle de notre ère et préservé dans le codex Bruce (MS Bruce 96). Les Livres de Iéou mettent en scène un dialogue postrésurrectionnel entre Jésus et ses disciples, au cours duquel Jésus révèle la configuration des sphères célestes, composées d’éons et de trésors, et donne les moyens nécessaires pour que les âmes puissent les traverser. Une fois qu’elles ont traversé tous les lieux et surmonté toutes les embûches posées par les archontes qui les habitent, les âmes parviennent au lieu supérieur où elles peuvent contempler le Dieu inaccessible et lui rendre gloire. Ces révélations de Jésus sont accompagnées par plusieurs diagrammes et dessins, qui illustrent les trésors et les sceaux dont les âmes doivent se marquer. Acquis au dix-huitième siècle par l’explorateur et géographe écossais James Bruce, les Livres de Iéou sont une des plus anciennes sources directes du gnosticisme connues des chercheurs. Paradoxalement, ils figurent aujourd’hui parmi les textes les moins connus de la littérature gnostique. Pour répondre à ce problème, notre projet poursuit plusieurs objectifs. Il vise d’abord à produire une nouvelle édition critique du texte copte des « deux Livres de Iéou », une nouvelle traduction française et une introduction philologique, doctrinale et historique au texte. L’édition et la traduction sont enfin suivies de notes essentiellement philologiques et textuelles, qui discutent de l’établissement du texte, de la langue et des choix de notre traduction. Ce projet a comme particularité de s’intéresser à toutes les facettes, tant externes (le manuscrit, le contenant) qu’internes (les textes, le contenu), des Livres de Iéou.

et ils en proposent le téléchargement en PDF en bas de page : http://hdl.handle.net/20.500.11794/24860

avertissement : ce document étant un travail universitaire érudit, sa lecture et sa compréhension peuvent en être difficiles...