A maintes et maintes reprises, je me suis aperçu qu’en matière de croyances, de religions, de spiritualité, beaucoup de personnes pensent et vivent dans un passé figé. Ils ont appris par cœur un catéchisme dont-ils ne sortent pas.

Mais le monde a changé : et même, depuis quelques années une lente évolution s’est produite dans ces domaines par une sorte de progression du niveau de conscience collective. Ceux qui sont sensibilisés à ces questions le ressentent complètement. Je ne veux pas parler ici des pseudos révélations sur les Cathares, extra-terrestres, mayas et autres réincarnations de Jésus , je ne veux pas parler du soi-disant Nouvel âge. Quoique ce nouvel âge là en soit l’un des symptômes.

Certes, il est bon de connaître le passé puisque notre présent en est l’aboutissement, et nous ne pouvons pas le nier. Certes, je suis passionné par des écrits anciens, que ce soit les penseurs grecs, la Connaissance égyptienne ou les écrits d’Orient et de l’Orient extrême. Et aussi par les écrits dits sacrés que ce soit la Bible, le Coran, les Védas, mais je le précise, d’origine, sans ajouts ni filtres de transformations, et cela sans être partisan de l'une ou l'autre des théories d'origine.

J’ai toujours été frappé, par ailleurs, que les anciens écrits (ancien Testament par exemple) ne racontent que des combats sanglants, mais j’ai appris que bien souvent tout était relatif : quand par exemple on nous parle d’une armée de 7000 soldats, il faut lire un groupe de 70 hommes…On a connu cela par exemple avec Julius Caesar qui a nettement exagéré les chiffres quant à la guerre de Gaules...

Pour revenir à ce que je connais un peu mieux, en ce qui concerne ceux qui récitent leur catéchisme catholique : par exemple il est une absurdité historique de parler de Jésus de Nazareth. D’une part du fait que ceci est un nom romain et non hébraïque, Jessuah serait plus logique. D’autre part du fait qu’à la naissance approximative du-dit Jésus…Nazareth n’existait pas ! En effet le village ne fut nommé et retrouvé que 3 ou 400 ans plus tard sur l’insistance grandissante des pèlerins ! Et cela grâce à Hélène la mère de l'Empereur Constantin. Il n'empêche, d'ailleurs que le site vécut une occupation plus ancienne qui pose encore de sérieux problèmes aux chercheurs.

L’appellation exacte avant erreur de traduction par méconnaissance est le Nazir ou le Nazaréen, ce qui en terme de Connaissance hébraïque signifie le Consacré, ce qui dans ce cas a un grande valeur. Il est d'ailleurs très intéressant de rechercher ce terme Nazir de la Religion hébraïque dans l'encyclopédie Wikipédia, une entrée qui donne de très bonnes explications.

Quant à ce qu’il est convenu d’appeler l’Anno Domini, son année de naissance, elle ne fut fixée qu’au VI ième siècle ! La vérité, reconnue par un document distribué dans les églises (!) et en ma possession (fiches croire.com) est que ce personnage serait né en ...5,6,ou 7 ...avant Jésus-Christ ! Et sa vie publique aurait débuté vers 27 ou 28 seulement (le tout au conditionnel).

Tout cela, me dira-t-on ne compte pas, ce qui compte ce sont les témoignages, les écrits reprenant les Paroles…sauf que dans ce cas aussi il en est ainsi.

Nous ne reviendrons pas sur les modifications des textes soit volontairement soit par méconnaissance, les 4 Évangiles reconnus officiels n’ayant pas été écrits par leurs auteurs, les noms ayant été attribués symboliquement, les moyens modernes d’information permettent à chacun de trouver des travaux forts érudits à ce sujet. Par contre les manuscrits dits de la Mer morte et autres codex retrouvés, sont plus crédibles car ils n’ont pu être retouchés et certains datent réellement de l’époque. C’est ainsi que nous avons pu retrouver l’évangile apocryphe dit de Thomas : le travail de Jean-Yves Leloup à son sujet est remarquable ( le lien que je possédais est obsolète). Je me suis laissé dire par un ami très âgé et auteur et conférencier érudit,  qu’il serait intéressant de pouvoir faire quelques recherches dans les archives du Monastère Sainte Catherine du Sinaï ou des Monastères du Mont Athos. Et tout cela recouvre peut-être une autre Histoire !

Et je vois, j’entends, je lis des personnes qui récitent mécaniquement ce qu’ils appellent des prières, qui deviennent même par superstition des incantations. Alors que ces textes d’invocation proposées ont réellement une force …magique ou divine, comme on voudra. Le Je vous salue Marie est un patchwork rassemblé au cours des siècles à partir de plusieurs extraits d’écrits religieux. Par contre, le Notre Père a formé le même ensemble depuis des siècles …et même avant !

Puisqu’il est extrait de deux prières juives de l'époque pré-rabbinique, le Qadish ou "sanctification du Nom", et les Shemonei 'Esrei ou "dix-huit bénédictions", dans lesquels nous retrouvons les termes exacts !

Les travaux de certains érudits de la Tradition (Peter Roche de Coppens) ont démontré son effet sur les centres énergétiques de l’être humain par la mise en route des centres depuis la tête jusqu’aux pieds (à ce sujet l’effet du signe de croix est encore plus spectaculaire). Et ceux qui récitent d’une manière robotique ignorent quels en sont les bienfaits.

Et aussi d’autres pratiquants possèdent un véritable livre de citations bibliques ou d’inspiration religieuse, se cachant derrière ces citations prédigérées et les utilisant selon les besoins qu’ils veulent en faire : certains en font même du porte à porte. Et ils oublient tous une chose, pourtant essentielle qui rejoint mes propos liminaires : comment vivent-ils ces paroles AUJOURD’HUI, ICI ET MAINTENANT ?

Car le passé n’existe plus, le futur n’est qu’une hypothèse, seul compte le moment présent…et encore ! Au moment où j’écris ces lignes, elles font déjà partie du passé !...mais cela est un autre problème quant à la notion de temps...tout est relatif a dit quelqu'un...relativement célèbre...

 

zoe phos