Récemment, je vous ai parlé de Nina d'Agde (serait-ce son nom ?) 

Voilà l'un de ses poèmes :

 

Voguent mille galères sur la mer de l'histoire…

Si fats sont les humains, oubliant leur mémoire

Qui fait que, trop souvent, on avance toujours

En ruban de Möbius, sur le même parcours.

 

On croit changer de boucle, tant la distance est grande.

Et puis, tout étonnés, on finit par comprendre

Que c'est la même chose, inévitablement.

Un éternel replay, ce recommencement !

 

Parfois, comme un sursaut : une belle prouesse

Qui nous fait jubiler, donne de la hardiesse…

Un tel qui a osé, un autre ne veux pas

Et quelques réfractaires lui emboîtent le pas.

 

Certes, en d'autres lieux, de nouveaux personnages ;

Scénario identique pour les mêmes images.

Rien de neuf,  croyez-moi, mais les mêmes erreurs.

Peut-être plus vicieux quand il s'agit d'horreur…

 

Nina Padilha © 03/03/2013

et pour lire l'original (et d'autres) : http://leschaisesdenina.over-blog.com/article-le-ruban-de-mobius-115871183.html