037 copie

 

c'est un endroit précis que j'ai connu dans une belle maison dans une forêt de pins au pied du village de Gordes, mais le souvenir du petit-déjeuner vient d'ailleurs, également en Provence


Essayer d’être poète un matin d’été en Provence

Ce serait un petit déjeuner, pris tardivement, quelque part en Provence ;

Ce serait en ces moments où la nature s’est parée de la chaleur de son renouveau.

Le soleil déjà levé réchaufferait les corps et les coeurs, on sentirait la chaleur monter doucement de la terrasse

Une douce brise donnerait vie aux pins entourant la maison rustique comme dans un conte de fée et nous apporterait, avec ses caresses, les multiples senteurs de la région,

L’horizon incertain dans la brume cacherait là-bas, plus loin, au sud, cette mer antique et nourricière,

En haut, au village, au sommet de la colline, la cloche de l’église rappellerait le temps qui passe…

Des fleurs sauvages se poseraient en bouquets dans la garrigue au pied de la maison,

Le gazouillis des oiseaux dans les arbres ferait concurrence au chant des cigales cachées dans les lavandes et se mêlerait au bruit de la source,

Et ce petit déjeuner, même s’il est frugal, apparaitrait comme fastueux, confitures maison, miel de la région, beurre de ferme, petits pains croustillants…accompagnant un bol de thé, de café ou de lait.

La joie de vivre et le calme de cette nature apaisée illuminerait les regards émerveillés par ces instants de bonheur…

134 copie