Je vous propose de continuer, lentement mais sûrement, à suivre mon idée du chemin de Nizier-Anthèlme...J'ai semé au fil des articles de ce blog, des petits cailloux blancs bien différents,mais cela tout en le respectant, de ceux du chemin que l'on a voulu imposé, à tout prix, du personnage,

Regardons aujourd'hui une lettre qu'il a écrite à son ami Papus lors de l'ouverture de la succursale de l'Ecole de magnétisme et de massage de Lyon, sur le modèle de celle ouverte à Paris par Henri Durville. Philippe Encausse a publié cette lettre qu'il a trouvée dans les documents de son père, elle doit donc dater d'un samedi de Novembre 1895.

lettre ouverture école

Comme d'habitude, il convient de lire cette lettre attentivement car elle contient des informations fort importantes. Il n'est pas question de passer dessus rapidement en disant "ah oui c'est la lettre qui annonce l'ouverture de l'Ecole" comme peuvent le faire les gens pressés. Philippe dit bien qu'il a déjà un auditoire pour les cours, qu'une organisation est mise en place pour les inscriptions ; différentes sections sont prévues, anatomie, physiologie, psychologie. Papus a informé Philippe de la venue de personnes qualifiées pour les deux premières catégories et c'est Philippe qui se chargera des cours de psychologie. Tout cela sous-entend un forte organisation.

Par ses propos, il sous-entend qu'avec Papus ils ont des connaissances qu'il ne présentera pas au public en prenant des précautions : ne donner à leur estomac que ce qui pourra être digéré...je ne puis aller bien loin car ils s'égareraient...ils n'ont pas d'yeux et pas d'oreilles pour voir et entendre...

Nous sommes là bien loin de la simplicité présentée  par des commentateurs pressés par leur démonstration. De même, il n'y parle nulle part ni de réincarnation, ni de résurrection, qui habituellement servent à rassurer le peuple, bien au contraire, il parle pour l'après-mort d'un lieu terrible et qui ferait peur au commun des mortels !

En une seule lettre, dont l'existence ne fait aucun doute (il n'y a pas de "on dit que", "il aurait dit"), le mage Philippe écrivant au mage Papus évoque donc plusieurs sujets qui ne sont pas tout-à-fait conformes à l'orthodoxie de sa légende dorée. Et là on est tenté de reprendre quelques éléments que j'ai déjà abordés quant à la vérité du personnage, à ses connaissances, à ses pratiques ; et ces faits permettent de penser à une importance autre que celle que l'on a voulu lui attribuer.

Et toujours comme Héraclite, je ne démontre pas, seulement j'indique...A propos, les lecteurs interressés peuvent également consulter les articles du blog référencés par le tag Gnose...