Mon propre commentaire sur la Fraternité de Louxor à propos de Mère et de Satprem  a rendu nécessaire, pour éclaircir les choses, la réédition de mon article de Juillet 2015 qu'il vient compléter.

 Nous avons vu que Papus, son beau-frère et Barlet furent membres de la Fraternité de Louxor de Max Théon. Charles Barlet (Albert Faucheux y fut d'ailleurs fortement impliqué, étant devenu le représentant de la Fraternité en France.Théon rassembla de nombreux étudiants, dont Louis Themanlys et Charles Barlet, et lancèrent le « Mouvement Cosmique ».Louis était un ami de Matteo Alfassa, le frère de Mirra Alfassa (qui s’associa ensuite avec Sri Aurobindo et devint la Mère), et en 1905 ou 1906, Mirra voyagea à Tlemcen pour étudier l’occultisme sous la direction de Théon (Sujata Nahar, Mirra the Occultist). La Mère mentionne que Sri Aurobindo et Théon étaient indépendamment et en même temps arrivés à des conclusions similaires sur l’évolution de la conscience humaine, avant de s’être rencontrés.

Le propos de cette étude n'est pas d'évoquer par le détail ces différents mouvements : le visiteur curieux d'aller plus loin à leur sujet pourra aisément le faire par quelques demandes spécifiques sur un moteur de recherche à la portée de tous. Il pourra également consulter des ouvrages d'auteurs contemporains comme Gérard Galtier ou Serge Caillet (qui écrit beaucoup sur le Martinisme), rattachés à la Tradition (et consulter des sites tels celui de la revue l'Initiation). De même, cet article est susceptible d'évolution, comme bien souvent sur ce blog, en fonction de l'étude de livres ou documents (attente de réception en cours). Et bien entendu pour ceux qui ont une âme de petit Poucet, ils trouveront quelques petits cailloux blancs...

Non, le propos est de partir du livre de Philippe Encausse (première mouture 1932, réédition 1949, dans laquelle se trouvait déjà en grande partie son étude sur Philippe de Lyon) consacré à la biographie de son père Gérard, alias Papus. On y découvrira ainsi que bon nombre de personnages de l'entourage de Nizier-Anthèlme Philippe participaient à ces Groupements et Sociétés, alors que ce dernier a dit, ou aurait dit, de surtout ne pas en faire partie.

IMG

En octobre 1887 Papus devint membre de la banche française de la Société Théosophique fondée en 1875 par Héléna Blavatsky  et le colonel Olcott ; il y fit de nombreuses conférences et collabora à la revue le Lotus rouge. Puis il fut co-fondateur de la Société Théosophique Hermès en octobre 1888. Par suite de son désaccord avec la ST, il en démissionna le 19 mai 1890.

A cette époque il créa le Groupe Indépendant d'Etudes Esotériques et les Loges martinistes dont les membres étaient recrutés à l'intérieur du Groupe. En février 1891 il précise que le Groupe possède déjà 350 membres, a délivré 42 chartes. Et ses publications sont l'Initiation, le Voile d'Isis, ainsi que l'Union occulte française éditée à Lyon. Et là se retrouvaient Victor-Emile Michelet, Joséphin Péladan, Lucien Chamuel, Stanislas de Guaita, Albert Poisson, Charles Barlet, le colonel de Rochas, Paul Adam, Paul Sédir, Marc Haven, Augustin Chaboseau, Phaneg, Jollivet Castelot (etc...). Dont plusieurs étaient professeurs de la Faculté des Sciences hermétiques (organisme interne appelé également École supérieure libre des sciences hermétiques) et dont l'un des buts était de donner sous les garanties morales de toute fraternité les enseignements pratiques qui les rattachent à nos maîtres visibles et qui font d'eux de véritables Chevaliers du Christ. (pour mémoire Papus fut décoré de l'Ordre des Chevaliers du Christ du Portugal, continuateur de l'Ordre du Temple en 1897, décoration que possédait également le mage Philippe de Lyon dès 1884 !).

galerie de quelques portraits (édition 1949)

IMG_0001

 

IMG_0002

 

IMG_0003

 

IMG_0004

v_e_michelet_photo

Victor-Emile Michelet

016

Un auteur dont j'ai perdu le nom écrit que :

cercle_int_rieur

Papus fut initié au Martinisme en 1882. Par la suite il décida avec Augustin Chaboseau de créer en 1888 un Ordre martiniste ; les 12 membres du premier Suprême Conseil (1891) furent outre Papus et Chaboseau : Stanislas de Guaita, Lucien Chamuel, Paul Sédir, Paul Adam, Maurice Barrès, Julien Lejay, George Montière (rédacteur en chef de l'Initiation), Charles Barlet, Jacques Burget, Joséphin Péladan ; Barrès et Péladan furent ensuite remplacés par Marc Haven et Victor-Emile Michelet. Plusieurs collaboraient déjà à la revue l'Initiation créée en octobre 1888. Voir le lien très intéressant : http://www.martiniste.org/histoire/hist_belle_epoque_01.html sur plusieurs pages.

chaboseau papus - Copie

Il s'agissait de la rénovation de la Société des Intimes de Louis-Claude de Saint Martin, et non pas d'un Ordre qui n'a jamais existé auparavant. Il a, en tant que membre de l'Ordre des Elus-Cohen et comme les autres Réaux-Croix, contribué à la propagation de cet Ordre maçonnique et la Société des Amis ou Intimes n'était en aucun façon un Ordre ou une obédience. Gérard Galtier nous dit (opus déjà cité sur le blog) que, outre Louis Claude de Saint Martin, inspiré par Martinez de Pasqually et Jacob Böhme, la philosophie de l'Ordre fut aussi très influencée par l'enseignement du Maitre Philippe de Lyon et par celui de Saint Yves d'Alveydre, respectivement maître spirituel et maître intellectuel de Papus.

Par ailleurs, nous retrouvons les mêmes participants dans l'Ordre Kabbalistique de la Rose Croix fondé par Stanislas de Guaita ( par exemple https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_de_Guaita )  ; en 1888 le Suprême Conseil comprenait 6 membres connus et 6 membres inconnus. Etaient connus : Papus, Barlet, Péladan, Paul Adam, Gabriel Thorion, et Guaita. Ultérieurement l'abbé Alta, Marc Haven, Sédir, Augustin Chaboseau. A la mort de Guaita (décembre 1897) ce furent Barlet puis Papus qui présidèrent le Suprême Conseil. Le signe distinctif  des membres de ce degré était le signe hébraïque aleph.

aleph

 

Également divisée en 3 degrés, l'OKRC vient se greffer sur le Martinisme, car pour prétendre au 1er grade de la RC, il faut se justifier titulaire du 3ième grade (S.I.), c'est une condition formelle de l'admission.

photo OKRC en 1888 :

groupe_o-k-r-c

Il faut également évoquer le (ou les ? en raison de leur histoire fort complexe) rite de Memphis-Misraïm, le sujet est évoqué rapidement par Philippe Encausse mais Michel Monereau nous apprend qu'en 1908 Papus est nommé garant d'amitié à Paris du Souverain Sanctuaire et Grand Orient de Berlin, ce qui lui permet en juin d'organiser avec Teder et Victor Blanchard le Convent maçonnique des Rites spiritualistes. Il procède à un rapprochement entre ces rites et l'Ordre martiniste et crée même un système d'équivalence. Il semblerait alors que MM soit devenu une sorte de vivier pour le Martinisme, puisqu'il était nécessaire d'être Maître maçon pour accéder au 1er degré martiniste. Il est à remarquer que Cagliostro fut en rapport direct avec ce rite et qu'à Lyon le quartier Tête d'or où habitait la famille Philippe était le quartier du Temple du Parfait silence (voir article à ce sujet http://verlatradition.canalblog.com/archives/2014/11/20/30993524.html  ). Et en 1906 Papus reçut une patente pour l'ouverture d'un Atelier à ce rite (Loge Hummanidad n°240), nous retrouverons ensuite dans les successions le lyonnais J. Bricaud (qui rencontra aussi Philippe de Lyon)  qui fut partie prenante de tous ces mouvements notamment de l'Eglise gnostique dont bon nombre de ces noms furent évêques.

évêques gnostiques

 

Philippe Encausse nous parle encore de la société secrète H.B.of L, autrement dit la Hermetic Brotherhood of Luxor, Fraternité Hermétique de Louqsor. Là encore il aborde le sujet en peu de pages, mais comme pour tout ce qui est présenté dans cette étude, il est facile au lecteur curieux d'en savoir plus à l'aide d'un moteur de recherche (au moins sur Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Fraternit%C3%A9_Herm%C3%A9tique_de_Louxor , sinon ailleurs)il verra alors que la H.B.of L est aussi importante que la Société Théosophique et en...concurrence avec elle. Toujours est-il que le GM pour la France était...Charles Barlet, assisté du gendre (doute : gendre ou beau-père ? qui était Louise Encausse ?) de Papus, Pierre Deullin ; et parmi les membres français on retrouve les mêmes noms que précédemment de la mouvance Papus (celui-ci dès 1885).

Dans la revue l'Hyperchimie de septembre 1897 Jollivet-Castelot écrit notamment au sujet de Papus : affilié à la H.B.of L, à la F.T.L., à l'Union idéaliste universelle formée par lui, et qui groupe plus de 30 000 intellectuels, revêtu du titre de Métayer, Papus apparaît le Mage plus considérable et le plus profond de notre époque. Et Papus rend hommage au responsable anglais de la HB of L Peter Davidson comme son troisième Maître -en pratique- (les deux autres étant Saint Yves d'Alveydre et Philippe de Lyon).

Nouvelle société initiatique où nos héros se sont tous retrouvés : la FTL, autrement-dit la Fraternitas Thesauri Lucis de type rosicrucien. Gérard Galtier nous dit à son sujet que peut-être l 'OKRC ne leur donnait pas entière satisfaction et furent ils influencés par ...le Maître Philippe de Lyon ! Selon Sédir, elle aurait commencé vers 1898. On pense qu'elle aurait été une sorte de secrète arrière-loge destinée à devenir l'âme de l'Union idéaliste universelle alors en projet par Papus et Edouard Blitz, projet qui n'alla pas jusqu'au bout. Cette société initiatique apparaît comme la plus secrète de toutes car rien n'en a été dévoilé publiquement, les principaux acteurs (et aussi Philippe Encausse) l'évoquent simplement.

Et pour mémoire nous évoquerons l'Ordre eudiaque fondé par Durville, ami de Papus qui ouvrit son école de Magnétisme en septembre 1894 à Paris et à Lyon en novembre 1895, toujours selon les conseils de Papus et aux bons soins de Nizier-Anthèlme Philippe et de Jean Chapas.

Nous garderons Camille Flammarion pour une autre fois...Deux ouvrages d'une importance considérables ont abordé le sujet de ces sociétés initiatiques : la Franc-maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraïm par Serge Caillet chez Dervy et Maçonnerie Egyptienne, Rose-Croix et Néo-Chevalerie, les Fils de Cagliostro de Gérard Galtier aux éditions du Rocher, que j'évoque par ailleurs au sujet des AA de Toulouse : http://verlatradition.canalblog.com/archives/2015/02/04/31461957.html

Apès cette promenade au si grand foisonnement (l'article nécessite en outre la consultation des liens proposés), nous pouvons faire une pause...et revenir à Maitre Philippe...Car vous remarquerez qu'il est à plusieurs fois cité comme référence ou inspirateur. Vous imaginez la rage permanente dans laquelle il devait être en recevant continuellement chez lui, 35 rue Tête d'or à Lyon ou au Clos dit Landar à l'Arbresle, tous ces protagonistes de sociétés initiatiques ou secrètes, lui qui en était formellement opposé...

A moins que, encore une fois, et nous l'avons trop constaté, on ait manipulé la vérité, inventé des paroles jamais prononcées, à moins que...

Imaginons donc en toute naïveté que lorsque tout ce monde se retrouvait, le plus souvent au Clos, le soir dans le grand salon, d'un côté les hommes jouaient au bridge, tandis que de l'autre les femmes tricotaient...

Et pour conclure provisoirement, voici le symbole de la Fraternité de Louxor qui doit rappeler quelque chose aux fidèles visiteurs de mon blog...

symbole théon