Qu'on le veuille ou non, la Connaissance n'est pas innée.

Ce n'est pas simplement assis à une table, en dialoguant avec les arbres d'une forêt, devant une étendue d'eau, la nuit en regardant les étoiles, ou même en dormant que l'on peut prétendre tout savoir ; certes cela se peut, par la réflexion, par la méditation, mais ce n'est pas tout. Cela même peut être fort enrichissant ...mais à partir de ce que l'on a appris.

Une grande partie des articles de ce blog est basée sur des connaissances déjà publiées, ensuite sur des réflexions et des analyses de ces connaissances, de ces informations, de ces documents. En cela il n'y a rien de divination, rien de médiumnité, rien de voyance, mais un patient travail de recherches tous azimuts, on pourrait dire à 360 degrés, aussi bien sur les tenants que sur les aboutissants et pas systématiquement partie de la mouvance, du sujet abordé.

Ce n'est donc qu'après que vient la réflexion et l'analyse et cela permet souvent de faire des miracles, de découvrir quelques vérités près desquelles beaucoup sont passés, sans les voir, obnubilés par leur but et souvent détournés du droit chemin par leur ego, mais cela est une autre histoire.

Et les vérités en question peuvent aussi, à un moment, apparaître comme inexactes, il faut savoir le reconnaitre, et savoir rectifier ; et tout cela nécessite, bien entendu, une grande humilité, de faire le choix d'une éthique de respect, ne pas confondre constatation et polémique.

Pour illustrer la connaissance nécessaire, les exemples abondent quant aux sujets abordés dans ce blog, prenons-en quelques-uns au hasard :

- il y a 2000 ans, en Judée, lors d'un mariage, seules deux personnes pouvaient donner des ordres : le propriétaire des lieux ou le marié...

-les Parfaits ou Bonshommes (qui ne sont jamais auto-appelés Cathares) portaient des robes noires et non des habits blancs comme une vision romanesque nous l'impose

-dans les invocations proposées par l'Eglise chrétienne le Notre Père est réellement d'origine ancienne et même largement antérieur à 2000 ans, quant au Je vous salue Marie il s'agit d'un patchwork confectionné à partir de nombreux textes et modifié au cours de Conciles

-dans le dossier plus spécifique de Nizier-Anthèlme Philippe dit Maître Philippe de Lyon et de ses amis, de nombreux faits apparaissent après études consciencieuses et précises, faits qui démentent formellement les témoignages de l'époque, qui apparaissent alors comme une toile d'araignée tissée pour créer une légende dorée (à la mode de Jacques de Voragine), légende dorée que de nombreuses personnes croient et même enjolivent de jour en jour.

Par exemple : on découvre que tous avaient une sorte de signe de reconnaissance ésotérique dans leur signature glyphée, et non comme il a été proclamé, par ineptie, le signe des habitués de la ferme du Clos Landar. Ainsi la légende de sa naissance, ainsi son voyage pied nus pour Lyon, ainsi 100 personne tenant dans une petite maison, etc...Et quand on regarde sérieusement les choses, on découvre qu'il a pratiquement suivi le trajet de Cagliostro dans Lyon (du quartier Saint Jean au quartier Tête d'or, quartiers maçonniques), on découvre que plusieurs de ses résidences possédaient deux issues sur deux rues différentes, on découvre son travail véritablement alchimique, etc...(vous pouvez retrouver tout ces faits sur le présent blog à l'aide des tags ou de l'option de recherche)

Tout ceci n'est pas dû à des idées reçues par un quelconque message divin, ni des connaissances innées, mais bien à des faits précis dûment existants et avérés : et à partir de là on peut réfléchir, méditer, analyser. Un travail personnel est nécessaire à ce sujet, qui ensuite peut être partagé avec les autres.

le 5 juillet : Et, comme bien souvent, la lecture des commentaires est fort enrichissante, d'où leur réintégration ici :

Savoir qu'un travail considérable est nécessaire pour acquérir la Connaissance...
Cela n'est pas accessible pour tous.
Merci pour ces informations qui donnent à réfléchir.
Comme quoi, nous avons tous besoin les uns des autres.  Posté par Lucie

Cela prouve en effet que tout le monde est complémentaire et a besoin des autres, de partager avec les autres ! Et on est bien loin alors des réflexions exprimées ou non : moi je sais et pas vous, je suis un superman et vous des zéros (pour mémoire les zéros sont fatigués), je possède un grand secret et pas vous (d'ailleurs comme il est secret vous ne le saurez pas...). Donc une sorte de gommage des égos (quoique tous les Hommes naissent égos) et un appel à l'humilité...Posté par G.rare

Patience et longueur de temps.
Cogitations silencieuses, aussi.
Mais des échanges naît la lumière.
C'est elle, la connaissance réelle.
Elle éclaire même les zones d'ombre..Posté par Nina

Et, régulièrement, je continue d'être quelque peu surpris quand dans une conversation un sujet particulier est abordé : oh oui, on connait. Par exemple je parle de Balzac, même réponse ; j'ai préféré me taire quand je lis pas exemple les études publiées par mes amis les Baladins de la Tradition sur le sujet.
http://www.bldt.net/Om/spip.php?article686
Car il m'étonnerait fort que mes interlocuteurs savants connaissent tout cela ..Posté par G.
 
On croit savoir mais on ne sait rien. Socrate disait je ne sais qu'une chose c'est que je sais rien. Mon prof de catéchisme , un vieux prêtre avait expliqué que la connaissance est comme un cercle qui s'agrandit, tout autour de ce cercle des points d'interrogation. Ceux qui pensent savoir montrent qu'ils ont encore un tout petit cercle.
Dans le Boudhisme la sangha est aussi importante que le Dharpma et le Buddha. Sat = vérité en sanscrit. Chercher la vérité ensemble est d'une grande aide donc les discussions et débats sincères et fraternels si on s'écoute sont très utile  Posté par Célestin
 
L'égo, l'égo, toujours l'égo...J'ai abordé ce sujet déjà plusieurs fois, notamment dans un article sur les certitudes personnelles...J'en arrive parfois à entendre de telles remarques : quand on parle à quelqu'un de quelque chose, la réponse est "cela ne doit pas être intéressant, car je ne connais pas". Et oui !
Et justement, pour en revenir à Socrate, ces personnes feraient bien, d'abord, et avant tout, d'appliquer la phrase de sagesse qui lui est attribuée (mais qui en réalité provient, comme celle rapportée par Héraclite déjà citée ici, du fronton du Temple de Delphes) : gnothi seauton, connais toi toi-même.  Posté par G.RARE