Extrait de la nouvelle le Don du soleil publiée dans les Contes du labyrinthe aux éditions du Rocher par Alain Daniélou en 1990.

...J'ai peu à peu découvert qu'ici tout est mitraïque. Les Chrétiens n'ont fait que changer les noms des fêtes et des lieux et imiter les rites.

-pourquoi les Chrétiens ont-ils utilisé les sanctuaires de Mitra ? - Comme les Musulmans transforment les églises en mosquées. Les gens sont très attachés aux lieux saints et aux fêtes qui dépendent de données astrologiques. C'est ainsi que le dies natalis de Mitra, fêté le 25 décembre, a été adopté vers le troisième siècle pour commémorer la naissance de Jésus. Le dies natalis était le jour des initiations mitraïques. Une inscription à Santa Prisca commémore une initiation au début du troisième siècle. Les sanctuaires de Mitra sont orientés pour qu'au solstice le soleil levant frappe directement son image, orientation qui a été respectée pour les églises chrétiennes jusqu'au Moyen Age.

Mitra est né dans une grotte et la légende fait naître Jésus dans une grotte. N'oubliez pas que le mages qui visitèrent l'enfant à sa naissance sont des astrologues perses, qui représentent un des degrés de l'initiation mitraïque.

La Fête-Dieu est la fête du soleil, dont on promène l'image sous la forme d'un ostensoir que les fidèles suivent en procession de reposoir en reposoir, petits autels autrefois attribués aux planètes. Les appels de Jésus au Père ont aussi une connotation mitraïque.

-où se trouvait le sanctuaire principal de Mitra à Rome ? - mais au coeur même de la Chrétienté, sous la basilique Saint Pierre - peut on le visiter ? - hélas non, car il a été muré. Lorsque, récemment, un Pape quelque peu naïf a ordonné des fouilles pour retrouver le tombeau de Saint Pierre sous la basilique, les ouvriers ont été si surpris de leur découverte qu'ils ont jugé prudent d'interrompre les travaux, prétextant qu'ils menaçaient la solidité de l'édifice. -qu'avaient-ils trouvé ? - ils ont trouvé un grande pierre noire d'où laquelle jaillissait une image du dieu. Selon la légende, Mitra, dieu de lumière, est né d'une pierre comme l'étincelle jaillit du silex. La formule attribuée à Jésus : tu es Petrus et super hanc petram edificabo Templum meum est une formule mitraïque. La première basilique était un temple de Mitra que les Chrétiens se sont approprié. Le nom même de Saint Pierre est une traduction de Cephas (qui veut dire pierre en araméen), un surnom donné à Siméon d'Antioche, qui probablement n'est jamais venu à Rome...

 

Voilà donc un court extrait de ce passionnant ouvrage : j'en ai donné dès le départ les références pour ceux qui voudraient se le procurer. Je le redis : il est passionnant, n'abordant pas seulement le sujet de Rome mais aussi la mystérieuse civilisation étrusque ainsi que la Tradition en Inde !

mitra solaire

quelques réflexions supplémentaires chez mes amis le Baladins de la Tradition : http://www.bldt.net/Om/spip.php?article290

autre lecture : Mithra et le Mithriacisme de Robert Turcan éd.les belles lettres 1993 qui présente une bibliographie complète sur le sujet

:

Devant le succès reçu par cet article, il est devenu nécessaire de le compléter, toujours selon l'ouvrage de Alain Daniélou (frère de Cardinal).

...La tradition du culte de Mitra s'est continuée longtemps en secret dans des ordres guerriers tels que les Templiers, les Chevaliers du Saint Sépulcre, etc. On dit que, de nos jours,les Chevaliers de Saint Jean d'Acre en ont conservé les rites, mais ils sont très secrets. Il est difficile de pénétrer dans l'étroit royaume  de l'Ordre Souverain des Chevaliers de Saint Jean, qui fait face au Vatican...

...un vénérable prélat qui s'occupait de la Bibliothèque de l'Ordre...

...A l'époque où naquit Isha, le mitraïsme était en pleine expansion dans tout l'Empire romain, dont la Palestine faisait partie. Le mitraïsme représentait un idéal de justice, de solidarité. Il préconisait les vertus de courage de fidélité aux serments , qui surprenaient dans une Palestine décadente et corrompue.

Isha fut initié au culte de Mitra par Jean le Baptiste, un personnage énigmatique. Le baptême par immersion dans l'eau froide du Jourdain, conçu comme un rite d'initiation, lié à l'entrée dans une fraternité, est un rite typiquement mitraïque, qui n'a rien à voir avec le baptême juif. Le personnage très isolé de Jean Baptiste et son enseignement ne s'expliquent que s'il s'agit d'un adhérent au culte de Mitra.

Isha constitua une cellule mitraïque avec ses 12 compagnons et entreprit de lutter contre la corruption des prêtres et les exactions des colonisateurs romains. Il était issu d'une caste royale et c'est parce que ses disciples voulaient faire de lui le Roi des Juifs qu'il fut mis à mort.

On m'a posé la question quant aux temples de Mitra (ou Mithra rappelons-le plusieurs orthographes) : ils sont appelés un Mithraeum et on en trouve quelques uns en France dont celui des Bolards près de Nuits Saint Georges et de Beaune (du dieu gaulois Belenos...). J'en ai découvert un quelque part dans le sud de la France, mais devenu propriété privée, il est quelque peu caché...Ils furent au départ installés dans des grottes naturelles, mais on prit l'habitude de construire à cet effet des grottes artificielles. Certains furent convertis en crypte sous des églises chrétiennes bâties postérieurement.

Reprenons maintenant un autre extraits du livre de Alain Daniélou : l'un de ses personnages dans la nouvelle le Don du soleil se rend en Inde au temple du soleil. Celui-ci y est représenté par une haute statue de pierre verte sur un char traîné par 7 étalons. Il y rencontre un mage-astrologue qu'il appelle Mahraj-jî ; et ce dernier lui confie quelques enseignements... Dialogue.

-le mitraïsme romain avait-il un rapport avec les religions de l'Inde ?

-Évidemment ! Et même un rapport direct. lorsque Lakulish créa les akhada, les ordres guerriers, deux siècles avant la naissance d'Isha, ce message se répandit également dans le Moyen-Orient, et plus tard dans tout l'Empire romain dans le but de restaurer les vertus de courage, de justice et d'honnêteté, de fidélité aux serments et de solidarité qui reflètent l'ordre des astres dans la société des Hommes, et replacent l'Homme dans la réalitté cosmique.

Le mitraïsme retrouvait des préoccupations qui avaient été celles des mages du passé, ceux là même qui présidèrent à la naissance d'Isha, le prophète des Hébreux que vous appelez Jésus, et qui fut lui-même un adepte du culte de Mitra. Mitra est un dieu solaire. Ses rites sont très proches de celui que tu peux observer ici. Le culte du soleil n'est pas une superstition primitive. Le soleil est la source, l'origine du monde où nous vivons. Il est le point limite, la porte à travers laquelle l'Etre Inconnaissable se manifeste dans notre cellule astrale. Il est lumière, l'image perceptible du créateur dans le monde né d'une explosion de lumière. Vouloir remplacer cette réalité par un vague dieu à figure humaine, qui s'intéresserait à nos comportements, est une étrange aberration. Un être accessible à nos prières, à nos perceptions du surnaturel, ne peut être qu'un médiateur. Mitra est le médiateur entre le dieu solaire et l'Homme. Il incarne le pourvoir des astres. En s'éloignant du culte de Mitra qu'enseignait Isha, les pontifes des Chrétiens sont devenus les jouets de pouvoirs maléfiques...

Rappel amusant pour mémoire : Jean, le frère de Alain Daniélou était Cardinal et faisait partie de la Curie romaine !

Cet ensemble est étonnant, et personnellement, je le ressens bien. D'autant plus que, m'intéressant de très près aux pensées de Papus et de ses amis (avec notamment les notions de mages et les rapports aux traditions et mythologies antiques),  j'y retrouve de nombreuses notions développées par eux !

Encore du grain à moudre et matière à réflexions...

(l'orthographe du livre concernant les noms propres a été respectée)

 

 

...