Je l'ai constaté et vérifié depuis de très nombreuses années (si je voulais faire grogner certains je dirais des siècles...) : je vis dans un monde de cercles, il y en a des petits, il y en a des grands (qui peuvent en porter le nom).

En effet, les personnes que je connais, les personnes que je rencontre et moi-même, nous trouvons sur des cercles différents qui à quelques moments s'entre-croisent. Attention, je dis bien sur des cercles et non dans des cercles : car je ne suis pas présomptueux au point de me considérer dans un cercle, centre du monde, un peu comme un soleil, les autres se situant autour de moi. Non, je suis sur un cercle, comme et avec les autres, ici et maintenant.

Ces cercles sont constitués par des relations communes, des centres d'intérêts, des connaissances, des formes de pensée, des points géographiques mais pas selon d' éléments secondaires tels que : tu aimes le poulet à la crème, moi aussi ou tu es supporter de l'OL, moi aussi. Car de telles relations importent peu et sont dans l'éphémère et le superficiel.

J'oublie volontiers ici des termes plus ou moins savants comme hasard, synchronicités, réincarnations, karmas collectifs, qui bien souvent, employés en abondance, cachent un désert de la pensée et de la réflexion, et ce n'est pas mon propos : je suis dans la constatation et non dans l'analyse.

Et il arrive parfois un enchevêtrement des intersections : nous nous retrouvons parfois sur plusieurs cercles à la fois, et je m'amuse à aller visiter les autres en passant d'intersection en intersection.

Ces mots sont suffisamment clairs pour ne pas expliciter encore mes constatations, et permettre ainsi à chacun de revisiter ses propres expériences.

Et pour vous amuser, fixez plusieurs secondes le centre du cercle, s'il s'agissait d'une illusion ?

01

commentaires de la première édition