Je me refuse à ouvrir une page vitrine de ce blog sur Facebook ou un autre réseau social. Pourquoi ? En raison de constatations faites à partir de l'expérience d'un site ami, spécifique sur Maitre Philippe de Lyon. Voilà ce que j'en ai écrit :

Il semblerait qu’il y ait une grande différence entre les lecteurs de ce site et les visiteurs de la page facebook correspondante : les lecteurs du site s’attardent, prennent leur temps, essaient d’approfondir les sujets grâce aux articles proposés et aux nombreux commentaires fort documentés. Les visiteurs de la page facebook paraissent beaucoup plus pressés et ne prennent donc pas le temps d’approfondir les choses, alors que l’on peut considérer cette page comme une vitrine, le site constituant le stock, pour comparer au monde marchand.
D’autre part, de nombreuses personnes, membres ou pas de groupements initiatiques et autres, ayant lu un ou deux livres sur Monsieur Philippe considèrent tout savoir sur lui (ce que l'on rencontre également sur d'autres sujets, pour ma part, j'ai toujours prôné l'humilité) , avec parfois même l’état d’esprit de « circulez, il n’y a rien à voir ». Et bien ils se trompent cruellement et cela est dommage pour eux : depuis déjà de nombreux mois le site a étudié différents aspects de la vie et des paroles de Nizier-Anthèlme Philippe, les a publiés, preuves à l’appui, car ils ne sont jamais apparus nulle part ! Ou alors ces recherches ont permis de rectifier des erreurs parfois grotesques prises pour vérités…erreurs ou manipulations volontaires ? A chacun de décider ce qu’il faut en penser…
Et les recherches et réflexions continuent car il semblerait que tant d’erreurs ou manipulations aient quelque peu modifié la vérité du personnage et que de cette façon son véritable message ait été transformé.

D'autre part, je profite de l'occasion pour rappeler une règle d'éthique suivie par ce blog :
De nos jours où la pensée va aussi vite que la lumière (…) on catégorise immédiatement sans chercher plus loin. Et on confond les mots : je connais bien cet état de fait et je ne cesse d’y faire la chasse partout. Le lecteur pressé ne cherche pas plus loin : il catégorise, confondant constatation et critique, la constatation est un fait et alors la critique peut être nécessaire, mais on ne peut, on ne doit pas confondre les deux, ni les fusionner. Et aussi ne pas en tirer des conclusions trop rapides.

 Je peux parler ici au nom d'un petit groupe informel qui travaille à protéger la mémoire de celui qui fut appelé Maitre Philippe de Lyon, appelation qu'il refusait en son temps. Ainsi avec ce que nous découvrons et que nous constatons, on peut nous dire : vous démolissez Monsieur Philippe. Ce qui est une vision négative des choses voire nihiliste. Il y a une nette différence entre constater et critiquer, différence que certains peuvent être incapables de comprendre, ou font semblant de ne pas comprendre.
Que tout le monde soit un peu attentif : Monsieur Philippe n’est en aucun cas attaqué mais nous sommes certains à ne plus supporter les aberrations qui ont été accumulées et reprises sans réflexion depuis bientôt 110 ans. Et qui, à fortiori, ont permis de présenter une légende dorée d’un personnage certainement unique : certaines exagérations l’ont même ridiculisé tellement elles sont patentes et plaignons leur auteurs et ceux qui les ont rapportées. D’autres transformations de la vérité sont plus discrètes, osons ce mot plus vicieuses : on ne peut alors les démonter par recoupements car certains ont tellement écrit, tellement parlé, que l’on y trouve le tout et son contraire.
Les documents officiels sont également très utiles, recensements, cadastres, états-civil. On peut rétorquer que rien n’est certain, qu’il y a plein d’erreurs. Il est trop facile de critiquer ainsi le travail de fonctionnaires, qui ont peut être copié ce qui leur était annoncé sans contrôle…
Nous sommes plusieurs à répéter que le message de Nizier-Anthelme Philippe existe mais il a tellement été déformé qu’il est difficile maintenant de trier le vrai du faux (voir l'article à ce sujet, preuves à l'appui). Et ces études et réflexions portent sur les témoignages, sur les propos de vie ou de paroles rapportés, et même jusque sur les photographies !

Enfin, ce blog met un point d'honneur à conserver un esprit chevaleresque, et, de ce fait, si on y constate des faits erronés ou falsifiés, leurs auteurs individuels ou collectifs, n'y sont jamais cités nommément ; il en est de même en ce qui concerne les commentaires qui ne sont publiés qu'après modération en vertu de cette règle d'éthique absolue.

Galaad

armes romanesques de Galaad