Je voulais rendre hommage à ce grand Monsieur de la Tradition dont je lisai dans les années 1990 le petit opuscule si important : le secret de la Chevalerie.

J'étais parti pour rédiger un texte à son sujet, mais devant la richesse, j'ai abandonné. Aussi je fais un emprunt au site de l'Ordre Martiniste Traditionnel où vous pourrez lire le texte original complété d'une analyse de l'Art poétique de Victor-Emile Michelet.

lien direct : http://www.martiniste.org/histoire/hist_ve_michelet_01.html

vem photo OMT

 

Victor-Émile Michelet (1861-1938) est une figure importante  du Martinisme. Ancien compagnon de Stanislas de Guaita, de Papus et d'Augustin  Chaboseau, il fut membre du premier Suprême Conseil de l'Ordre Martiniste en  1891. A Paris, il dirigea la loge Velleda qui se consacrait à l'étude du  symbolisme. Martiniste très actif, il écrivit de nombreux articles pour la  revue l'Initiation et le Voile d'Isis. Brillant conférencier, il présenta de  nombreux exposés au Groupe Indépendant des Études Ésotériques fondé par Papus.  C'est à cette époque qu'il publia l'un de ses premiers textes, L'Ésotérisme  dans l'art, à la Librairie du Merveilleux.

Après la désorganisation de l'Ordre causée par la mort de  Papus et la guerre de 1914-1918, il est de ceux qui, avec Augustin Chaboseau,  Chamuel et Octave Béliard, fondent en 1920 l’association Les Amis de Claude de  Saint-Martin, également dénommée Ordre Martiniste. Cette association donna  naissance au groupe Athanor, dirigé par Victor-Émile Michelet. À partir de  1931, ce groupe prit le nom d'Ordre Martiniste Traditionnel.

L'Ordre est d'abord dirigé par Augustin Chaboseau, puis en  avril 1932, c'est Victor-Émile Michelet qui assume cette fonction. Il sera  Grand Maître de l'O.M.T. jusqu'à sa mort le 12 janvier 1938. Sous sa direction,  l'Ordre reste discret. Il se manifeste quelquefois à travers le groupe Tau, qui  publie alors un bulletin d'études psychologiques et métapsychiques, et organise  des conférences au Palais de la Mutualité. Victor-Émile Michelet donne aussi  quelques conférences pour la revue Atlantis.

Écrivain remarquable, passionné d'ésotérisme et de poésie,  il est l'auteur de poèmes, de contes, de pièces de théâtre. En 1900 ses mérites  furent reconnus ; un prix de l'Académie française récompensa ses deux premiers  livres : les Contes Aventureux et les Contes Surhumains. Il reçut également le  prix Sully-Prudhomme pour son recueil de poèmes intitulé La Porte d'or. En  1937, quelques mois avant de passer à l'Orient éternel, il publia Les  Compagnons de la hiérophanie, un livre dans lequel il évoque ses souvenirs  concernant des personnalités telles que, Papus, Stanislas de Guaita,  Barlet, Sédir, Péladan, Saint-Yves d'Alveydre... Ce livre est un vivant  témoignage de la grande période de l'occultisme de la Belle-Époque, dont  Victor-Émile Michelet fut l'un des acteurs essentiels.

Mystique et voyant, il accordait une place fondamentale au  symbolisme dans ses textes, et c'est là que se situe son apport le plus  spécifique. Ami avec les plus grands écrivains de son époque, il exerça  d'importantes responsabilités dans le monde des lettres. Il fut président de la  Société de Poésie (1910), président de la Société Baudelaire (1921), membre du  Conseil de la Maison de la Poésie (1931), bâtonnier de l'Académie des Poètes  (1932), président honoraire de la Société des Poètes Français. Il fut aussi  chevalier de la Légion d'honneur.

Je précise que ce lien vous permettra (publicité gratuite pour le partage) de connaitre tous les détails du Martinisme, entre autres au temps de Papus et de la Belle époque, mais il y a bien d'autres choses ...

D'autre part, bien que n'ayant jamais rencontré Maitre Philippe de Lyon, il lui rendit un hommage brillant que Philippe Encausse reproduit dans l'édition 1949 de son ouvrage consacré à son Père Papus et à Maitre Philippe :

020