J'ai écrit ce texte il y a...bien longtemps, comme dans une autre vie, en scène finale d'un spectacle poétique que j'avais conçu sur l'Amour dans son universalité. Une personne m'ayant récemment évoqué la ville natale d'Alphonse de Lamartine, je  réédite ce poème...mais rassurez-vous je n'ai pas la prétention d'être un si grand poète...

On a toujours quelqu’un dans quelque coin du cœur.

Chacun pour ce prénom désire le bonheur.

Rester un moment dans les bras de l’être aimé,

Et de ces courts instants faire une éternité.

Des larmes de tendresse couleraient sur nos joues

De nos corps enlacés on formerait un tout.

Et puis...

Cueillir sa bouche en fleur épanouie

Pour en caresser les pétales,

Prendre avec douceur la rosée de ses lèvres

Pour savourer son goût de framboise fragile,

Sentir son corps vibrant

Au parfum de pervenche

Effleurer sa peau tendre

De fruit plein de soleil.

Et puis...

Faire un feu d’artifice

De mots et de tendresse,

Aimer en rose, en vert, en bleu,

Aimer de toutes les couleurs,

Aimer à en être arc-en-ciel,

Eclater son amour en un million d’étoiles,

Etre riche de milliers de secondes-bonheur

Illuminés par tant et tant d’années-lumière

Que l’on devient soleil

Qui brûle en un éclair

Et puis... 

Vous ne comprenez pas ce qu’est un amour fou

Vous ne savez même plus ce que veux dire

Je t’aime.

Quand la vie et la mort n’existent même plus.

Quand l’Amour brûle tout

Ce que l’on a été.

Quand l’Amour détruit

Et donne l’éternité.

Quand on n’existe plus,

Etant devenu l’autre,

Et que l’on forme un tout

Soleil de l’Univers qui ne s’éteindra pas.

Quand on retrouve enfin la pureté du cristal,

Et inondant d’Amour,

Eclatant de bonheur,

Alors tout est possible.

Et puis...

Lorsque enfin réunis...

 

Mais il se fait trop tard... Je vous dis bonne nuit...

rose-rouge