suite à une conversation, réédition avec autres photos

 

Article d'origine sur le Chaman et l'aide humanitaire en 2012

Depuis maintenant 14 ans, (en 2020) un couple de chers amis de l'Ardèche installés dans la région de Quito organise des échanges avec l' Equateur par leur Association Q'apinakuy qui signifie échanger une poignée de main en language kichua (Quechua).

Au début, ces séjours s'adressaient à de futurs professeurs de yoga car une grande part de pratique y était réservée. Puis, suite à la demande, une ouverture a eu lieu vis-à-vis de tous, la seule condition étant, il faut le reconnaitre une bonne forme physique. En effet, une pratique de Yoga et des bains d'eau chaude volcanique dans les Andes sont proposées ; puis une découverte de l'Amazonie, pirogue, marche et même crapahutage pour rejoindre un affluent du fleuve le Rio Napo et vivre une retraite dans le village d'un Chaman.

En outre, l'Association a la volonté d'un partage et donc d'une aide humanitaire aux Communautés visitées (les villages sont appelés communautés) cela se traduit par l'apport de France de vêtements, de jouets, de matériel et peut même être complété par le parrainage d'un enfant. Avec le désir d'apporter plus, c'est-à-dire de permettre aux Indiens kichuas d'arriver à l'autonomie, Qapinakuy s'est rapproché de la Fondation Latitudsur qui oeuvrait déjà sur le terrain.

Et ce qui a permis la réalisation d'un projet artisanal, déjà en cours de fonctionnement ! Dans un premier temps la fabrication de savons puis, par la suite, d'huiles essentielles. Depuis le mois de Mai 2012, 17 personnes en vivent par roulement pour permettre à chaque famille d'y participer et les finances sont déjà assurées grâce à des actions de sensibilisation en Ardèche, pour un an. Ceci permet aux Kichuas de s'autogérer et de trouver leur indépendance financière par rapport à l'Etat et aussi de réfléchir sur le grave problème de la déforestation, d'envoyer les enfants à l'école et de soigner les malades. N'oublions pas qu'au départ c'est un peuple de chasseurs-cueilleurs.

Lors d'un de leurs retours en Ardèche, une page entière de journal à Annonay a été consacrée à ce projet, et la région a tellement été sensibilisée que 3500 euros ont été récoltés, notamment lors d'une course organisée par un collège.

Ayant recueilli les témoignages et vu les photos de nombreux participants aux voyages, je peux témoigner de la réalité de la chose. Un film a été tourné mais malheureusement impossible de le reprendre vu sa longueur.

Rédigé par Valérie et Gilles : visite dans le village du Chaman au bord du Rio Lobo, en pleine Amazonie

Augustin Greffa nous reçoit avec un regard doux et profond qui inspire la confiance. Il y a une tranquilité dans sa façon de s'exprimer. Il nous écoute, nous regarde et respecte ce que nous sommes venus échanger avec lui. Puis comme s'il décidait de se laisser apprivoiser, il nous parle de son monde, des mythes, de ces esprits de la forêt qui sont pour lui plus réels que nos autoroutes et supermarchés.

Des liens se tissent lentement à son rythme, au milieu des cascades, des arbres, des fleurs qui sont autant d'enseignements potentiels. Ici, plus que nulle part ailleurs, on écoute la nature, elle nous parle et nous donne des informations sur ce que nous sommes profondément. C'est un yoga de l'attention fixée sur l'environnement et sur soi-même. La famille nous présente la culture, son artisanat local, le tir à la sarbacane, la fabrication du cacao grillé qui se transforme en chocolat chaud.

Le chaman nous propose les diètes, le nettoyage par les plantes et nous prépare à la soirée d'initiation chamanique. Comme en Inde on entre dans le cercle, dignement et dans le recueillement, afin d'ouvrir son coeur à l'enseignement et de le recevoir pleinement, sans préjugés. Etre là, témoin en percevant les modifications profondes d'un état intérieur, qui révèle, vision après vision, les mondes qui nous habitent. Le chaman commence à chanter et son chant, tel un mantra d'or qui se répètera toute la nuit, nous enveloppe de sa protection.

De chacun, il sort le trop plein de problèmes physiques et émotionnels. Et nous sommes remplis de l'énergie pure de la forêt. Il donnera à chacun des conseils et répondra aux questions posées par les participants.

Avant de repartir, il nous explique les pétroglyphes, pierres gravées de l'enseignement chamanique. L'expérience est forte et instructive.

008

030

014         020

 

025          026   

 

imm003_41

imm022_22A

 

006

026

027

029

035

Ajout du 4 septembre 2012 : ayant rencontré mes amis lors d'un retour en France, ils m'expliquent que le projet a bien évolué et que la réalisation progresse : déjà des produits réalisés tels des savons sont vendus par les villageois, leur apportant ainsi une source de revenus et leur indépendance.

D'autre part, les aides venues de France et plus particulièrement du collège de Annonay se sont renouvelées depuis trois ans ce qui permet le financement des équipements sur place. 


réintégration d'un commentaire

 

 je n'ai plus les coordonnées de Gilles et Valérie Redard mais peut-être peut-on les retrouver par Vero Oquendo qui fut leur élève (Quito) lien trouvé 

https://www.yogatrail.com/teacher/vero-oquendo-7452747#

(sur la région de Quito association  Q'apinakuy)